페이지 이미지
PDF
[graphic][ocr errors]

DELA CHRONOLOGIE

DE M< NEWTON,

Fait par lui-même, & traduit sur le Manuscrit Anglois

LEs Antiquitez Greques sont remplies de fictions Poetiques , parce que les Grecs n'ont rien écrit en prose avant la Conquête de l'Asie par- Cyrus Roi dePerse.Ce fut alors que Pherecydesde Scyros & Cadmus de Milet introduisirent l'ùfage de publier des Livres en prose. Píierecydes l.'Athenien vers la fin du regne de Darius écrivir un Ouvrage fur les Antiquitez qu'il distribua pac Genealogies & par familles. 11 est regardé comme un des meilleurs Genealogistes". Epimenides I'Historien suivit la, même méthode. Hellanicus , qui étoir plus vieux de douze ans qu'Herodote ,diftribua son Histoire suivant les années Sc les succefiions des Prêtresses dejunonà Argos.Les autres ont suivi les regnes des.

[ocr errors][graphic]
[ocr errors]

Rois de Lacedemone , ou des Archoií* tes d'Athénes.

Hippias d'Elée , environ 50. ans avant la fin de l'Empire des Perses, publia un Catalogue ou Liste des noms de ceux qui avoient remporté le prix aux Jeux Olrmpiques. Ephorus disciple du Philosophe Heraclite écri vit environ dix ans avant la fin du même Empire une Histoire Chronologique de la Grece , commençant au retour des Heraclides dans le Peloponnese, & finissant au Siége de Perinthe, par Philippe Roi de Macédoine pere d'Alexandre , ou à la vingtiéme année de ce Prince. Mais les faits étoient rangés par generations , & la methode de les marquer par les Olympiades n'étoit pas encore en ufage. U ne paroît pas non plus que l'on eût foin de marquer les regnes des Rois pat le nombre des années.

La Chronique des Marbres d'Arondel qui a été composée 60 ans après la mort d'Alexandre , la qu.-.triéme année de la cent vingt huitiéme Olympiade , ne fait point encore mention des Olympiades; mais pendant l'Olympiade suivante , Timée de Sicile publia une Histoire partagée en plusieurs Livres & conduite jusqu à son temps par la suite Chronolique des Olympiades comparée avec fes années des Ephores & des Rois de Sparre , des Archontes d'Athénes & des Prêtresses d'Argos, & où les noms des Vainqueurs aux Jeux Olympiques étoient marqués. Pour établir cette suite, il avoit comparé les Olympiades avec les successions des Rois, des Archontes, & des Prêtresses; mais quelque foin qu'il se soit donné, il ne paroîr pas avoir été assez bon critique pour y réussir, sî l'on s'en tienc au Jugement que Polybe en a porté.

C'est donc seulement après la mort d'Alexandre, que les Historiens onc commencé à employer les generations, les regnes & les successions déterminées

Ísar le nombre des innées. On suppofoic es règnes & les successions égales à des generations, & l'on évaluoittrois generations à i o a ou 12 o ans , & par là. on voit que ces Ecrivains faisoient le« commencemens de l'Histoire Greque , trois ou quatre cens ans plus anciens qu'il ne falloit. Telle est cependant l'origine de la Chronologie Technique de la Grece.

Eratostenes écrivit environ cent ans après la mort d'Alexandre. Il fut suivi par Apolloiore, & ces deux Auteurs ont été suivis par tous les Chronologistes posterieurs jusqu'à present. Cependant nous pouvons voir par les passages de" L lutarquc que je vais rapporter combien leur Chronologie parohíoit peu aslurée & douteuse aux Grecs de leur temps.

«marque Quelqua-tuts disent que Licwgue fut. Vis de Lì- contemporain d'1 phi tus, & qu'il reo/a

0117, ic. Tra- í , 1 r r r /> . » /

duíri^n de Avec lui la Jujpcnsion d armes qui s oo~ M,Dacier, firva- pen 'ant les Jeux Olympiques. Aristote est même de ce sentiment, qu'il fonde sur un Disque Olympique,ok le no>n de Li" curgmse trouve écrit. Les autres qui,com-. me Eratojtenes & Apollodore , comptent lis temps p.tr les successions des R is de Sparte, le mettent plusieurs années avant la premiere Olympiade.

Ainsi Aristote & d'autres Ecrivains mettoie nt Licurgue au temps de la premiere Olympiade , tandis qu'Ecatosrheftes, Apollodore 8c les autres le faifòient environ cent ans plus ancien.

Voici de quelie maniere P lut arque parle de ces Chronologistes, à l'oecasion. jo^jtiíuc- ^e l'cntreveuè" de Solon Si de Crœsu?. ,ion de M. Je sçay bien que quelques Autcun'pré, V'cfcr, tendent prouver par la Chronologie , que.

Cesl un conte fait a plaisir; mais une Histoire si celebre , qui a été approuvée par un si grand nombre de témoins , Ó* (ce'qmefl encore plus considerable) qui souvient si bien aux mœurs de Solon , dr

« 이전계속 »