페이지 이미지
PDF

bles à l'imagination, qui pouvoit,à Parde de ces noms, les diltinguer plus facilement.

Les quatre points Cardinaux de* Equinoxes 8c des Solstices étoient fixez dans ces Calendriers au lever 8c au coucher de certaines étoiles, & par 1» on marquoit dans le Ciel les étoiles qui étoient alors dans le même cercle avec le Soleil; mais par le mouvement de* étoiles fixes , les Calendriers ne setrouvoient plus justes au bout de quelques siécles. Ceux qui avoient été faits dans des temps differents devoient donc varier entre-eux dans la fixation des points Cardinaux , & cette difference devoie être d'autant plus grande, que les Calendriers avoient été faits dans des temps plus éloignez.

Les Calendriers publiez par Hipparque plaçoient l'Equinoxe dn Printems au commencement de la constellation d'Aries , parce que cela éroit à peu près ainsi de son temps. Depuis lui on a toujours continue' à s'exprimer de même; & quoique les constellations ayent changé de place par rapport aux points des Equinoxes 8c des Solstices , on a toujours continué de donner leur nom aux douze parties, dans lesquelhst on. divise le Zodiaque & l'Equateur, & au commencement de quatre desquelles on place ces quatre points Cardinaux. Par là il est arrivé que dans notre Astronomie nous avons deux sortes de signes, les uns qui font ces douze parties égales , les autres qui font les douze constellations celestes , ou les assemblages d'Etoiles qui font marquez fur les Globes par les figures dont on leur donne le nom. Plusieurs de ces constellations font maintenant entierement hors des signes qui portent leur nom.

Nous avons vû que dans les Calendriers anterieurs à Hipparque les points des Equinoxes & des Solstices étoient, à la verité,dans les constellations , mais éloignez de leur commencement vers POrient; & cela d'autant plus que les Calendriers étoient plus anciens.

Achilles Tatius dit que plusieurs Af- lt,0f.,Ctpi cronomes plaçoient le Solstice d'esté au 23. P«ìy. premier degré du Cancer ; les autres J^sti'^ 'au 8 , les autres au I 2 , & les autres au 15. Nous verrons par les exemples que je vais rapporter, que ce passage se doit appliquer aux trois autres points Cardinaux. Nous avons vû qu'Hipparque étoit de ceux qui mettoient ces points au commencement des constellations.

Èuctemon & Calippas en faisoienf âutant, comme nous le voyons dans le Calendrier de Geminus.^Eudoxe dans le même Calendrier, place l'Equinoxe du Printems au sixiéme degré d'Aries , ôc le Solstice d'hyver au quatriéme degré du Capricorne. Mais nous verrons plus bas qu'il parloir autrement dans ses

ouvrages.

Ce te tust Columelle nous apprend que Metort tx,ii> & Eudoxe dans leurs Calendriers, ne plaçoient pas l'Equinoxe & les autres points au premier degré de leurs signes, mais au huitieme ; c'est à-dire , S jours après l'entrée du Soleil dans ces constellations.

Nous n'avons aucun exemple deí Calendriers où l'on plaçoit les points Cardinaux au douziéme degré des constellations; fans doute , parce que ces Calendriers n'étoient pas d'un usage bien étendu.

Mais l'opinion qui les plaçoit au quinziéme degré avoit été suivie par Eudoxe, comme on le voit par les fragUmhoi. ments de foií Enoptron ou Mirouer , i?Hipparch'citcz dans Hipparque en plusieurs enKb. i. $ io. droits de son ouvrage sur Aratus. "rp. l85, L'ouvrage d'Eudoxe étoit unedescripeion du Ciel & des constellations d'écrites d'une façon populaire. C'est celui Itìême qu'Arams a mis en vers sous fc titre dePbxnomcnes. Dans ce livre d'Eudoxe on lisoit, que les colures des Equinoxes & des Solstices paslbient par le milieu des Constellations dont ils portent le nom; c'est-à-dire , à i j degrez de leur commencement. Cela est clair par le calcul d'Hipparque , qui donnant le lieu dcplufieurs étoiles.suivant fa division de l'Eclyptique, & suivant celle d'Eudoxe, differe toujours d'Eudoxe de 15 degrez en longitude.

Nous voyons par l'exemple de Co~ lumelle, que dans ces Calendriers rustiques publiez depuis le perfectionemenc de l'Astronomie , on ne s'embarrassoit pas beaucoup de placer les points Cardinaux hors de leur veritable lieu. On íòngeoit seulement à se faire entendre des gens de la campagne pour lesquels on écrivoit, & dont il falloit respecter les préjugez.

Voici de quelle façon s'exprime Co- tib lumelle. Nec mefallit Hipparchi ratio cap \\r quA docet Solflítia & ASjuinolìia , non ottavis, fed prirnis partibus fignorum confici. Verum in hac ruris disciplina sequor ntinc Eudoxi & Metonis antiqmrumcjue faflus Aflrologorum tjuisunt aptatipHblicissacrificiis,quia &notiorcfl ifiavdHsagricolis cwcepta opinia. Ner

lame» Hipparchi substilitas pinguiori-* bus , m aiunt, ruflicorum litieris necejfaria esté

Il repete le même principe ailleurs, lib. I i.cap X. Novi autem verts princtpium non fie obfervare ruiïicus debet quemadmodum jíflrologus , ut expeiïet certum diemjllum qui Vefis initium facere dicitur.

Les laboureurs n'ont pas besoin d'être attentifs au moment de l'Equinoxe , ni même au jour précis; & Columelk croit qu'il faut dans les préceptes qu'on leur donne se conformer aux préjugez auxquels ils sont attachez; comme étoit l'opinion qui plaçoit les Solstices & les Equinoxes aux huitiémes degrez des constellations. Ils étoient confirmez dans cette opinion par les Calendriers de Meton, d'Eudoxe & des anciens Astronomes , fur lesquels on s'étoic reglé dans rétablissement des Fêtes Ôc des sacrifices publics.

Eudoxe & Meton en avoient fait autant dans leur temps. Le premier est mort l'aa 368 avant Jesus-Christ, âgé de 53 ans, & le second a observé la hauteur Solstitiale du Soleil l'an 431. avant la même /Ere; Ils avoient placé les points Cardinaux hors de leur vrai lieu. Ces points étoient au commencement

« 이전계속 »