페이지 이미지
PDF

des constellations l'an 388 avant JesusGhrist suivant le cacul de ceux qui donne aux étoiles un mouvement d'un degré en 11 ans, comme les P P. Pe

tau «ScRiccioli, suivis pat M. Ncv

ton.

Cependant lo in de se conformer à cette situation du Ciel.Eudoxe dans son Erjoppon met ces points au quinziéme degré des constellations, & dans son Calendrier il les met avec Meton au huitiéme degré. Ni l'un ni l'autre de ces Astronomes n'a voit donc pensé à s'exprimer exactement, parce que la précision étoit inutile dans ces sortes d'ouvrages.

Meton n'a voit apparemment fait d'autre changement au Calendrier rustique que d'y appliquer son Cycle de 19 ans, & ses intercalations pour rendre l'année veritablement fixe, & la regler de façon, que les Solstices revinssent aux mêmes jours.

Les Prognostics des vents, des orages , des pluies &.des autres change

mens de l'air étoient demeurés attachez aux jours auxquels on les marquoit ordinairement. Meton regardoit les levers 8c les couchers des étoiles comme les

signes, & non comme les causej de ces

changemens , dont la feule cause Phyiîque étoit l'approche ou l'eloignemenê du Soleil; ainsi quand même il eût été persuadé de la justesse de ces prognostics, il n'eût pas cru qu'il devoir suivre le vrai lever & le vrai couchee des étoiles.

Columelle avoue que leur effet arrivoit tantôt devant, tantôr après le jonc marqué. Dans le Calendrier de Meton les prognostics étoient attachez aux jours de l'année, parce qu'au moyen de son intercalation ces jours étoient toujours à la même distance des points Cardinaux, & répondoient aux mêmes lieux du Soleil dans l'Ecliptique, Sc e'étoit la seule position de cet astre dans le Ciel que l'on pouvoit regarder comme la cause Physique de ceschangemens. dans la temperature de Pair. Au reste , nous n'avons point de preuves que Meton ne crut pas ces prognostics assurez: ear il n'y a pas bien long temps que les Astronomes ont abjuré l'Astrologic judiciaire. Mais quand même Meton eut été pleinement convaincu de la fausseté des prognostics dont les Calendriers étoient remplis, cette opinion avoit jette de trop-profondes racines pour entreprendre de la détruire. Nous voions que malgré la lumiere philosophique qui éclaire aujourd'hui l'Eu

ropc , not re agriculture est pleine de préjugez , q ui n'ont pas plus de fondement que ceux des laboureurs contemporains de Meton. Envain la réformation de notre Calendrier a-t-elle changé la situation de certaines Fêtes regardées comme fatales par les gens de la campagne-, envain leur remontre-t-'on que les Fêtes de ces Saints vandangeurs tombent à dix jours de distances de ceux ou elles romboient du temps de nos Peres suivant l'ancien Calendrier; le préjugé va toujours son train , & le raisonnement entreprendroit envain de détruire des opinions que l'experience annuelle de leur fausseté ne peut ébranler.

7 Ainsi, lorsque Meton a mis les Solsti-
ces & les Equinoxes au huitiéme degré
des constellations, ce n'a point été en
conséquence d'aucune observation qui
lui eut fait voir qu'ils avoient reculé de
7 degrez depuis le temps de Chiron.
Car cette même observation lui eut
appris que ces points étoient de son
temps dans le premier degré de ces
Constellations, & non dans la huitiéme.
Jl a voulu seulement suivre les Calen-
driers en usage auxquels il n'a point
touché dans cette partie.
Si Meton avoit reformé le lieu dej

Equinoxes & des Solstices dans les constellations, fa réformation se trouveroit conforme à celle d'Euctemon qui Ttoi. Al- avoir observé le Solstice l'an 43 x avec mag.libin. [a[t & il auroit placé les points au c,p"3' commencemenr des constellations.

Nous voyons dans le Calendrier de vrwoï aité Geminus qu'Euctemon avoir mis Je ^rimâ. P"te Solstice d'hyver 8c PEquinoxe d'Au-, tomne aux premiers dégrez de Caper 8c de Libra , ou des serres du Scorpion. Calippus qui dans le même Calendrier est conforme à Euctemon fur ces deux points , place les autres au commencement de leurs signes , ce qui ne laisse aucun doute du lieu dans lequel Euctemon les mettoit.

Nous ne voyons point que Meron 'Almag i».ajt fa;t auciJne observation des étoiles. Celle qu'il avoit faitedu Solstice eWc même si grossiere, que Ptolomée déclare qu'il la raporte seulement à cause de son antiquité, mais fans en oser rien conclure. C'est donc à M. Newton à montrer fur quoi il se fonde pour avancer que Meton avoit trouve sept dégrez de difference entre le lieu des étoiles fixes dans l'Ecliptique du temps de Chiron , & celui qu'elles occupoient en 451 avant Jesus-Christ lors de son observation du Solstice d'Esté 5 jusques là

oa

[ocr errors]
[ocr errors]

.6?

On se croira bien tonde à penser que Meron dans son Calendrier s'étoit conformé non.à la veritécomme avoit fait Euctemon, mais à l'opinion reçue de son temps parmi les gens de la campagne , pour qui ce Calendrier étoit fait.

Selon la quantité du mouvement .des étoiles établie par M. Newtcnd'un dégré en 71 ans, l'Equinoxe du Printemps à dù se trouver au huitién.e dégré de la constellation d'Aries, 576 ans avant l'an 388, c'est-à dire , l'an 964 avant l'Ere Chrétienne ;& c'est à peuprès dans ce temps là que ce Calendrier, suivi par .Meron & par Eudoxe , selon Columellc , a dù être publié dans la Gréce.

Hesiode qui, suivant l'opinion d'He- „ sio . rodote, a vécu vers l'an 884 avaiit - c^era & Jesus-Chiist, parle du lever d'Arcturus à£?;y- 5654 conformément à la disposition de ce Calendrier.

L'opinion de ceux qui plaçoient les points des Solstices Ôc des Equinoxes au cinquiéme degré des constellations , .' opinion qu'Eudoxe avoit suivie dans son Enoptron, montre qu'il y avoit encore un Calendrier beaucoup plus an- . cien que celui qui avoit été suivi pir Meton. Ce Calendrier avoit été raie

« 이전계속 »