페이지 이미지
PDF

mour de Dieu. Voilà un fait interieur, qui est le secret du fond de la conscience. S. Thomas veut que l'Eglise soit infaillible sur ces faits mêmes pure. ment personnels, parce que Dieu ne peut pas permettre qu'elle tombe dans une surprise sur ce qui importe au culte public. A combien plus forte raison ce grand Docteur veut-il que l'Eglise ne puisse pas se tromper sur un texte qu'elle condamne dans un canon, ou dans un autre decret équivalent, par lequel elle doit régler notre foi ? A uffi voyons nous que le saint Docteur veut que les textes des symboles, des canons, & des autres decrets équivalents, qui doiyent régler la croyance génerale des peuples, ne puissent être faits que par une autorité infaillible.

[ocr errors]

quiconque oferoit dire que la cause n'est pas finie. Quand il ne s'agit que des faits particuliers, où l'Èglife peut être trompée , chacun est en droit de la détromper , & elle doit sçavoir bon gré à ceux qui la détrompent. Au contraire dans les questions de textes dogmatiques , elle fait figner,jurer,croire d'une croyance certaine & irrévocable , sans permettre jamais à la raison humaine d'esperer aucune révision. C'est donc en vain qu'on nous oppose la tradition de saint Thomas & des Scholastiques. Ils sont tous évidemment pour nous, puisqu'ils veulent que l'Eglise ne puille faillir que sur ceux d'entres les faits particuliers , qui n'importent en rien à la foi, à la discipline, à la décence du culte, & au bon ordre pour le falur des peuples, cette tradi. tion , loin de nous contredire,

. C iij

est décisive en notre faveur. Comment peut-on croire que saint Thomas foit opposé aux anciens Conciles, au Siege Apofstolique, & à toute l'Eglise de France ?

Troisiéme Ojbe&tion. M. de Cambrai veut-il condamner les Cardinaux Turrecremata , Baronius, Bellarmin & Palavicin, avec les deux sçavans Jesuites Sirmond & Petau? Veutil aller plus loin que tous ces Auteurs pour l'autorité de l'Eglise touchant les textes ? Quand Rome aura condamné ces grands Cardinaux, on commencera à . écouter M. de Cambrai.

Réponse. 1. Est-ce férieusement qu'on prétend opposer l'autorité de ces quatre Cardinaux à celle de tant de Conciles oecumeniques , au

Siege Apostolique & à plus de 400. Evêques de France, dont nous suivons les traces ? Les Critiques de notre tems méprisent d'ailleurs en toute occasion l'autorité de ces Théologiens, & manquent même très-souvent à leur faire justice. D'où vient donc cet empressement fi affecté de nous vanter sans cesse sur un seul point ceux qu'ils comptent pour rien sur tout le reste : Si ces sçavans & pieux Cardinaux avoient par mégarde avancé que l'Eglise peut faillir en condaminant un texte dans un canon, ou dans un autre decret équivalent, où elle régie notre foi , s'ils avoient contredit dans un point fi fondamen-al le I Vele Ve Concile confirmé par les deux suivans, & par le Concile de Martin I, s'ils avoient abandonné en ce point les Conciles de Conftance & de Trente, ils n'auroient

« 이전계속 »