페이지 이미지
PDF
ePub

A MONSEIGNEUR

MONSEIGNEUR GILLES DE BEAUVAU

EVÊQUE DE NANTES. MONSEIGNE

ONSEIGNEUR, Je presente à V.G.lavie de la Doctrine pirituelle d'un des hommes du monde qui a le mieux sçú, le plus folidement enseigné, d le plus exactement pratiqué la perfection de la vie apoftolique, dont les premiers Maitres font les Evêques, de les Princes de l'Eglife.Vous y recannoîtrez ces faintes maximes de la morale de l'Evangile la plus pure , qui sont les regles de votre conduite ; ces nobles fintimens d'un cæur.penetré de Dieu; cet esprit de pieté, cet esprit de zele que vaus joignez ensemble avec tant d'édification. C'est-, Monseigneur, ce que je considere plus , que tant d'autres grands avantages qu’on admire en voms : la noblesse d'un sang allié

ز

lance à qui rien n'échape; une attention à la presence, & aux volontés de Dieu, une singuliere affection à l'oraison. O üy, Monseigneur, je le diray sans flaterie, ces precieux dons de la grace, fi rares même dans ceux qui par l'obligation de leur état, les devroient poffeder dans leur plenitude, font les biens que vous prisez le plus, do dont vous faites vôtre plus chere poffeffion. Ainsi je puis me promettre qu'un ouvrage qui les développe bien, ne vous fera pas defagreable. Je vous demande poar comble de fan veur , que vous le receviez comme une marque fincere de publique de ma reconnoissance pour toutes vos bonté's, og du profond refpe&t avec les quel je suis , MONSEIGNEUR,

De V. G.

Le très-humble & très- obéissant

ferviteur en J. C. Pierre Champion, de la Compagnie de Jesus.

AVERTISSEMENT.

L nous une odeur de fainteré qui

dure

nous une odeur de sainteté encore. C'est pour la conserver , & pour la faire passer à la posterité, que j'ay pris le dessein de donner au public avec la Doctrine spirituelle un abregé de sa vie. J'aurois mieux exécuté ce dessein , si j'ayois pû avoir la communication des memoirés qu'on a mis entre les mains d'un de nos Peres de la Province de Champagne , qui promettoit de composer l'Histoire entiere de la vie du saint Homme.

Ce que j'en rapporte eft appuyé sur le témoignage public de tous ceux qui l'ont connu , & sur-tout de ses disci. ples : & les graces interieures qu'on n'a pû apprendre de luy-même , ont été remarquées par quelques-uns de ses Confesseurs , & de ses plus intimes amis : par le P. Pierre Mellant : par le P. Jean Bagot : par le P. Antoine Vaher : par le P. Jacques Grand-ami, quatre Theo. logiens , qui par leur éminente vertu & leur grande capacité , meritoient d'ên tre ses confidens. Quant à la Doctrine spirituelle , elle a

á iiij

été fidelement recueillie par le P. Jean Rigoleu , qui loin de luy rien ôţer de fa force , ni de son onction, luy'en a plûtôt ajoûté. Le recueil qu'il en avoit fait a été gardé par un autre saint Homme que la reconnoissance demande que nous faslions aussi connoître à son tour. C'est le P. Vincent Huby, qui par le pouvoir qu'il avoit sur mon esprit m'a engagé à entreprendre les petits ouvrages ausquels je donne le peu de temps que mes occupations me laissent libre,

J'ay trouvé depuis peu parmi les papiers du P. Jean Joseph Seurin un cahier, où il avoit écrit de sa main quelques pieux sentimens de son Directeur le P. Louis Lallemant. Comme l'on ne pouvoit plus les mettre chacun en son lieu dans le recueil du P. Rigoleu , on les donne à part , de la maniere que le P. Seurin les avoit marqués.

Au reste , pour obéïr aux Decrets d'Urbain VIII. & des autres Souverains Pontifes , je proteste qu'en la vie du P. Lallemant, je ne demande du Lecteur qu'une foy humaine , & qu'en parlant de ce Pere comme d'un saint Homme, je ne prétens nullement luy attribuer un titre qu'il n'appartient qu'au Saint Siege Apostolique de donner à ceux qu'il en juge dignes.

« 이전계속 »