페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

S CE N E IV. OROSMANE, ZAYRE, FATIME,

CORASMIN, NE RÉSTAN.

NE RESTAN.

Refpectable ennemi qu'eftiment les Chrétiens'.

Je reviens dégager mes fermens & les tiens, J'ai fatisfait ä tout, c'est à coi d'y souscrire, Je te fais aporter la rançon de Zaïre , Et celle de Favime, & de dir Chevaliers, Dans les murs de Solime illustres prisonniers. Leur liberté par moi trop long-rems recardée, Quand je reparoîtrois leur dût être accordée; Sultan, tiens ta parole, ils ne sont plus à toi, Er dès ce'moment même ils sont libres par moi ; Mais graces à mes soins, quand leur chaîne est brisée, A t'en payer le prix ma fortune“ épuisée, Je ne le etle pas, m'ôre l'elpoit heureux De faire ici pour moi' ce que je fais pour eux ; Une pauvrecé nottle eft tout ce qui me refte , J'arrache des Chrétiens à leur prison funefte , Je remplis mes fermens, mon honnear, mon devoir, Il me suffit : je viens me mettre en con pouvoir, Je me rends prisonnier , & demeurt en ổrage.

tu les

[ocr errors]

ORO S M A N E.
Chrétien , je suis content de ton noble courage i
Mais ton orgueil ici le seroit-il facté
D'éfacer Orosmane en générosité ?
Reprens ta liberté; remporte tes richesses,
A lor de ces cançons joins mes justes largesless
Au lieu de dix Chrétiens que je dûs s'accorder ,
Je t'en veux donner cent , peux

demander:
Qu'ils aillent sur tes pas aprendre à ta Patrie,
Qu'il est quelques vertus au fond de la Sirie ;
Qu'ils jugent en partant, qui«méritoit le mieux,
Des Lufignans, ou moi, l'Empire de ces lieux.
Mais parmi ces Chrétiens que ma bonté délivre
Lusignan ne fut point réservé pour te suivre,
De ceux qu'on peut te rendre il est seul excepté,
Son nom seroit suspect à mon autorité,
Il est du fang François qui régnoit à Solime,
On sçait son droit au Trône , & ce droit est un crime,
Du deftin qui fait tour, tel est l'Arrêt cruel.
Si j'euffe été vaincu je serois criminel ;
Lusignan, dans les fers, finira sa carriere,
Et jamais du soleil ne verra la lumiere :
Je le plains ; mais pardonne à la nécessité,
Ce reste de vangeance & de sévérité
Pour Zaïre , crois moi, fans.

que ton cæur s'offense.
Elle n'est pas d'un prix qui soit en ta puissance ;
Tes Chevaliers François , & tous leurs Souverains

S'uniroient vainement pour l'ôter de mes mains, :Tu peux partir.

N ERES T A N.

Qu'entens-je ? elle naquit Chrétienne: J'ai pour la délivrer ta parole, & la fienne; Et quant à Lusignan, ce vieillard malheureux, Pourroit-il....

OR OS M, A N E.

Je t'ai dit , Chrétien, que je le veux. J'honore ta vertu ; mais cette humeur altiere Se faisant estimer commence à me déplaire ; Sors, & que le soleil levé sur mes Erats, Demain près du Jourdain ne te retrouve pas. Il sort.

FAT I M E.
O Dieu

secourez-nous.
ORO S M A N E.

Et vous , allez, Zaïre, Prenez dans le Sérail un souverain empire, Commandez en Sultane , & je vais ordonner

d'un hymen qui vous doit couronner.

La pompe

B

S CE N E

V.

OROSMANE,CORASMIN.

OROSMAN E.
Coral

Orasmin, que veut donc cet esclave infidelle :

Il soupiroit.... ses yeux se font tournés vers elle. Les as-tu remarqués

COR A SM I N.

Que dites-vous, Seigneur,
De ce soupçon jaloux écourez-vous l'erreur ?

O ROSMAN E.
Moi, jaloux ! qu'à ce point ma fierté s'aviliste,
Que j'éprouve l'horreur de ce honteux suplice,
Moi, que je puisse aimer comme l'on sçait hair a
Quiconque est soupçonneux invite à le trahir;
Je vois à l'amour seul ma maitresle asservie,
Cher Coralinin, je l'aime avec idolatrie,
Mon amour est plus fort , plus grand que mes bien-

faits,
Je ne suis point jaloux.... si je l'étois jamais ...
Si mon cæur.... Ah! chaffons cette importune idée,
D'un plaisir pur & doux mon ame est possedec :
Va , fais tout préparer pour ces momens heureur

[ocr errors]

Qui tönt joindre ma vie à l'objet de mes væux :
Je vais donner une heure aux soins de mon Emi-

pire ,

Ec le reste du jour Cera tout à Zaïre.

Fin du Premier Alte.

« 이전계속 »