페이지 이미지
PDF
ePub

En se dirigeant de ce point au Portillon, la frontière coupe la ligne de crête à environ 300 mètres de l'Escalette, et laisse ainsi sur le versant oriental une petite portion du territoire Français.

366. Au Portillon, à 555 mètres du dernier repère, croix sur la face verticale d'un rocher, à 5 mètres au nord du chemin qui par ce col établit une communication facile entre les vallées de Bagnères-deLuchon et d'Aran.

A partir d'ici, la limite politique se confond de nouveau avec la ligne de faîte.

367. A. 465 mètres du Portillon, croix sur une roche au sommet du petit piton de Guillamart, ou Plagnèt de las Créous.

368. Au col de la Clota, borne à 300 mètres du repère antérieure.

369. Borne au milieu du marécage ou Estagnon de Simourère à 52 mètres de la précédente.

370. A 118 mètres plus loin, croix sur une roche isolée à la descente du Plan du Tuc.

371. A 53 mètres au delà, borne au lieu dit Col ou Plan du Tuc.

372. Au milieu du Clot de Léchartade ou Plagnèt de la Charlade, borne à 645 mètres de la dernière.

373. Croix au sommet des rochers du Soulan du Portillon, ou cap des Mails de Régadès ou Raïgadès, à 70 mètres de la borne antérieure.

374. A 1,280 mètres en avant, borne sur le premier piton d'une montagne appelée Moscadet,

375. Borne à 162 mètres de la dernière dans le Clot de Saint Mamet ou de Moscadet.

376. Borne à 264 mètres plus loin, au point le plus élevé de la montagne nommée sommet de la Laquo ou Sarrat des Estagnes. Ce sommet est sur le territoire Français, en dehors de la ligne de partage des eaux.

377. Au lieu dit Plan del Estagne, borne à 85 mètres de la dernière et au sud d'un petit étang.

378. A 56 mètres au delà, borne au sommet d'un petit mamelon, au nord de l'étang précité.

379. Borne à 202 mètres de la précédente sur un piton peu élevé.

380 Au dernier piton du Plan de la Serre, borne à 258 mètres de l'antérieure.

381. A 341 mètres en avant, borne sur un petit mamelon du Sarrat de Panètché.

382. Au col de Panètché, borne à 276 mètres de la dernière..

383. Borne à 636 mètres plus loin du col de la Houédouietto ou de Endoléta.

384. A 258 mètres au delà, borne au lieu dit Seou-Blanco.

385. Borne sur le Turon de Pouyastou, à 387 mètres de la précédente.

386. A 880 mètres en avant, borne au Turon des Clots de Coma.

387. A 732 mètres plus loin, borne au col de la Coume de Teil, ou col de Bédourt de Coume.

388. Sur le sommet du Plan de la Serre ou cap des Leïtas, borne à 193 mètres de l'antérieure.

389. A 607 mètres au delà, borne au piton inférieur de PratPardi, appelé cap de la Tora.

390. A 1,073 mètres en avant, borne sur le piton de la Coume d'Escaillaouas, nommé aussi Mail de Pounnèt.

391. Borne au piton situé au sud du col de Polney, à 320 metres de la précédente.

392. A 305 mètres plus loin, borne sur un piton appelé Turon du Bédourat.

393. Borne au col de la Pale du Caillaou del Loup, à 375 mètres du Touron de Bédourat.

394. Borne sur le petit plateau du Caillaou del Loup, en un lieu dit Turon de la Pale del Loup, à 193 mètres du col du même nom

395. A 365 mètres en avant, borne au Mail de Sasitès, situé au bord méridional du plateau ou Plan Moumayou.

Entre repère et le suivant, la ligne internationale forme un arc de cercle dont la convexité est du côté de l'Espagne.

396. A 133 mètres au delà, borne au cap du Mail de Sasitės, sur le bord septentrional du Plan de Moumayou.

397. A 325 mètres plus loin, borne au lieu désigné sous le nom · de Coll des Estagnes, près de l'Estagnon de Bacanelle ou Bacanère.

398. Borne à 593 mètres de la précédente, sur le premier piton au nord de l'Estagnon de Bacanelle.

399. Au commencement du plateau de Bacanelle, borne à 460 mètres de l'antérieure.

400. A 730 mètres en avant, borne sur le piton septentrional du plateau de Bacanelle, piton appelé Cap du Turon del Home.

401. A 210 mètres au delà, borne sur un piton au Cap Escanaouas.

402. Borne à 384 métres de la précédente, au sommet du Cap Escanaouas, au nord d'une muraille de rochers à pic.

403. A 80 mètres plus loin, borne au plan de Cigaléra.

404. Borne entre les deux mares de Cigaléra, à 64 mètres de l'antérieure.

405. A 185 mètres au delà, borne sur un piton nommé Serréta d'Angouste.

406. A 535 mètres en avant, borne sur un piton connu par les Aranais sous le nom de Tuc de Basigué ou de Cap de la Orriata, au point ou la ligne de crête qui sépare les eaux des vallées de Luchon

et d'Aran quitte sa direction générale du sud au nord pour s'avancer droit à l'est.

La frontière continue par la ligne de crête qui forme une arête rocheuses très-prononcée depuis le Tuc de Basigué jusqu'au Turon de la Toua ou cap de Touète.

407. Borne au cap de Touète.

En ce point, la ligne internationale abandonne la crête et descend par le versant septeutrional pour aller directement à l'origine du ruisseau du Terme, appelé aussi Riou-Poudèt.

408. Borne sur un rocher, au-dessus de la naissance du ruisseau du Terme, à 312 mètres de la précédente.

La frontière descend par le cours de ce ruisseau jusqu'à son embouchure dans la Garonne.

409. Borne à cette embouchure, sur la droite du ruisseau et à la rive gauche de la Garonne.

La frontière remonte par la Garonne jusqu'au point où la Riou Argellé aboutit à la rive droite du fleuve.

410. Borne à 5 mètres de la rive droite du Riou Argellé, sur le bord de la route qui va par la rive orientale de la Garonne au Pont du Roi.

Le cours de Riou Argellé sert de frontière.

411. Borne au cap du Riou Argellé, au-dessus du point où se réunissent diverses ravines pour former le Riou.

412. Au cap de las Raspas ou Mall Usclat, croix dans le roc, à 75 mètres de la dernière borne.

413. Croix sur le cap du roc de la Serre, à 530 mètres de la précédente.

A partir de ce point, la frontière suit dans tout son parcours la ligne de partage des eaux du contre-fort qui ferme au nord le bassin hydrographique de la vallée d'Aran.

414. Croix sur la roche, à 185 mètres de l'antérieure dans une forêt, au lieu dit le bout de la Palancache ou cap de la Coma grana.

415, A 1890 mètres en avant, croix sur une petite roche presque au niveau du sol, au delà de l'étang du Tuc del Pan.

416. Au col de Portéla, à 1,410 mètres du No. 415, croix sur un piton rochcux à l'ouest du chemin.

417. Croix au levant, sur la face verticale du rocher, au pic élevé de la Pique ou de Melles, connu des Espagnols sous le nom de Houradic.

418. Croix sur la face verticale d'un rocher, au port de la Hourquette, à 19 mètres à l'ouest du sentier.

419. A 210 mètres plus loin, croix sur la face horizontale d'un petit mamelon rocheux, entre deux cols au passage de la Mountagnole, au lieu dit Tartéraous, avant d'arriver au pic de ce nom.

420. Au port d'Orle, croix sur la face inclinée d'une roche touchant au sentier, et à deux mètres de l'oratoire du même nom que le port.

La frontière continue par la crête du contre-fort jusqu'à sa jonction avec la ligne de faite principale des Pyrénées qu'elle suit sans interruption jusqu'au Val d'Andorre.

421. Au port d'Aula, croix sur la face horizontale d'un rocher et à 5 mètres du sentier.

422. Au port de Salau, croix sur la face horizontale d'une roche et à 7 mètres du sentier.

423. Au port de Marterat ou de Tabascan, croix sur la face inclinée d'un rocher touchant au sentier, et à 4 mètres de la ligne de partage des eaux.

424. Au port de Saunou ou d'Aulus, croix horizontale à deux mètres du sentier et à 2 mètres 50 centimètres de la ligne de faite.

425. Au port de Guillou ou de Lladorré, croix sur la face verticale d'un rocher qui regarde l'Espague et à 6 mètres 22 centimètres du sentier.

426. Au port de Bouet, croix sur la face inclinée d'une roche à 8 metres du sentier.

Au delà de ce port, la frontiere n'a qu'une courte distance à parcourir pour s'élever jusqu'au pie Naout de Bayaout, où confrontent la France, l'Espagne et le Val d'Andorre, et où se termine le présent abornement. ANNEXE II.-Relative aux Droits dont diverses Communes de la

Frontière jouissent respectivement dans les territoires contigus de l'Etat voisin.

Pour prévenir les doutes auxquels pourrait donner lieu l'application de quelques dispositions du Traité de limites du 14 Avril, 1862, les Plénipotentiaires de France et d'Espagne sont convenus de comprendre dans la présente annexe, non-seulement le procès-verbal d'abornement prescrit par l’Article XV, et la consignation des limites, détails et éclaircissements, stipulée par l'Article XVIII, mais, en outre, le tracé des lignes de démarcation de divers terrains dont l'extension mal définie pourrait faire paître des conflits, et aussi certains accords intervenus dans le cours des opérations de l'abornement international, en faveur de quelques communes qui se trouvent dans des conditions particulières.

Abornement des 3 Zones décrites à l'Article X du Traité. Pour la démarcation des limites de ces zones, conformément à l'Article X du Traité, au lieu d'employer des bornes, on a gravé sur le rocher des croix à double branche, sans numéro, et qui consistent en deux lignes droites parallèles d'un décimètre de long, coupées perpeudiculairement au milieu par une autre ligne droite d'une longueur double.

Première Zone. La première zone du territoire Français de Borce contigue à l'Estaës, dans laquelle les habitants d’Anso ont droit de compascuité, aux termes de l'Article X du Traité de limites, s'étend depuis l'Escalé d Aiguetorte jusqu'au Mail de Maspêtres (repères internationaux Nos. 280 et 286) entre la frontière et une ligne suivant la lisière supérieure du bois d'Espélunguère, et qui a été signalée par deux croix.

1°. Sur un rocher dominant une petite ravine à 150 mètres au nord-est du repère international No. 281, et à 150 mètres environ de celui de l'Escalé.

2°. Sur une grande roche blanche horizontale dans une clairière, au milieu du vallon compris entre les Mails d'Espélunguère et de Maspêtres, et à 250 mètres au nord de la croix internationale No. 285. D'ici la ligne va directement au Mail de Maspêtres.

Seconde Zone. La seconde zone du territoire de Borce, limitrophe d'Estaës, dans laquelle les troupeaux d’Anso peuvent paître en commun avec les troupeaux Français, en vertu de l’Article X précité, occupe l'espace compris depuis le Fourat de las Tirérès jusqu'auprès de la Chourrout d'Aspé (repères internationaux Nos. 287 et 296) entre la frontière et une autre ligne presque parallèle, et embrasse la partie supérieure des bois d'Anglus et de Sansané. Cette ligne a été déterminée par 12 croix, comme suit:

1o. A 420 mètres au-dessous et au nord-est du Fourat de las Tirérès, sur un escarpement de rochers.

2°. A 250 mètres à l'est, sur le même escarpement.
3o. A 270 mètres au sud-est, au pied de l'escarpement.

4o. A 370 mètres au sud-est, sur une pierre inclinée d'où l'on voit, à 300 mètres vers le couchant, la borne internationale du Turon del Tach No. 290.

5o. A 420 mètres vers le sud, après avoir passé le ruisseau d'Escourėts, sur la face inclinée d'un rocher qui regarde au levant.

6o. A 130 mètres au sud-est, sur une roche inclinée, à 70 mètres au sud de la Cabane de Caraou, qui reste en dehors de la zone.

7o. A 270 mètres au sud, sur une roche affeurant le sol, à un promontoire nommé la Bétote.

8o. A 250 mètres au sud-ouest, sur un rocher presque horizontal, au lieu dit Pédagna ou Clairière de l'Ours.

9o. Passé le vallon ou Coume de la Bouchouse, au pied d'une grande muraille verticale de rochers, dans un étroit défilé appelé Passage de l'Ours, à 270 mètres au sud de la croix antérieure.

10°. A 400 mètres en suivant le pied de la grande muraille, sur le roc vertical où se trouve l’Espugne de Sansané, qui est une grotte propre à abriter les troupeaux.

« 이전계속 »