페이지 이미지
PDF
ePub

fois,

[ocr errors]

J V S T I N E. Qui; mais madame Dupré dit que c'est le feul que nous devions lire ; tous les autres font mauvais, sur-tout pour nous.

A N N E T T E.
Je me souviens qu'elle m'a bien grondée une

; parce que je lisois Hyppolite comte, de Duglas ... & elle avoit raison, car il n'y a dans celui-là que des fadeurs d'amourettes. ...au lieu que dans Pamela , il y a de si belles choses, si touchantes!..

JUSTINE. Paméla est si vertueuse, elle aime tant son pere & fa mere!....

JOS E P H I N E. On ne peut pas lire ça fans avoir envie de lui ressembler...

Is A B E L L E. Oh, mademoiselle Josephine, je vous en prie , vous me le prêterez?....

JOS E P H I N E.
Oui, je vous le promets.

Is A B E L L E. Mademoiselle Justine, on dit que dans le carnaval madame Dupré fait venir des violons ?

[ocr errors]

Je voulois toujours vous demander cela....a (Ah, vlà mon aiguille cassée !) Eft - ce vrai?

JUSTINE. Oui. Madame Dupré veut qu'on travaille ; mais aulli elle nous procure des amusemens.

M A R T H E. Oh, oui, le lundi & le mardi gras elle invite ses connoissances, & eile nous fait toutes danser depuis cinq heures jusqu'à dix.

IS A B E L L E.
Combien y at-il de tems d'ici au mardi

gras?

JOSEPHIN E.
Hélas ! il y a encore cinq semaines.

Is A B E L L E.
C'est bien long.
JOSEPHINE , se levant & sortant du comptoir.

Il faut que je marche un moment, j'ai les pieds tout engourdis de froid.

IS A BELLE, se levant, Et moi auil.

ANNETTE, à Justine. Justine, n’as-tu pas été ce matin chez madame la baronne d'Ellac?

JUST IN E. Oui, avec Jofephine,

[ocr errors]

JOS E P H I N E. Mon Diell, quelle museuse que cette madame d'Elsac ! Elle nous a retenues plus de deux heures. C'est bien drôle, une vieille coquette.... Je ne voudrois pas être fa fenime-de-chambre, toujours....

IS A B E L L E. Est-ce qu'elle étoit à sa toilette ?

JOSEPHIN E. Oui, devant un miroir ; elle s'y regardoit tristement, & je crois que ça lui donnoit de l'humeur, car elle n'est jamais plus mal gracieuse que lorsqu'on est après à la coëffer.... Elle étoit plus grognon! ..... elle faisoit un train à son valet-de-chambre, à ses femmes..... Elle les ahurissoit tous , que cela faisoit pitié.... Que vous êtes mal - adroite ! Que vous êtes gauche !...... Elle n'a que ça à leur dire, & puis un ton si brusque, les yeux si furibonds!.... O la méchante dame!...

Is A B E L L E.

I s 'E
Et vous a-t-elle acheté des modes ?

JOS E P HIN E. Oui, tout notre carton ; mais falloit voir de quel air! ..... avec une mine dédaigneuse &

$

nonchalante , comme pour dire qu'elle n'avoit
envie de rien... ( Elle la contrefait. ) Mademoi-
selle, de quel prix elt cela ? ... Deux louis,
madame... C'est horrible!... c'est hideux!...
d'un goût... baroque !...
(Toutes les jeunes filles rient , à l'exception de

Juftine.)
I'S A BELL E, riant toujours.
Elle fait toutes ces simagrées - là ?

M A R T H E.
Oh c'est vrai ; c'est comme si on la voyoit.

JOS E P H I N E.
Et puis, toujours en rechignant, elle achete.
Tout cela c'est pour jouer la détachée, l'indif-
férente; pour faire croire qu'elle ne se soucie
plus de parure, parce qu'au fond elle fait bien
qu'il est ridicule, à son âge, d'en être si occu-
pée ; mais le plus drôle, c'est quand on lui
montre quelque chiffon visiblement trop jeune
pour elle. Oh, alors, c'est une comédie......
Fi donc, dit-elle, qui est-ce qui peut porter
cela? Quelle extravagance!.... Quel mauvais
goût !... Cela est ignoble à un excès !....

(Les jeune filles recommencent à rire.)

JUST I N E. Ah ça, Josephine , dites - moi un peu; fi madame Dupré étoit ici , feriez-vous tous ces contes - là ?

JOSE P H I N E. Ce ne sont point des contes, je n'invente rien.

JUST IN E. Mais est-il joli de se moquer comme cela de son prochain , & fur - tout des personnes à qui l'on doit du respect ?.... Vous n'inventez rien, pardi vlà un beau mérite; & la médifance donc, croyez-vous que ce ne soit pas un défaut ?...

Α Ν Ν Ε Τ Τ Ε. Justine a raison; & nous autres, nous avons eu tort de rire...

JUSTINE, à Josephine. Ce que je vous en dis , Josephine, c'est par amitié pour vous,

JOS E P H I N E. Ausli j'en profiterai , ma chere Justine. ( Elle l'embrasse.) Ne foyez plus fâchée. Dame, vous êtes plus âgée que moi ; il y a long-tems que vous êtes avec madame Dupré, c'est naturel

[ocr errors]
« 이전계속 »