페이지 이미지
PDF
ePub

sacrifice en vous cédant ; mais madame de Clémont'est ma bienfaictrice , je me trouve trop heureuse de pouvoir lui donner cette preuve d'attachement,& je vous demande en grace d'y consentir.

JUSTINE. Mon dieu , madame, je ferai tout ce que vous m'ordonnerez. Cependant....

Madame DOP R É. Vous aurez dans madame de Lincé une maitrelle bonne, vertueuse....

JUSTIN E. Je le sais, madame, & fûrement, fans le chagrin que j'ai de vous quitter , j'entrerois à fon service avec la plus grande joie. . .

Madame DU PRÉ. Elle part demain ; il faut , Justine, partir avec elle ; je l'ai promis à madame de Clémont qui le desire beaucoup.

JUSTINE. Quoi , fi-tôt ?

Madame DU PRÉ. Oui, mon enfant: dès qu'on se décide à une chose, on doit y mettre toute la bonne grace qu'on peut. Tome IV.

I

[ocr errors]

JUSTINE. Mais, madame, je n'ai pas d'idée du service d'une dame, ni de la maniere dont il faut fe conduire dans une grande maison.

Madame D UP R É. Il faut être polie avec tous les domestiques, n'avoir de familiarité avec aucun,

& vous serez considérée de tous. Vous aurez une compagne : témoignez-lui beaucoup d'égards, mais ne vous liez avec elle qu'après une longue connoiffance, & quand vous serez füre qu'elle est aussi hon nête que vous.

JUSTIN E.
Et si elle est méchante, envieuse?

Madame DU PRÉ Vous n'en ferez pas votre amie; & en remplisfant bien votre devoir , vous n'aurez rien à craindre d'elle.

JUSTIN E. Mais , si elle me noircit auprès de ma maitreffe?

Madame DU PRÉ. Les maîtres, qui ont sur nous l'avantage de l'éducation, ont, par cette raison, en général plus d'esprit que nous, & favent fort bien dif

[ocr errors]

cerner les motifs qui nous font agir. D'ailleurs, il ne faut pas être bien fin pour distinguer la méchanceté, du zele; les envieux se trahissent eux-mêmes à toute minute, & le moins rusé les voit venir d'une lieue...

JUST IN E. J'aurai un grand bonheur, c'est que madame de Lincé est la bonté même, qu'elle n'a jamais de caprice, d'humeur...

Madame DU PRÉ. Justine, il n'y a personne de parfait sur la terre, il faut vous attendre à cela ; mais quand on trouve dans une maîtresse de la justice & un bon cour, on doit tout supporter sans peine.

JUSTIN E Vous croyez que madame de Lincé a des défauts? ...

Madame. DU P R É. Je ne lui en connois point; je fais seulement qu'on ne peut manquer d'en trouver à la personne qu'on voit tous les jours, sur-tout lorfqu'elle n'a nul intérêt à nous plaire, & que rien ne l'oblige à fe contraindre avec nous. D'ailleurs, une dame n'a-t-elle pas ses chagrins particuliers ? Peut-elle être dans tous les momens de la même humeur? Souvent elle sera brusque, parce qu'elle est distraite & occupée d'affaires; & on l'accufera de caprices, parce qu'elle est dans la peine. Il faut fouffrir tout cela avec patience , & vous dire , quand vous verrez votre maîtresse en mauvaise disposition, elle est peutêtre malade, ou tourmentée par quelque chagrin secret. .. Alors, Justine , au lieu d'être aigrie par une vivacité, ou pour un propos dur, vous la plaindrez; & elle vous intéressera encore davantage. U

JUSTIN E. Mais comment faudra-t-il m'y prendre pour lui plaire, pour m'en faire aimer

Madame DU PRÉ. En vous attachant véritablement à elle. Si vous l'aimez, elle vous aimera: ce moyen seul peut réusir'; it'en cherchez point d'autres , vous vous abuseriez. Eh n’est-il pas naturel d'aimer celle qui nous donne de quoi vivre, qui s'occupe de notre bonheur & de nos petits intérêts , qui protege notre famille, qui ne nous defire que du bien, celle enfin qui nous fera Toigner & subsister dans notre vieilleffe', si nous la fervons avec fidélité ? ... Tout le malheur des domestiques vient de s'exagérer les défauts de leurs maîtres, de ne point affez penser à leurs bonnes qualités, de sentir vivement leurs torts, & foiblement leurs bienfaits. Qu'arrive-til de là ? Qu'on n'a nul attachement pour son maitre , & qu'on n'en est pas aimé. Quand Oil ne sert point avec affection , on n'est plus qu'un esclave , & tout devoir trouvé pénible & dur n'est jamais rempli qu'à moitié.

JUS TI N E. Oh moi, j'aimerai ma maîtresse de toute mon ame , j'en suis bien sûre.

Madame DU PRÉ. Alors vous serez parfaitement heureuse. Je vous exhorte, ma chere Justine , quelque liberté qu'elle puisse vous permettre , à ne jamais avec elle sortir des bornes du plus profond respect. Mon enfant, l'on n'est bien que lorsqu'on est à fa place ; quand on la quitte, on vous y fait rentrer , & c'est cela qui est vraiment humiliant & fâcheux. Enfin, ne pårlez jamais de votre maîtresse à qui que ce foit que pour en dire du bien : vous devez cacher ses défauts, & vous glorifier de ses bonnes qualités. Quand je fervois madame de Clémont, je me souviens que

« 이전계속 »