페이지 이미지
PDF
ePub

soyez-en süre , Marianne. Elle est prétendante; mais, quoique ça , elle me verroit donner la rose avec plaisir. . . . Ursule ne m'envieroit pas non plus ; ainsi, voyez donc combien je dois souhaiter la rose, puisque mon bonheur ne chagrineroit personne , & qu'il donneroit tant de satisfaction à ma famille.

Μ Α R Ι Α Ν Ν Ε. Sans compter pour vous un mari dans l'année. ... Eh, ne faut pas rougir ; vous favez ben que dès qu'une fille est couronnée, c'est à qui l'aura , & que tous les garçons du village la demandent: la meilleure dot ici, c'est le chapeau de roses; pardi, c'est naturel que la pus fage soit la mieux aimée. Les hommes seroient ben nigauds , s'ils ne pensoient pas comme ça. Mais , j'entends la voisine, je crois ?

H É L E N E. Ah, oui! Vlà ma mere.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][merged small]

GENEVIEVE, MARIANNE,

H E L E N E.

[ocr errors]

MARIANNE, à Genevieve. .
H, bonjour donc, voisine....

GENE I E V E.
Ah, ah, la commere Marianne ! ....&
depuis quand ?

Μ Α R Ι Α Ν Ν Ε.
J'arrive pour voir couronner Hélene ...

G E N E V I E V E.
Marianne, quel jour que celui-ci !... J'ai
été Rosiere , il y a aujourd'hui. vingt ans ; je
m'en refsouviens comme d'hier , j'étois ben
tremblante , j'avois ben des inquiétudes; juf-
qu'au moment de la déclaration, j'étois ni pus
ni moins qu'une hébétée... mais tout cela n'é-
toit rien au prix des angoisses d'une pauvre mere
qui souhaite la couronne pour sa fille!....
Il me paroît que je recevrai mille fois pus
d'honneur du couronnement de cette chere
enfant, que je n'en ai eu du mien. Si vous

faviez toutes les pintes de mauvais sang que j'ai fait depuis quinze jours, depuis hier surtout !... Ah , Marianne, faut être mere pour comprendre ça!...

Μ Α R Ι Α Ν Ν Ε. Pourtant, vous me disiez , il y a six femaines , que vous étiez comme sûre qu'Hé. lene auroit la rose.

G E N E V I E V E. J'avois tort de dire ça; il y a tant de filles à Salency qui valent ben Hélene ! ... Le bon Dieu punit les orgueilleux , Marianne, vlà une terrible pensée. ... Enfin, plus 'en plus le moment approche, & plus en plus je suis craintive.

M A R I ANN E.
Avez-vous trouvé M. le prieur ?

G E N E V I E V E.
Non; il étoit forti. ... J'y retournerai.

Μ Α R Ι Α Ν Ν Ε.
Il est bien affairé aujourd'hui.

GENE V I E V E.
Ah , je vous en réponds !

MAR'I A 'N N E.
Dame; il est juge, & ça donne du tintoin....in

G E N E V I E V E. Et puis il est fi consciencieux!... Avec ça, il nous aime tous comme si nous étions ses enfans ....

Μ Α R Ι Α Ν Ν Ε. On li donneroit tout l'or du Pérou, qu'il ne quitteroit pas Salency.'....

G E N E V I E V E. Oh , c'est ben für...... Le digne cher hon. me!... Que le Seigneur nous le conserve !... Mais, Hélene, dis-moi donc où est not mere.....

HÉ LE N E. Elle s'est couchée, elle dort..... Elle n'a pas clos l'oeil la nuit passée....

G E N E V I E V E. Elle est dans des transes sur le couronnement!..... Ah, fainte Vierge, pourvu qu'a n'en tombe

pas

malade!..... (Se retournant.) Qu'est-ce qui tasticote donc autour de la porte ? Va voir , Hélene.

HÉ LEN E'va ouvrir la porte, Ma mere, c'est Therese.

SCENE

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]
[merged small][merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

TH É R E S E.
MADAME

LADAME Genevieve, je viens vous avertir que M. le bailli est chez lui, si vous voulez y aller..... Ma mere & celle d'Ursule y fout.....

G E N E V I E V E.
En te remerciant, mon enfant, j'y vais.

TH É R E S E.
Il y a déjà tout plein de monde sur la place,
& des étrangers, & des messieurs, & des belles
dames .....

GENE V I E V E.
Ah, Jésus !....

M A R I A N N E.
Faut que j'aille voir ça....

G E N E V I E V E.
Venez, ma commere, donnez-moi le bras,
vous me conduirez chez M. le bailli!, car je
fuis fi affotée, que je ne saurois quasiment
marcher; y me paroît que tout tourne à l'ens
Tome IV.

С

[ocr errors]
« 이전계속 »