페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

MONIQUE.
O bon Sauveur!....

L E PRIEUR.
Adieu .... à tantôt.

Madame DU MOND.
Adieu, ma chere madame Monique.

MONIQUE. Vot servante, madame.

( Madame Dumond & le prieur fortene.) HÉ L En e va leur ouvrir la porte , & leur fait

plusieurs révérences , que madame Dumond lui rend après l'avoir embrassée. Pendant ce tems-Monique reste seule sur le devant du théatre.

MONIQUE. Monsieur le prieur dit comme ça que je me tranquillife, c'est bon signe . ... Le bon Dieu le veuille !.... (à Hélene qui revient.) Hélene , astu entendu M. le prieur?....

HÉ LE N E. Mon dieu oui, ma mere, j'en suis encore tout sens-deilus-dessous..... Il vous tenoit la main.

MONIQUE. Et il me la serroit , mon enfant. ... Je n'ai pas osé lui parler de toi , à cause de cette

dame...one

H É LE N E. O ma mere!.... j'ai à présent un bon prefsentiment.

MONIQUE. Et moi aussi..... Seigneur, je te verrois aujourd'hui, dans cinq heures , avec la couronne de roses !..

..... Après ça je mourrai tranquille..... Mais écoute donc, ma fille , ne vas pas prendre de la gloriole pour ça, në vas pas croire que tu vaux mieux qu’Ursule ou Thérese; ça gâteroit tout.

H É L E N E. Pourquoi est-ce que j'en serois glorieuse ? Si je suis couronnée, c'est à vous, c'est à ma mere que je le devrai ; je ne suis vaniteuse

que d'être vot fille à toutes les deux.

MONIQUE. Pauvre petite !.... viens me baiser. Dieu te bénira , tu le mérites..... Mais quoi donc !.... tu pleures, je crois ?

HÉ L E N E. C'est vrai.... Je pense qu'à présent que vous vous flattez que j'aurai la rose, si je ne la gagne pas... vous serez si chagrine ... si chagrine....

par malheur

MONIQUE.

و

Ne sanglotte donc pas comme ça..... Eh ben, nion enfant , si tu ne l'as pas , faudra ben se soumettre; est-ce qu'il faut être rétif contre la divine Providence donc? ..... Mais M. le prieur m'a dit d’ètre tranquille, y n'a pas jeté ça pour rien, je t'en réponds ...... Allons, ma fille, ferme l'armoire, car y faut que tu ailles préparer le dîner.... Ton frere n'est pas encore revenu ?

H É L E N E. Noni, ma mere. Il est toujours à l'autre bout du village , chez ce pauvre Robert qui est ben malade, & qui n'a de consolation que dans la compagnie de Basile ; & mon frere, qui aime Robert comme ses yeux , veut rester avec lui du moins jusqu'à l'heure de la cérémonie.

MONIQUE. C'est ben fait, c'est ben fait. Rends-moi ma clef. .. .. J'espere que je rouvrirai encore ce foir cette armoire, pour y ferrer ta couronne.

H. É LE N E. O ma chere mere!

MONIQ R E. Donne-moi ton bras, ma fille. Allons , viens, (Elles sortent. )

[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

ça m'ins

Oui, ma chere Genevieve, il faut que je vous parle en particulier.

G E N E V I E V E. Mon dieu, monsieur le prieur , vous avez un air tout je ne sais comment. terdit. ...

L E PRI E U R.
J'ai de l'inquiétude, je vous l'avoue...

GENEV I E V E.
Vous allez m'annoncer quelque malheur.is

LE PRI E U R. Vous savez l'affection particuliere que j'ai toujours eue pour votre famille ; je vais vous dire une chose qui vous fera beaucoup de peine, ma chere bonne femme, & cela me coûte cruellement.

G E N E V I E V E.
Ah, Jésus Maria!.... Ça regarde Hélene?

LE PRI EUR.
Justement.

G E N E V I E V E. C'est possible?. . Ya des dépositions contre elle?

LE PRI E U R.
Cela est vrai, &... d'assez graves ....

G E N E V I E V E. Ah, monsieur le prieur, ce sont des menteries!...

L E PRIE U R.
Ne pleurez pas, ma chere Genevieve. ...i
Peut-être Hélene se justifiera-t-elle. Il faut l'en-
tendre.

G E N E V I E V E
Mais enfin, qu'est-ce que c'est donc?...

L E P R I E U R.
On l'a vue revenir hier à la nuit toute seule.

G E N E V I E V E.
C'est faux ; Thérese étoit avec elle...".

« 이전계속 »