페이지 이미지
PDF
ePub

THERESE.
O Bafile !... où est-il ? ...

GENEVIEV E.
Faut l'envoyer chercher , Marianne....

Μ Α R Ι Α Ν Ν Ε. J'y vas... Ah, le vlà avec tout le monde... (On entend une musique champêtre dans le

lointain.)

SCENE IX ET DERNIER E.

LE SEIGNEUR , LE PRIEUR, LE BAILLI,

MONIQUE, GENEVIEVE, MARIANNE, HELENE, BASILE, THERESE, madanie DUMOND, MIMI, quelques autres dames, , troupe de jeunes filles, ménétriers , &c. BASILE, accourant & devançant tout le monde ,

va se précipiter au col d'Hélene , toujours à genoux devant sa grand-mere & sa mere. Mo

nique eft afile. Mon Hélene!... ma fæur!...

GENE VI E VE & MONIQUE. Mon fils!.... (Ils s'embrassent en pleurant. Le reste des Spectateurs s'arrête pour contempler ce tableau.)

[ocr errors]

MONIQUE. Mes enfans , aidez-moi à nie lever..... ( Ils lui donnent le bras. Le feigneur, le prieur & le bailli s'avancent.)

L E SE I GNE U R. Ma chere madame Monique , quel beau jour pour vous & pour Salency!.... car une bonne action d'une Salencienne nous honore tous..... (Toutes les jeunes filles entourent lene

pour l'embraser, avec l'air de la joie & de Pattendrissement. Le seigneur , au prieur, en montrant les jeunes filles.) Un étranger, en voyant ce spectacle, devineroit-il qu'Hélene, dans ce moment, n'est entourée que de ses rivales ?...

LE

PRIE U R. Heureux l'homme qui fait apprécier l'inestimable bonheur de poliéder ce fortuné coin de, la terre!...

MONIQUE, au seigneur. Pour que rien ne manque à not satisfaction, nous vous demandons la permission, not bon seigneur , de marier Basile à Thérese. ...

BASI LE.
O ciel!...

IL

L e SEIGNE U R. Vous ne pouviez mieux faire, mere Monique ; Thérese est digne d'être votre fille. Je nel’admire pas d'avoir déclaré la vérité ; elle eût été un monstre en la taisant : mais je la loue de la maniere noble & franche dont elle a fait l'aveu de fa faute. Elle auroit pu ne confier ce secret qu'à deux ou trois personnes , c'en étoit assez pour faire rentrer Hélene dans tous les droits à la rose; au lieu de cela , elle a voulu faire éclater le triomphe de son amie à tous les yeux ; c'est dans la grande place qu'elle a conté fon histoire, ne cherchant point à s'excuser , ne fongeant qu'à faire valoir Hélene, & croyant, par cette action, perdre à jamais la rose & fa réputation. Voilà ce qui mérite l'estime , les éloges des bons Salenciens, & le titre que vous lui offrez..... Mais ne différons plus la cérémonie touchante qui doit couronner la vertu : venez, Hélene, séparez-vous un instant de vos dignes parens ; je vais vous conduire à l'église. C'est le plus beau de mes droits ; il m'honore trop pour qu'il me soit possible de le céder même à votre mere. (11 s'approche d'elle & lui présente la main ; Hélene fait la révérence, & s'ap

2

puie sur son bras.) Genevieve, vous allez nous fuivre.... Et vous, mere Monique, pourrezvous venir ?...

MONIQUE. Oui, oui, not seigneur, j'ai retrouvé mes jambes de quinze ans.

G E N E. v I E V E.
Ma chere bonne mere,

nous allons vous aider, Basile, Therese & moi.

M O N I QUE. Allons, mes chers enfans, foutenez donc vot heureuse vieille mere.....

L E

SE I G N E V R. Je ramenerai ici la Rosiere, comme je le dois; ensuite j'espere qu'elle voudra bien, avec sa famille & tout le village, venir au château danser jusqu'à la nuit.

MONIQUE. Ah, de grand ceur !

L E SE I GNE U R. Allons', partons...... & marchons doucement, à cause de la bonne mere Monique.... ( Le seigneur, conduisant la Rosiere, passe devant; ensuite Monique soutenue par Genevieve , Bafile & Thérese. Le prieur & le bailli vont sur

و

5

la même ligne ; les jeunes filles après ; les curieux, les dames étrangeres & les ménétriers ferment la marche. Aufli-tót que la marche commence, les ménétriers jouent un air champêtre. Madame Dumond & Mimi restent les dernieres. Tout le monde sort, à l'exception de madame Dumond & de Mimi.)

M IM I. Eh bien, maman, pourquoi donc ne les suivez-vous pas ? C'est si beau !

Madanie DU MOND. J'en suis toute abalourdie!.... Ah , j'ai fait quatre lieues pour voir ça , & je ne suis qu'une marchande!... Mais vois-tu , Mimi, ça mériteroit la présence d'une reine; oui, une reine seroit ravie, extafiée, en voyant ces bons, ces dignes Salenciens. .... Je le gagerois!...

M IM I.
Maman , allons donc les retrouver....

Madame D v M O N D. Allons, viens. Ah , que ne suis - je née à Salency! ( Elles sortent.)

« 이전계속 »