페이지 이미지
PDF
ePub

ne fait jamais de cort à la réputation d'un Cavalier. Ce sont de fausses vanitez, reprit le Comte, de jeunes gens dissipez qui ne fiattent point mon amour propre; je mets toute ma gloire au bonheur d'être aimé de vous, & à faire tout ce qui dépendra de moi pour le mériter; vous m'a. vez permis de l'esperer , vous connoillez la droiture de mes sentimens, je n'en aurai jamais qui puissent vous faire la moindre peine; conservez-vous pour moi, je vous proteste que je me reserverai entierement pour vous. Ils se dirent encore mille choses tendres, jusqu'à ce que le jeu finit, après lequel Madame de la Charce déclara qu'elle ne for. tiroit point ce jour là , à cause de la maladie de la Veuve qui se trouva mieux le lendemain & re: çur la compagnie dans la cham. bre, Mademoiselle de la Charce

qui s'appliqua à l'observer , re. marqua une joie vive sur son vifage lorsque le Comte de Caprara' entra , qui découvroit aisé. ment ce qui se passoit dans son cæur ; toute sa personde parut animée d'un feu brillant , par la présence de ce jeune Seigneur qui s'informa de l'état de la santé, d'un air où il entroit plus de politesse que d'empreslement ; elle se flatta de tout ce qu'elle souhai. toit, & crur appercevoir les com. mencemens de la tendresle qu'elle desiroir. Cerre imagination la rendit de la meilleure humeur du monde, le Comte de Velsbergt arriva bientôt après ; la gayeté de son esprit qui ne connoisloit que ce qui porte à la joie , lui fit prendre plus de part au recour de la santé de la Veuve , qu'il n'en avoit pris à la maladie, il fir cent contes plus amusans les uns que les autres. Mademoi.

selle

sellede la Charce étoit cranquil. le au milieu de toutes les viva. citez, son cæur se trouvoit exempo d'une partie des inquietudes que cause I'amour, elle se croyoit sure de celui du Comte, elle l'ef. timoit trop solide , pour craindre qu'il se rendît aux avances de la Normande ; celle-ci n'aspiroit

pas à moins qu'à devenir la femme du Comte, elle n'ignoroit pas que la fortune étoit confide. rable, & qu'elle pouvoit remplir ses desirs;elle étoit assez interessée pour en avoir de vastes, & elle ne négligeoit point ce qui paroissoit lui être utile : outre qu'elle s'imaginoit mériter beaucoup puisqu'elle avoit de la naissance & un bien honnêre , elle se

per.. suada aussi que quatre ou cinq ans qu'elle avoir de plus que le Comte, ne seroient point unobsta. cle pour lui plaire, comprant sur fes agrémens ausquels elle dou,

H

toit que peu d'autres fussent com. parables, tant pour la figure que pour l'esprit ; elle cherchoir avec loin les occasions de l'entretenir tête à têre : mais il n'étoit pas aisé de les trouver, le Comte les évitoit sans affectation ; & Made. moiselle de la Charce de concert avec lui marquoic tant d'attache. ment pour cette Dame, qu'elle ne la laissoit pas un moment seus le. Les contretemps qui dérans geoient ses destins, la détermine: rent à feindre une maladie

pen. dant quelques jours, ne dourant point que les Dames qui lui tenoient si fidelle compagnie , ne pourroient pas se dispenser de Tortir, sóir

pour la promenade, pour visites ou affaires ; la contraince étoit violente pour une personne de son humeur qui au. roit voulu être partout en même tems, mais l'amour fait des changemens plus extraordinaires. Le

Comte auroit dû lui sçavoir beaucoup de gré ; cependant la reconnoissance n'agit point en cette occasion , non plus que pour toutes les graces dont elle le combloit, sans qu'il les desirât. Son projet réussic , les Dames fu. rent obligées de sortir,& le Comte vint comme de coutume; il fue très interdit de la trouver seule, Quoi : Madame,dit. il, vos maux sont-ils augmentés, que je vous yois ici, pendant que vos amies sont ailleurs ? Je n'ai pas fait veu, répondit la Veuve, de les suivre en tous lieux; cependant comme naturellement la retraite n'est pas de mon goût , tenéz-moi compte de celle où je me réduit, j'ai toûjours cru d'aimer le mon de, mais à present je sens que je n'aime que vous, puisque la con. tinuation de ma maladie n'est qu'un prétexte pour avoir le plaifir de vous entretenir en liberté :

« 이전계속 »