페이지 이미지
PDF
ePub

demanderent des nouvelles de Mademoiselle de la Charce , puisque l'on ne la voyoit point ; il sçavoient mieux que personne le fujet de la retraicte. Made. moiselle d'Aleyrac répondic froidement, qu'elle étoit occu. pée dans sa chambre : Je Comte de Caprara arriva peu après, qui chercha des yeux ce qui l'emmenoir dans ia maison, la converfation fur generale pendant quela ques momens , après quoi Madame de la Charce s'érant approchée d'une fenêtre, dit que le temps lui paroissoit si doux qu'ela le avoir envie de se promener dans le Jardin ; en finissant ces paroles elle présenta la maip au Comte de Caprara , qui n'euc garde de la refuser, rien n'étant capable de le retenir dans la chambre, puisque Mademoiselle de la Charce n'y étoit pas; la veuve & son parent qui se dou.

terent de la cause de la prome. nade de Madame de la Charce, engagerent le reste de la Com. pagnie à demeurer, afin qu'elle eûc le temps de s'expliquer avec le Comte lans être interrompuë, & de le congedier , ainsi qu'ils le desiroient, surtout le Marquis; car Madame de Clairville étoic trop étourdie pour

avoir prévû toutes les consequences de cette affaire, puisqu'en ôtant à son amant les moyens de voir la rivale , elle l'éloignoit d'elle en même temps. Lorsque ceux qui étoient sorcis furenc seuls dans le Jardin, Madame de la Charce se trouva un peu embarrassée; comment dire à un homme, que l'on le croic amoureux de la Fille ; enfin elle fe, détermina , après avoir un peu rêvé: Monsieur, lui dit-elle, je suis au désespoir que le Public vous croye plus sensible que vous ne l'étes en effet

[ocr errors]

on s'imagine que les charmes de Mademoiselle de la Charce ont eu atez de pouvoir pour captiver votre cæur:le Comte rougit à ces paroles; ce seroit une victoire bien glorieuse pour elle, continua Madame de la Charce ; mais vous sçavez que le monde tourne toûjours les choses du plus mauvais côté, & qu'il faut sacrifier malgré soy à cet ennemi du répos public, quand même il en coûteroit le lien propre ; je m'é. tois fait une douce habitude d'avoir l'honneur de vous voir , & je suis très-touchée d'être obligée de vous prier, que ce ne soit pas aussi souvent que

de coutume, ce. pendant la bienséance m'engage à vous demander la grace que vos visites foient moins fréquen. tes. Le Comte fur frappé comme d'un coup de foudre lorsqu'il entendit ces derniers mots:quoy, Madame, répondit-il , je serois

privé du bonheur que j'ai eu jus. qu'ici? ma conduite auroit-elle pû vous déplaire en quelque cho. fez si vous mé faisiez la faveur de m'en instruire, j'apporterois tant de soin à la changer, que yous verriez que je ne suis pas incorrigible , & qu'il n'y a rien que je ne falle pour mériter vo. tre approbation. Vous l'avez toute entiere, repartit Madame de la Charce , je voudrois pouvoir vous en donner des marques ; mais, Monsieur, la réputation de ma Fille m'est plus chere qu'ellemême , quoique je sois une me. re très tendre. En quoi l'ai-je dérangée, interrompir le Comte, elle ne m'accusera pas d'avoir manqué au respect qui lui est dû, je l'estime autant qu'elle est estimable ? c'est tout dire, Madame, ajoûta. t-il , pourquoi me faire seule responsable des discours qui vous déplaisent ? ne paroît

elle

[ocr errors]

elle point aimable aux yeux du Marquis de Parville & de beaucoup d'autres qui viennent chez vous ; quand tous ceux que vous nommez lui trouveroient des agrémens, reprit Madame de la Charce, avec sa politesse ordi. naire, ils ne sembleroient pas fi dangereux que vous, leur mé. rite n'approche pas du vôtre leurs figures & toutes les perfections qu'ils pourroient avoir pa. roillent si fort au dessous de celles que vous possedez, qu'il n'est

pas surprenant que l'on vous croye préferable à tout ce que nous voyons ; si vous ne l'aimez point, il vous sera aisé de la voir moins, Si vous l'aimez, aidez lui à se dé. faire d'une inclinationinfructueuse qui empoisonneroit le reste de sa vie : car je crains qu'elle n'ait trop rendu de justice à tout ce que vous vallez, sans faire réflexion aux suites d'un pareil atta

L

[ocr errors]
« 이전계속 »