페이지 이미지
PDF
ePub

PHILOSOPHIQUES.

PREMIERE PARTIE:
DEMONSTRATION
DE L'EXISTENCE

DE DIEU,
TIRE'DS 'ART DE LA NATURS.

SECONDE PARTIE:
DEMONSTRATION
DE L'EXISTENCE DE DIEU

ET DE SES ATTRIBUTS,
TIRB'E DES PREUVES PUREMENT INTELLEC-

TUELLES, ET DE L'IDE'S DE L'INFINI MESME.
Par feu Meffire FRANÇOIS DI SALIGNAC DE LA
MOTTE FENSION, Précepteur de Meeigneurs
les Enfans de France, le depuis Archevêque Duc
de Cambray, Prince di faint Empire, doo,
Exe ubris o nicolai
francisei A Wateblé

A PARIS, 1733,
Chez FLORENTIN DEL AULNI, ruë

S. Jacques , à l'Empereur.
. M. DCC. XVIII.
Avec Approbation, a Privilege du Roy.

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][merged small]

P R E F A C E.

A premiere Partie de ces Oeuvres Philosophiques qu'on donne ici

auPublic,avoit deja paru sous le Titre de l'Art de la Nature ou de l'Existence de Dieu, elle avoir été écrite par feu M. l'Archevêque de Cambray , pour ceux à qui les démonstrations purement Métaphysiques de l'Existence de Dieu, paroissent trop abstraites. L'Auteur leur rend cette grande verité palpable par des reflexions simples & fenfi. bles sur la structure de l'univers, dont les ressorts admirables portent le caractere d'un Créateur sage & Tout-puissant.

Ony a ajoûté une seconde Partie, où notre Auteur démontre la même verité par des preuves purement intellectuelles, tirées de l'idée de l'infini même. De sorte que les esprits de tous les differents caracteres trouveront ici des preuves de l'Existence de Dieu, accommodées à leur goût & à leur capacité.

Au reste certe seconde Partie n'est que l'ébauche d'un grand ouvrage que feu M. l'Abbé de Fenelon avoit entrepris dans fa jeunesle , & qu'il n'acheva pas, On n'y trouvera peut-être poine toute l'exa&itude & la précision que l'Auteur y auroit pů donner s'il l'avoir retouché. On a crû pourtant ne devoir point le refu. Ter au Public, à cause de la fe. condité des principes sublimes & de la beauté des veritez lumineuses qu'on y trouve,

Pour faire appercevoir la cer. titude des preuves Metaphysio ques de l'Existence de Dieu,l'Auteur nous conduit d'abord dans le doute universel , mais d'une maniere bien differente de celle de quelques autres Philosophes qui ont suivi cette route. He

Le doute de notre Auteur n'est pas un jeu subtil de l'esprit , où après avoir douté de tout on pa. roît l'inventeur d'un nouveau systême rempli de belles idées, mais seches, steriles & purement speculatives. Le doute de notre Philosophe a tout un autre but ; il nous conduit à des veritez plus folides. Il l'emploïe d'abord à nous faire sentir la foiblesse hu. miliante de l'esprit humain, & nous inspire ensuite l'ardent desir de rechercher une lumiere superieure pour nous éclairer. L'Auteur ne nous conduit dans

« 이전계속 »