Almanach des muses, 40권

앞표지
Vigée (M., Louis-Jean-Baptiste-Étienne), Marie Justin Gensoul
Delalain, 1803
 

다른 사람들의 의견 - 서평 쓰기

서평을 찾을 수 없습니다.

선택된 페이지

기타 출판본 - 모두 보기

자주 나오는 단어 및 구문

인기 인용구

66 페이지 - D'un récit commencé rompt le fil dans sa main , Le renoue aussitôt ; part, s'élève , s'abaisse : Ainsi, d'un vol agile essayant la souplesse , Cent fois l'oiseau volage interrompt son essor, S'élève , redescend , et se relève encor , S'abat sur une fleur , se pose sur un chêne. L'heureux lecteur se livre au charme qui l'entraîne : Ce n'est plus qu'un enfant qui se plaît aux...
3 페이지 - Ah ! prêtez à leurs chants une oreille facile , Et ne dédaignez pas notre simplicité ; Le premier vase aux dieux autrefois présenté Fut pétri d'une simple argile. Je n'ai point regretté le bien de mes aïeux : Content de mon champêtre asile, Content de reposer sur la couche tranquille...
4 페이지 - Qui porte ses amours ailleurs? Hélas ! sans les amours, comment souffrir la vie? Quel cœur, quel cœur d'airain , ô ma chère Délie! Goûtant le bonheur d'être à toi, Pourrait te préférer une gloire frivole? Les triomphes du...
5 페이지 - Valent-ils un regard que tu jettes sur moi ? Ah! que ma paupière mourante Se tourne encor vers toi dans mon dernier moment ; Que , par un dernier mouvement , Je presse encor tes mains dans ma main défaillante. Tu pleureras sans doute auprès de mon bûcher. Tes yeux , ces yeux si pleins de charmes , Répandront sur moi quelques larmes; Tu n'as pas un cœur de rocher.
65 페이지 - L'Arioste naquit ; autour' de son berceau Tous ces légers esprits , sujets brillants des fées , Sur un char de saphir , des plumes pour trophées , Leurs cercles , leurs anneaux et leur baguette en main , Au son de la guitare , au bruit du tambourin , Accoururent en foule ; et , fêtant sa naissance , De combats et d'amours bercèrent son enfance.
2 페이지 - Que souriant à mes loisirs > Toujours la flatteuse espérance M'offre dans le lointain la champêtre abondance Ornant l'étroit enclos qui borne mes désirs ; Que des biens que j'attends l'agréable promesse , Suffise à mes amusemens ; Je soignerai ma vigne et mes arbres naissans ; Armé de l'aiguillon, de mes bœufs indolens J'irai gourmander la paresse.
109 페이지 - Déjà la moisson flotte à la place où fut Troie ; Le sol s'est engraissé du sang de ses héros ; Le soc , dont le vainqueur le déchire avec joie , Brise leurs...
3 페이지 - Ont comblé de trésors si chèrement payés ; Je suis pauvre, et je vais chercher le frais et l'ombre, Assis près d'un ruisseau qui murmure à mes pieds. Ah! périsse tout l'or de la superbe Asie, Si , pour l'aller ravir , il faut quitter Délie , S'il faut lui coûter quelques pleurs.
2 페이지 - Mais de ma pauvreté devenus protecteurs , O Pénates consolateurs ! Jadis le sang d'une génisse Vous payait le tribut de mon nombreux troupeau; Aujourd'hui , le sang d'un agneau Est mon plus riche sacrifice.
134 페이지 - L'avare. On prétend que l'avare Henrique Hait à tel point le mot donner, Que dans un bon moment se laissant entraîner A récompenser Jean, son ancien domestique : Je suis, lui dit-il, très-content De ton zèle, et je me propose D'en être un jour reconnaissant : Ainsi fais-moi souvenir, mou enfant, De te promettre quelque chose.

도서 문헌정보