페이지 이미지
PDF
ePub

les ténebres qui portent le deuil du jour? Il est difficile en effet de prendre à personne de pareilles choses: elles sont trop originales. Ce qui m'étonne, c'est qu'on ne cite pas aussi comme bien hardi et bien poétique le soleil qui se rend à son gîte.- Cette énorme platitude donne lieu à une derniere observation, c'est qu'à entendre les panégyristes de l'auteur du Saint-Louis 3 il n'a d'autres défauts que d'abuser de son esprit et de son imagination 3 une expression quelquefois outrée et de mauvais goût 3 des idées souvent défigurées par trop de recherche 3 toutes choses qu'on pourrait dire d'auteurs estimables d'ailleurs, et dont les beautés racheteraient suffisamment les défauts. La vérité est que, dans ce long fatras dont la lecture est insoutenable, il y a autant de trivialité que d'enflure, autant de prosaïsme bas et dégoûtant que d'extravagante emphase. On en peut juger ptft ces vers pris au hasard. <

Ils suivaient Garg^an, le célebre jouteur,
Dont le harnois charmé par Emir l'enchanteur,'
Sous le fer émoulu, plus ferme qu'une enclume,
S'étonnait aussi peu d'un dard que d'une plume.

Et ailleurs:

Un garde cependant au prince donne avis
Que deux grands étrangers d'un riche train suivis, ,
Sont venus, députés pour une grande affaire,
De la part du sultan qui regne sur le Caire.
Cours de littér. Tome IF. M

Ne reconnaît-on pas là uh écrivain qui, gâtant les grands objets par l'exagération, ne sait pas anoblit les petits par un peu d'élégance?

Le résultat des éditeurs répond à ce qui a précédé. « Tel est le poëme de Saint-Louis, l'ouvrage » peut-être le plus poétique que nous ayons dans notre ,, langue3n {Ceux qui l'entendent bien,savent que cette formule de doute équivaut à peu près à l'affirmation ) ce malgré ses défauts. >• ( Remarquez

cette expression .si réservée, quand il s'agit de l'assemblage de tous les vices les plus monstrueux qui puissent déshonorer le goût, l'esprit et le langage.) tt Malgré ses défauts, nous croyons que les ouvrages w du P. Lemoifte sont, une véritable école de poésie, » et qu'une pareille lecture, faite néanmoins avec « précaution ,(,<?'est quelque chose : on ne parlerait » pas autrement de Corneille), peut être utile aux » jeunes poëtes, dans un tems. surtout où notre » poésie, à force de raison, est devenue peut - être » trop timide 3 et où notre langue a perdu de sa » richesse en s'épurant. »,: ... .

Voilà donc ce qu'on imprime à la fin du dixhuitieme siecle! voilà les belles leçons qu'on nous donne ! Ainsi donc les ouvrages les plus poétiques de notre langue ne sont pas sans contredit ceux des Boileau et des Rousseau, ceux des Racine et des Voltaire, qu'pn lit sans cesse et qu'on saie par cœur ; c'est peut-être le poëme de Saint*Lûuis3 que personne ne lit ni ne pourrait lire, et dont personne ici peut - être ne savait un seul vers! Il y en a quelques-uns d'heureux parmi ceux qui sont rapportés dans les Annotes poétiques: il y en a même qu'on n'a point cités, et qui m'ont, paru plus beaux et moins défectueux, quoiqu'on y aperçoive encore quelque rouille. Tel est cet endroit où le sultan d'Egypte descend dans les souterrains destinés à conserver les corps embaumés de ses ancêtres. i jp. - .-- •

'! . '* i • i. '' *

Sous les pieds de ces monts taillés et suspendus,

II s'étend des pays ténébreux et perdus , ,.

t)es déserts spacieux, des solitudes sombres,

Faites pour le séjour des morts et de leurs ombres.

Là sont les corps des rois et les corps des sultans, Diversement rangés selon l'ordre des tems. Les uns sont enchâssés dans de creuses images 3

A qui l'art a donné leur taille et leurs visages , , •

Et dans ces vains portraits qui sont leurs monumeus ,. .'

Leur orgueil se conserve avec leurs osserhens.

Les autres embaumés sont posés en des nicheri':o^

Od leurs ombres, encore éclatantes et riches, Semblent perpétuer, malgré les lois du sort, -.J.,

La pompe de leur vie en celle de leur mort. . . :,..

De ce muet sénat, de cette Cour terrible,

Le silence épouvante et la face est horrible. Là sont les devanciers avec leurs descendans )

Tous les regnes y sont : on y voit tous les teriis $

Et cette antiquité, ces siecles dont l'Histoire
N'a pu sauver qu'à peine une obscure mémoire,
Réunis par la mort en cette sombre nuit,
Y sont sans mouvement, sans lumiere et sans bruit.

$i; le P. Lemoirie avait un certain nombre de pareils morceaux, il y aurait de quoi excuser toutes ses fautes : il mériterait d'être lu , et il le serait. Mais j'ose assurer qu'on n'en trouverait pas un second, écrit et conçu de cette maniere. Ce qu'il peut avoir de bon d'ailleurs consiste en quelques traits, quelques expressions, quelques vers épars çà et là, le tout noyé dans le galimathias. Et n'est-ce pas tendre un piége aux jeunes gens, que de leur dire : Voilà l'école de la poésie? Quand on n'a parlé de ses fautes innombrables et impardonnables que pour les excuser ou même les exalter, n'est-ce pas dire en quelque sorte: Faites de même, et vous passerez pour avoir du génie. Soyez enflé, et vous paraîtrez hardi : soyez insensé, et vous serez poétique. Encore si l'on disait que des écrivains d'un goût formé peuvent trouver dans ces vieux poetes quelques beautés informes, quelques idées ébauchées dont il est possible de tirer parti, cela ne serait pas dépourvu de vérité. Mais de semblables modeles ne sont-ils pas pour les éleves, infiniment plus dangereux qu'utiles? Il n'y a que ceux qui par état, son? à portée de voir et d'entendre tous

\les jours les jeunes littérateurs, qui sachent combien ils sont infectés de mauvais goût et de faux principes. Convient-il de les y affermir au lieu de les en détourner ? Faut-il les rappeler de l'école de Despréaux, pour les envoyer à celle du P. Lemoine?

Je n'insisterai pas sur l'injure que l'on fait à nos poetes classiques, en trouvant l'auteur du SaintLouis plus poëte qu'eux. C'est un outrage sans conséquence, auquel ils répondent assez par un siecle de gloire et le suffrage de toutes les nations. Je me contenterai d'affirmer avec tous les connaisseurs , que si l'on donne aux mots leur acception légitime, si la vraie poésie n'est en effet que l'expression de la belle nature, le langage de l'imagination conduite par la raison et le goût, l'accord heureux et soutenu de la force et de la justesse , du sentiment et de l'harmonie, il y a plus de poésie cent fois dans Athalie 3 dans la Henriade et même dans le Lutrin 3 que dans les dix-huit mortels chants du Saint-Louis. Qu'il me soit permis, pour sortir de toute cette barbarie, de finir par un morceau de cette Henriade qu'il est de mode aujourd'hui de dénigrer. Il suffit pour faire voir si nous sommes en effet si timides 3 et si notre poésie, sous la plume d'un grand maître, ne sait pas exprimer

M j

« 이전계속 »