페이지 이미지
PDF
ePub

. représente fort sensément qu'on est toujours à tems de se tuer.

Un mal désespéré
A toujours dans la mort un remede assuré.
Cependant c'est aussi le dernier qu'on essaie ,
Et qu'on doit appliquer à la derniere plaie.
Pour moi, je suis d'avis qu'oubliant le trépas,
Vous tiriez du secours de vos propres appas.
Vous n'auriez pas besoin de beaucoup d'artifice
Pour vous rendre agréable aux yeux de Massinisse.
Essayez de gagner son inclination.

SOPHONISBE.

Plût aux dieux!

La réponse est naïve. Cependant elle ajoute un moment après:

Je n'attends rien du tout du côté de mes charmes.
Ce remede, Phénice, est ridicule et vain;
Il vaut mieux se servir de celui de la main.

Mais Phénice la rassure en fidelle suivante:

Donnez-vous, s'il vous plaît, un peu de patience,.
Et de votre beauté faites expérience.
Sachez ce qu'elle vaut et ce que vous pouvez.
Mais comment le savoir si vous ne l'éprouvez.

Une autre suivante, Corisbé, vient à l'appui:

De fait, la défiance où la reine se treuve, Ne peut venir d'ailleurs que d'un manque d'épreuve.

SOPHONISBE.

Corisbé, prenez garde à l'état on je suis, Et par-là, comme moi, voyez ce que je puis. Quand hier j'aurais été la vivante peinture Des plus rares beautés qu'on voit en la nature, Le moyen que mes yeux conservent aujourd'hui Une extrême beauté sous un exttême ennui? Et n'ayant plus en moi que des attraits vulgaires, Us ne toucheraient point ou ne toucheraient gueres. De sorte qu'après tout je conclus qu'il vaut mieux Essayer le secours de la main que des yeux. Voilà encore l'agréable alternative des yeux et de la main. Mais on a quelque peine à concevoir pourquoi cette veuve si résignée craint tant que le chagrin n'ait altéré ses appas. Ce n'est pas du moins celui qu'a pu lui causer la mort de son époux; car elle ne lui a pas donné la plus petite larme. Aussi n'est-on pas étonné que la sage conseillere, Phénice, la félicite sur sa fraîcheur.

Au reste, la douleur ne vous a pas éteint ''Ni la clatté des yeux ni la beauté du teint :•
'Vos pleurs (i) vous ont lavée,et vous êtes de celles
Qu'un air triste et dolent rend encore plus belles.

(0 Quels pleurs? Ce sont apparemment ceux qu'elle a répandus quand son mari l'a querellée.

Croyez que Massinisse est un vivant rocker
Si vos perfections ne le peuvent toucher,
Et qu'il est plus cruel qu'un tigre d'Hyrcanie
S'il exerce envers vous la moindre tyrannie.

Assurément Massinisse n'est point ce rocher et n'est point ce tigre; car à peine Sophonisbe a-t-elle répondu à son premier compliment, qu'il s'écrie:

O dieux ! que de merveilles Enchantent à la fois mes yeux et mes oreilles! \

Et Phénice dit tout bas à Corisbé:Ma compagne, il se prend.'

Il est vrai que Sophonisbe lui donne beau jeu, et commence par l'assurer qu'elle est ravie de sa victoire, et qu'il n'aura jamais tant de bonheur qu'elle lui en souhaite. C'est là le cas de ne pas perdre de tems : aussi le prince numide avoue qu'elle vient de lui ravir son cœur. Sophonisbe répond que c'est là un langage moqueur qui ne sied pas à un généreux vainqueur. Mais Massinisse, pour lui prouver qu'il ne se moque point, déclare qu'il est prêt de l'épouser. La reine ne se fait point prier, et s'écrie pour toute réponse:

O merveilleux excès de grace et de bonheur,
Qui met une captive au lit de son seigneur l

MASSINISSE.

Puisque vous me rendez le plus heureux des hommes,
Ma violente ardeuf et le tems ou nous sommes,
Ne me permettent pas de beaucoup difftrer.

Cependant permettez que je prenne à mon aise Un honnête baiser pour gage de la foi Que le dieu conjugal veut de vous et de moi.

Et il prend en effet ce baiser tout à son aise. Cela va bien jusque-là; mais il ajoute tout de suite ^

Madame, s'il vous plaît, j'irai voir mes soldats,
Et les ordres donnés, je reviens sur mes pas.

Aux termes où ils en sont, ce brusque départ est peu civil et peu galant, et dans le plan donné de la scene, c'est la seule disconvenance qui s'y trouve 5 ce qui n'empêche pas la reine de s'écrier:

O miracle d'amour i

Scipion a-t-il tort de dire dans l'acte suivant?

Massinisse en un jour, voit, aime et se marie.

Mais voici qui est plus curieux. Après que la veuve de Syphax et le prince numide sont mariés, celui-ci , tout, en causant avec elle dans la premiere scene du quatrieme acte, lui fait une question <ju'on ne peut s'empêcher de trouver très-Raisonnable:

A propos , où naquit, en quel tems et pourquoi
La bonne volonté que vous avez pour moi?
De grace, accordez-moi le plaisir de l'entendre.
Vous plaît-il î

SOPHONISBÏ.

Volontiers : je m'en vais vous l'apprend: e.

Il a bien fallu exposer toutes ces platitudes pour faire voir d'où nous sommes partis, et ce qu'étaient nos chefs-d'œuvre avant Corneille. Il faut encore joindre à toutes ces fautes les pointes et le phébus des sonnets italiens. Massinisse, dans cette même scene, s'exprime ainsi: ".

Il est vrai que d'abord j'ai senti la pitié;
Mais comme le soleil suit les pas de l'aurore,
L'amour qui l'a suivie et qui la suir encore,
A fait en un instant dans mon cœur embrasé,
Le plus grand changement qu'il ait jamais causé.

Ce jargon domine d'un bout à l'autre dans Sylvie, tragi-comédie de Mairet, jouée en 162.1 , quinze "ans avant le Cid, et qui fit courir tout Paris pendant quatre ans. Il est vrai que cet insupportable abus d'esprit tomba entièrement lorsqu'on eut entendu le Cii3 qui en offre fort peu de traces;, «

« 이전계속 »