페이지 이미지
PDF
ePub

Oa plutôt ils n'ont tous qu'une même pensée.

Us verraient, par ce coup, leur puissance abaissée;Vous seriez libre alors , seigneur; et devant vous, Ces maîtres orgueilleux fléchiraient comme nous. Quoi donc? ignorez-vous tout ce qu'ils osent dire?

« Néron , s'ils en sont crus 3 n'est point né pour l'Empire;

» 11 ne dit, il ne fait que ce qu'on lui prescrit:

» Burrhus conduit son cœur, Séneque son esprit. » Pour toute ambition, pour vertu singuliere , » Il excelle à conduire un char dans la carriere j» A disputer des prix indignes de ses mains;» A se donner lui-même en spectacle aux Romains;

*' A venir prodiguer sa voix sur un théâtre;

*> A réciter des chants qu'il veut qu'on idolâtre;» Tandis que des soldats, de momens en momens,

» Vont arracher pour lui des applaudissemens. »

Ah ! ne voulez-vous pas les forcer à se taire?

Pour le coup, il est impossible que Néron résiste à cette adresse infernale. Chaque mot est un trait qui le perce : on le prend à la fois par toutes ses faiblesses: il faut qu'il succombe.

Viens, Narcisse, allons voir ce que nous devons faire.

11 ne dit pas positivement quel parti il prendra, mais on voit que son parti est déjà pris.

Cette scene est peut-être la plus grande leçon que jamais l'art dramatique ait donnée aux.souverains. On assure que l'endroit qui regarde les spectacles fit assez d'impression sur Louis XIV, pour le corriger de l'habitude où il était dans sa jeunesse, de représenter sur la scene dans les fêtes de sa cour. C'était une chose de peu d'importance; mais cette scene bien méditée peut donner de routes autres leçons; et pour ce qui regarde la politique des cours, dont Corneille parle si souvent, et que Fontenelle et tant d'autres prétendent si supérieurement peinte dans Othon, je crois que c'est ici qu'il faut la chercher \ qu'il n'y en a que quelques traits généraux dans ce petit nombre de vers qu'on a retenus d'Othon, piece que d'ailleurs on lit si peu, mais que le tableau entier se trouve dans les rôles d'Agrippine, de Burrhus et de Narcisse. Je ne parlerai du beau récit de la mort de Britannicus que pour observer le seul endroit où Racine, égal à Tacite dans tout le reste ( et c'est ce qu'on peut dire de plus fort ), paraît être resté au dessous de lui. Il s'agissait de peindre les différentes impressions que produisit sur les courtisans le moment où Britannicus expire empoisonné.

La moitié s'épouvante et sort avec des cris.
Mais ceux qui de la cour ont un plus long usage,
Sur les yeux de César composent leur visage.

Peut-être nedesirerait-on rien de plus, si l'on ne connaissait pas le texte de Tacite. At quitus altior intellectus 3 resistant defixi et Casarem intuentes. Mais ceux qui voient plus loin y restent immobiles 3 les yeux attachés sur César.

Rien n'est plus frappant que cette immobilité absolue dans un événement de cette nature. Demeurer maître de soi à un semblable spectacle, au point de n'avoir pas un mouvement avant d'avoir vu celui du maître , est le dernier effort de l'habitude de servir et le sublime de l'esprit de courtisan. C'est ainsi que Tacite sait peindre ', mais Racine, un moment après, se rapproche de lui dans ces vers qu'il ne doit point à l'imitation.

Son crime seul n'est pas ce qui me désespere;

Sa jalousie a pu l'armer contre son frere.

Mais, s'il vous faut, Madame , expliquer ma douleur,

Néron l'a vu mourir sans changer de couleur.

Ses yeux indifférens ont déjà la constance

D'un tyTan dans le crime endurci dès l'enfance.

Quel nerf d'expression! Tel est dans cent endroits le style de cet homme à qui l'on ne voulait accorder que le talent de peindre l'amour.

Un des caracteres du génie, et surtout du génie dramatique , est de passer d'un sujet à un autre sans s'y trouver étranger, et d'être toujours le même sans se ressembler jamais. Nous avons vu quel pas étonnant Racine avait fait lorsque, malgré le succès d'Alexandre, revenant par sa propre force à la nature et à lui-même, il fixa, a l'âge d« vingt-sept ans 3 une époque aussi glorieuse pour la France que pour lui, en offrant dans Andromaque un nouveau genre de tragédie. On pouvait dire alors : Quelle distance d'Alexandre à Andromaque! On put dire ensuite : Quelle différence d'Andromaque à Britannicus! On passe dans un monde nouveau, et la fable et l'histoire ne sont pas plus loin l'une de l'autre que ces deux pieces. Mais comment, parmi des beautés si séveres, a-t-il pu placer la tendresse ingénue et naïve de deux jeunes amans, tels que Britannicus et Junie, et se préserver de ces disparates qui nous ont si souvent blessés dans Corneille? C'est parce que le sort de ces deux amans qui nous intéressent à dépend sans cesse de ces personnages imposans qui se meuvent autour d'eux $ c'est surtout par l'art des nuances et de la gradation insensible des couleurs. Junie n'est que tendre avec Britannicus, mais quand elle paraît devant Néron qui lui offre l'Empire, elle n'est pas seulement une amante fidelle, elle devient noble. Elle refuse les offres de Néron et le trône du Monde, sans faste, sans effort, avec une modestie touchante. Elle ne brave point Néron , comme tant d'autres n'auraient pas manqué de le faire : elle ne met point d'orgueil

dans

dans ses refus; elle s'exprime de maniere à se faire estimer de Néron si Néron pouvait estimer la vertu, et à le fléchir en faveur de Britannicus, s'il était susceptible d'un sentiment honnête et louable. Il l'exhorte à passer du côté de [Empire , à oublier Britannicus déshérité par Claude. Elle répond:

Il a su me toucher, Seigneur, et je n'ai point prétendu m'en cacher. Cette sincérité, sans doute, est peu discrete; Mais toujours de mon coeur ma bouche est l'interprete.' Absente de la cour, je n'ai pas dû penser, Seigneur, qu'eu l'art de feindre il fallût m'exercer. J'aime Britannicus; je lui fus destinée Quand l'Empire devait suivre son hymenéc. Mais ces mêmes malheurs qui l'en ont écarté, Ses honneurs abolis, son palais déserté, La fuite d'une cour que sa chute a bannie, Sont autant de liens qui retiennent Junie. Tout ce que vous voyez conspire à vos desirs; Vos jours toujours sereins coulent dans les plaisirs} L'Empire en est pour vous l'inépuisable source: Ou si quelque chagrin en interrompt la course, Tout l'Univers, soigneux de les entretenir, S'empresse à l'effacer de votre souvenir. Britannicus est seul: quelque ennui qui le presse, Il ne voit à son sort que moi qui s'intéresse, Et n'a pour tout plaisir, seigneur, que quelques pleurs, Qui lui font quelquefois oublier ses malheurs. Cours de littér. Tome IV. E e

« 이전계속 »