페이지 이미지
PDF
ePub

berant en quel lieu il feroit passer l'hiver à fon Armée, fe determina par cette espece de Sort? Il fic purifier for Armée pendant trois jours , ensuite il ouvrit le Livre des Evangiles, & trouva que son quartier d'hyver, luy estoic marqué dans l'Albanie. Eftoit-ce là une affaire dont on pust esperer de trouver la décision dans FEcriture?

L'Eglise eft enfin venuë à bout d'exterminer cette Superftition, mais il luy a fallu du temps. Du moi ment que

l’Erreur est en possession des esprits, c'est une merveille si elle ne s'y maintient toûjours. ·

2

S E.

SE CON DE

DISSERTATION

Lay

Que les Oracles n'ont point cessé au temps de

lu Venuë de Jesus-Christ.

L

A plus grande difficulce qui regarde les Oracles est surmontéc, depuis que nous avons reconnu

que les Demons n'ont point dû y avoir de part, Le Oracles 'estant ainfi devenus indifferens à la Řeligion Chrestienne, on ne s'interessera plus à les faire fy: nit précisement à la Venüe de Jesus-Christ.

[merged small][ocr errors]

C

Foiblesse des raisons sur lesquelles cette Opinion

'est fondée. E qui a fait croire à la pluspart de Gens que les

Oracles avoient cesse à la Venüe de Jesus-Chrift, ce sont les Oracles mesme qui ont esté rendus sur le filence des Oracles , & l'aveu des Payens qui vers le temps de Jesus-Christ , disent souvent qu'ils ont ceffé..

Nous avons déja veu la fausseté de ces pretendus Oracles par lesquels un Demon devenu müet disoit luy-même qu'il étoit muët. Ils ont esté ou supposez par le trop de zele des Chrestiens, ou trop facilement reçells par leur credulité.

Voicy un de ceux fur lesquels Eusebe fe fonde pour foutenir

que

12 Naissance de Jesus-Christ-les a fait celfer. Il est tiré de Dorphire, & Eusebe ne manque ja

mais

D.7

mais à se prévaloir autant qu'il peut du témoignage de cet ennemy:

Je t'apprendray la verité sur les Oracles & de Delphes egue de Claros, disoit Apollon à fon Prestre. Autrefois il fortit du sein de la terre une infinité d'Oracles, ego des Fontaines, é des exhalaisons qui inspiroient des fureursi divinesi Mais la terre par les changemens. continuels que le temps amére, a reprise fait rentrer en elle melme come Fontaines, de exhalaisons, e Oracles. Il ne reste plus que les eaux de Micale dans les campagnes de Didime, som celles de Claros, e l'Oracle du Parnasse. Sur cela Eufebe conclut en general que tous les Oracles avoient Gellé.

Il est certain qu'il y en a du moins trois d'exceprez felon cet Oracle qu'il rapporte luy-mesme, mais il ne fonge qu'à ce commencement qui luy est favorable y & ne s'inquiete point du reste,

Mais cet Oracle de Porphire nous dit-il quand tous: ces autres Oracles avoievi cessé? point du tout. Eusebe veut l'entendre du temps de la Venuë de Jesus-Christ.. Sou zele est louable, mais la maniere de faifonner ne T'est pas tout-à-fait.,

Et quand meme l'Oracle de Porphire parleroit du temps de Jesus-Christ, il s'ensuivroit qu'alors plufieurs Oracles cefferent, mais qu'il en resta pourtant encore quelques-uus.

Eulebe a peut-estre crů que cette exception n'eftois rien, & qu'il fuffisoit que le plus grand nombre d'Oraeles euít cessé ; mais cela ne va pas ainsi. Si les Oracles ont esté rendus par des Demons, que la Naiffance de Jesus-Christ ait condamnez au filence, nul Demon n'a esté privilegie. Qu'il soit refté un seul Oracleaprés Jesus-Chrift, il ne m'en faut pas davantage, ce n'est poitu la Naissance qui a fait taire les Oracles. C'est icy un de ces cas ou la moindre exception ruïne ha proposition generale.

Mais peut-estre tes Demons à la Nailance de JesusCbrift out ceffé de soudre des Oracles, & les Oracles

d'ons

n'ont pas laissé de continuër , parce que les Prestres les ont contrefaits.

Cette supposition seroit sans aucun fondement. Je prouveray que les Oracles ont duré quarre cens ans aprés Jesus Chrift; on n'a remarqué aucune difference entre ces Oracles qui ont luivy la Naissance de Jesusä Christ, & ceux qui l'avoient precedée. Si les Prestres: ont si bien fourbé pendant quatre cens ans , pourquoji. me l'ont-ils pas toûjours fair ?

Un des Auteurs Payens qui a le plus servy à faire croire que les Oracles avoient cessé à la Venuë de Jesus-Christ, c'est Plutarque. Il vivoit quelques cene ans aprés Jesus-Christ, & il a fait un Dialogue sur les: Oracles qui avoient ceslē. Bien des Gens fur ce titre feul ont formé leur opinion, & pris leur party. Cependant Plutarque excepte pofitivement l'Oracle de Lé badie, c'est-à-dire de Trophonius , & celuy de Del phes, où il dit qu'il faloit anciennemenı deux Prestref fes , bien souvent crois, mais qu'alors c'estoit assez d'une. Du refte il avoüe que les Oracles estoiene rares dans la Beorie, qui en avoit efte autrefois une source tres-fé conde.

Tout cela prouve la cessation de quelques Oracles y & là diminution de quelques autres ; mais non pas la cellation entiere de tous les Oracles, ce qui seroit pour tant absolument vecessaire pour le Sisteme commun.

Encore l'Oracle de Delphes n'estoit-il pas fi fort de chu du temps de Plutarque; car luy-mesme dans uit autre Traité nous dit, que le Temple de Delphes estoit plus magnifique qu'on ne l'avoit jamais veu: qu'on en avoit relevé d'anciens Bastimiens que le temps coma mençoit a ruïner, & qu'on y en avoit ajoûté d'autres tout modernes: que mesme on voyoir une perire Ville qui s'estant formée peu à peu auprés de Delphes, er tiroit sa nouriture comme un perit Arbre qui pouffe au pied d'un grand, & qué certe perite Ville estoit parvenuë à eftce plus considerable qu'elle n'avoit esté depuis mille ans. Mais dans ce Dialogue mesme des Ora.

sles

veur

cles qui ont ceffé, Demetrius Cilicien l'un des Inter locureurşq dit qu'avant qu'il commençast les Voyages, . les Oracles d'Amphilochus & de Moplus eo fon Pais, estoient aussi florillans que jamais: que veritablement depuis qu'il en estoit party, il ne sçavoit pas ce qui leur pouvoit estre arrivé.

Voila ce qu'on trouve dans ce Traité de Plutarque , auquel je ne Içay combien de gens sçavans vous ren-, voyent pour vous prouver que les Oracles ont celle à la 'Venuë de Jesus-Chrift.

Icy mọn Auteur prétend qu'on est tombé aussi dans une méprise grossiere sur un passage du 2. l. de la Diviqarion. Cicerou se moque d'un Oracle qu'on disoit, qu'Apollon avoit rendu en Laçin à Pirrhus qui le conluloit sur la Guerre qu'il, alloit faire aux Ronjains.. Cet Oracle est équivoque , de forte qu'on ne sçait s'il dire que

Pirrhus vaincra les Romains, ou que les Romains vaincront Pirrhus. L'équivoque est attachée a la construction de la Phrafe Latine , & nous ne la (caurions rendre en François. Voicy les propres termes de Ciceron sur cet Oracle.

Premierement, dit-il, Apollon n'a jamais parlé Lațin. Secondement les Grecs ne connoissent point cet Otacle. Troifilémement Apollon du temps de Pirrhus avoit déja cesse de faire des Vers. Enfin quoy que les Eacides y de la famille desquels estoit Pirrhus , ne fuffent pas Gens d'un esprit bien fin, ny bien penétrant, cependant l'équivoque de l'Oracleef toit

, se manifeste que Pirrhuseyft s'en appercevoir.... Mais ce qui est le principal, pourquoy y a-t-il déją longtemps qu'il ne se rend plus d'Oracles à Delphes de cette forte, ce qui fait qu'il n'y a presentement rien de plus méprisé ?

C'est sur ces dernieres paroles que l'on s'est fondé pour dire que du temps de Ciceron il ne se rendoit plus . d'Oracles à Delphes,

Mon Auteur 'dit qu'on se trompe', & que ces mots, pourquoy ne se rend-t-il plus d'Oracles de cette forte , mar quent bien

que Ciceron ne parle que des Oracles en yers, quis qu'il étoit alors queltion d'un Oracle cenfermé

en

[ocr errors]
« 이전계속 »