페이지 이미지
PDF
ePub

l'Empire, Severus Septimus, Pescennius Neger, Clodius Albinus. On consulta Delphes , dit Spartien, pour sçavoir lequel des trois la Republique devoit souhaiter, en Oracle répondit en un Vers, Ie Noir est le meilleur, 1Affricain eft bon, le Blanc est le pire. Par le Noir on entendoit Pelcemius Niger, par

l'Affricain Severe qui estoit d'Affrique, & par le Blanc, Clodius Albinus. On demanda ensuite qui demeureroit le Maistre de l'Empire ; & il fut répondu. On versera le sang du Blanc & du Noir, l'Affricain gouvernera le monde. On demanda encore combien de temps il gouverneroit, & il fut répondu. Il montera fler lik Mer d'Italie avec vingt Vaisseaux, si cependant un Vaisseau peut traverser la Mer, par" où l'onemendoit que Severe regnecoit vingt ans. Il est vray que l'Oracle se reservoit une restriction obscure pour le pouvoir fauver en cas de besoin, mais elle fin dans le temps que Delphes estoie le plus florissant, il ne s'y rendoit pas de meilleurs Oracles que ceux-là.

On trouve cependant que Clement Alexandrin dans fon Exhortation aux Gentils, qu'il a composée, ou fous Severe, ou à peu-prés en ce temps-là, dit nettemene que la Fontaine de Caftalie qui appartenoit à l'Oracle de Delphes, & celle de Colophon, & toutes les autres Fontaines Prophetiques avoient enfin, quoy que tard, perdu leurs vertus fabuleuses.

Peut-estre en ce temps-là ces Oracles tomberent-ils dans un de ces filences ausquels ils estoient devenus sujets par intervalles ; peut-estre, parce qu'ils n'estoient plus guere en vogue, Clement Alexandria aimoit-il autane dire qu'ils ne lubsistoient plus du tout.

Il est toûjours certain que lous Conftantius Pere de Constantin , & pendant la jeunesfe de Constantin, Del. phes n'estoit

pas encore ruiné; puis qu'Eusebe fait dire à Constantin dans sa Vie, que le bruit couroit alors qu'Apollon avoit rendu un Oraele, non par la bouche d'une Prestresse, mais du fond de son obscure Caverne, par lequel il disoit que les hommes justes qui eftoient en terre, estoient cause qu'il ne pouvoit plus dire

Yray.

vray. Voila un plailant aveu. De plus, il faloit

que l'Oracle de Delphes fuft alors bien miserable, puis qu'on en avoit retranché la dépense d'une Prestreflè.

Il reçut un terrible coup lous Constantin, qui com. manda ou qui permit que l'on pillast Delphes. Alors, dit Eulche dans la Vie de Conftaurin, On produisit arx yeux du Peuple dans les Places de Constantinople, ces Stafnës dont l'erreur des hommes avoit fait si long-temps des objets de veneration & de culte. Icy l' Apollon Pithien, le Sminthien, les Trépiez dans le Cirque, les Muses He'iconides dans le Palais, furent exposez aux railleries de tout le monde.

L'Oracle de Delphes se releva pourtant encore une fois. L'Empereur * Julieu l'envoya consulter sur l'Expedition qu'il meditoit contre les Perses. Si l'Oracle de Delphes a esté plus loin, du moins nous ne pouvons pas pousser plus loin son Histoire. Il n'en est plus parlé dans les Livres, mais en effet il y a bien de l'apparence que c'est là le temps où il cella, & que ses der- . nieres paroles s'adresserent à l'Empereur Julien , qui estoit li zelé pour le Paganisme. Je ne sçay pas trop bien comment de grands Hommes ont pû mettre auguste en la place de Julien, & avancer hardiment que l'Oracle de Delphes avoit finy par la réponse qu'il avoit . rendnë à Auguste sur l'Enfant Hebreu.

Quelques Aucurs + modernes qui ont trouvé cet Oracle digne d'une fin éclatane, luy en ont fait une. Ils ont lu dans Soloméne & dans Theodoret , que sous Julien, le feu avoit pris au Temple d'Apollon qui eftoit dans un Fauxbourg d'Antioche appellé Daphné, sans qu'on eust pû découvrir l'auteur , ou la cause de cet incendie ; que les rayons en accusoient les Chrestiens , & que les Chrestiens l'attribuoicnt à un fondre lancé de la main de Dieu. A la verité, Theodoret dic que le Tonnerre cstoit tombé sur ce Temple; mais Scsoméne n'en parle point. Ces modernes se font avisez de transporter cet évenement au Temple de Delphes qui

estoit * Theodoret. + Melanchton. P. Peucer. Boissard. Hospinien.

pour

estoit fort éloigné de là, & de dire que par une jufte vangeance

de Dieu les foudres l'avoient renversé au milicu d'un grand Tremblement de terre. Ce Tremblement de terre dont ny Soloméne, ny Theodoret ne parlent point dans l'incendie mesme de Daphné, a esté mis là pour tenir compagnie aux foudres ; &

honorer l'avanture. Ce seroit une chose emnuieuse de faire l'Histoire de la duréc de tous les autres 'Oracles depuis la Naissance de Jesus-Christ, il suffira de marquer en quels temps on trouve que quelques-uns des principaux ont parlé pour la derniere fois : & souvenez-vous toûjours que ce n'est pas à dire qu'ils ayent effectivement parlé pour la derniere fois, dans la derniere occasion où les Auteurs nous apprennent qu'ils ayent parlé.

Diou qui ne fiuit son Histoire qu'à la huitiéme année d'Alexandre Severe , c'est-à-dire l'an 230. de Jesus-Christ, dit que de son teinps Amphilocus rendoit encore des Oracles en Songe. Il 10.5 apprend aussi qu'il у avoit dans la Ville d'Apollonie un Oracle où l'avenir se déclaroit par la maniere dont le feu prenoit à l'encens qu'on jettoit sur un Aurel. Il n'estoit pas permis de faire à cet Oracle des Questions ny de mort ny de mariage. Ces restrictions bizarres estoient quelquefois fondées sur l'Histoire particuliere du Dieu qui avoit eu sujet pendant la vie de prendre de certaines choses en aversion ; je croy aulli qu'elles pouvoient venir quelquefois du mauvais succés qu'avoient eu les réponles de l'Oracle sur de certaines marieres.

* Sous Aurelien, vers l'an de Jesus-Christ 272. les Palmireniens revolcez consulterent un Oracle d'Apollon Sarpedonien en Cilicie. Ils consulterent encore celuy de Venus Aphacite, dont la forme estoit assez finguliere pour mériter d'estre rapportée icy. Aphaca est un lieu entre Heliopolis & Bible. Auprès du Temple de Venus est un Lac semblable à une Citerne. A de cercaines Assemblées que l'on y faic dans des temps reglez,

on

* Zozime.

on voit dans ces lieux là un feu en forme de globc ou de 'lampes ,

& ce feu, dit Zofime , s'est vcu jusqu'à nostre temps,

c'est-à-dire jusque vers l'an de JelusChrilt 400. On jette dans le Lac des Presens pour la Déesse, il n'importe de quelle espece ils soient. Sielle les reçoit, ils vont au fonds ; fi elle ne les reçoit pas , ils surnagent, fust-ce de l'argent ou de l'or. 'L'année qui préceda la ruïne des Palmiréniens, leurs Presens allercut au fond, mais l'année luivante, tout furnagea.

* Licinius ayant dessein de recommencer la Guerre contre Constantin, consulta l'Oracle d'Apollon de Didimc , & en eut pour réponse deux Vers d'Homere dont le sens est, Mulheureux Vicillard, ce n'est point à toy à combattre contre de jeunes Gens , tu n'as point de forces, ton age t'accable.

# Un Dieu allez inconnu , nommé Besa, rendoit encore des Oracles torr des Billets à Abide, dans i'extremité de la Thebaïde , sous l'Empire de Constantius ; car on envoya à cet Empereur des Billets qui avoient esté laissez dans le Temple de Besa , sur lesquels il commença à faire des informations tres-rigoureuses, & jetta dans des prisons, ou envoya en exil, ou fit tourmenter cruellement un aslez grand nombre de personnes. C'est que par ces billets on consultoit le Dieu sur la destinée de l'Empire , ou sur la durée que devoit avoir le Regne de Conftantius, ou mesmo sur le succés de quelque deslein que l'on formoit con

Enfin Macrobe qui vivoit sous Arcadius & Honorius, Fils de Theodofe, parle du Dicu d'Heliopolis de Sirie & de fon Oracle , & des Fortunes d'Antium, en des termes qui marquent positivement que cout cela subsistoit encore de son temps.

Remarquez qu'il n'importe pour nostre dessein que toutes ces Histoires soient vraïes, ny que ces Oracles ayent effectivement rendu les réponses qu'on leur artribuë. On n'a pû attribuer de faufles réponses qu'à

E

des Sofoméne. t Ammian Marcellin.

[ocr errors]

tre luy.

des Oracles

que l'on sçavoit qui subsistoient encore effectivement ; & les Histoires que tant d'Auteurs en ont débitées, prouvent du moins que l'on ne croyoit pas qu'ils euflent ceflé.

CHAPITRE. IV.

Ceffation generale des Oracles avec celle du Paganisme.

E mire, pas les Paganime ne cella
N general les Oracles n'ont cessé qu'avec le Paga-

pas

à la Venue de Jesus-Christ.

Constantin abatit peu de Temples, encore n'ofa-t-il les abatre qu'en prenant le prétexte des crimes qui s'y .commettoient. C'est ainsi qu'il fit renverser celuy de Venus * Aphacite , & celuy d'Esculape qui estoit à 7 Eges en Cilicie, tous deux Temples à Oracles, Mais il défendit que l'on facrifiaft aux Dieux , commença à rendre par cet Edit les Temples inutiles.

On trouve des Edits de Constantius & de Julien, a lors César, par lesquels toute Divination est défenduë sur peine de la vie, non seulement celle des Astrologues, & des Interpretes de Songes, & des Magiciens, mais aulli celle des Augures & des Aruspices, ce qui dovnoit une grande atteinte à la Religion des Rico mains. Il est vray que les Empereurs avoient un interest particulier à défendre toutes les Divinations, parce qu'on ne faisoit autre chose que s'enquerir de leue destinée , & principalement des Successeurs qu'ils devoient avoir , & tel se revoltoit & pretendoit à l'Empise, pour avoir esté Alaté par un Devin. Nous avons veu qu'il restoit encore beaucoup d'Ora

lorsque Julien se vit Empereur , mais de ceux qui estoient ruïnez, il s'appliqua à en rétablir le plus qu'il put. Celuy du Fauxbourg de Daphné, par exem

ple, * Zozime. + Ensebe, vie de Conft. Theodoret.

cles

« 이전계속 »