페이지 이미지
PDF
[ocr errors][subsumed][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[blocks in formation]
[graphic][subsumed][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

Ainfi, fans m'aveugler d'une vaine manie,
Je mesure mon vol à mon foible génie: : :
Plus fage en mon respect, que ces hardis Mortels
Qui d'un indigne encens profanent tes autels; ..
Qui dans ce champ d'honneur , où le gain les amcine,
Osent chanter ton nom fans force & fans haleine ;
Et qui vont tous les jours, d'une importune voix,

T'ennuyer du récit de tes propres exploits. | L’Un en stile pompeux habillant ane Eglogue; in

De

RE MARQUE s. CHANGEMENS. Vers 11. Et dans ce haut éclat &c.]. Ce vers & le suivant étoient de cette manière dans les premic: zes éditions:

Et ma plume mal propre à peindre des Guerriers, piiri

Craindroit, en les touchant, de flétrir tes lauriers.,
L'Auteur les changea aing dans l'édition de 1674...

Et de fe bants exploits mail-propre à discontir, i ''.

Touchant à Tas lauriers craindroit de les fétrir. , :;! TS Infin dans les Editions suivantes, il corrigea encore le pres mer de ces deux vers, comme il est ici : “ Et dans ce haut éclat où Tu te viens offrir, &c.

CHANG, Vers 13. Ainsi, fans m'aveugler.] Dans les premières éditions il y avoit : Ainfi, fans me flater.

VERS 21. L'un en stile, pompeux habillant une Eglogue.] CHAR PENTIER avoit publié en 1663, un Dialogue en vers fort pompeux, intitulé: Louis, Eglogue Roiale. Cette pièce étoit un composé ridicule des louanges du Roi, & de celles de

Pauteur.

[ocr errors]
« 이전계속 »