페이지 이미지
PDF
ePub

de Ribé , demeuroit à Paris ; le 20 Juillet 1679, il fut apanné de 3000 livres, comme ses freres, Leonnet, Léonnard & François de Brandon.

[ocr errors][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][merged small]

Jean-Louis de BRANDON, Ecuyer , Seigneur 'de Fressineau & autres lieux , Chevalier de l'Ordre du. Roi , Lieutenant d'une compagnie de chevaux légers pour le service du Roi, commanda quarante Mestres , un Cornette , un Maréchal de Logis au siége de Sainte Menhoue. Il épousa Damoiselle Catherine de Miomandre , le 11 Avril 1643 , laquelle fit son testament au Château de Fressineau, le 10 Juin 1660, devant, Bregeix Noraire. : 'Il convola en secondes Noces avec Catherine Damoiselle de Rodarelle, le 6 Avril 1663 , fic son testament devant Nourillon Notaire. Il rappelle tous ses enfants du premier lit. Jean, trois du nom , qui suit son fils aîné, & héritier, Leonner , Anne & Jeanne de Brandon, & dota son enfant posthume, dont la Dame de Rodarelle son épouse , étoit enceinte , enfin legua 200 livres pour établir Anne Brandon sa fille naturelle.

iDou z I E ME DEGR É. JEAN trois du nom DE BRANDON, Ecuyer; Seigneur de Libersac , Freslineau & Beauregard , Garde-du-Corps du Roi , épousa Damoiselle Anne-Diane-Françoise de Lauzanne , fille de Godefroi de Lauzanne , Ecuyer , Seigneur de l'Estang de Calander, qui portoit d'azur à deux étoiles d'or en cæur croissant d'argent ; & de Damoiselle Marguerite de Pierrebrune , de Peupheloux, les Octobre 1672 , devant Petit, Notaire Royal , dont Charles Gaspard qui suit.

TR E I ZI E ME DEGR É. Mellire CHARLES - GASPARD DE BRANDON ; Chevalier, Seigneur de Liberfac , épousa Damoiselle Marie de Mulatier de la Trolliere , fille de feu Antoine de Mulatier de la Trolliere , Ecuyer , Seigneur de Goziniere, qui porroit d'azur à trois têtes de mulets mufellés d'or & de Damoiselle Magdelaine de Defescures, qui porroit d'azur, à la croix anglée d'argent en cæur étoillé d'azur, le 8 Février 1710, de

vant Tillier Noraire Royal à l'Heneuil , près - Cerilly dont :

QU A T O R ZI È ME DEGRÉ. .
Messire Philippe De BRANDON , Chevalier,

1 R 4 :

[ocr errors]

Seigneur de Liberfac & du Poirier, Paroisse de Buxierre-la-Grue en Bourbonnois, admis aux Cadets Gentilhommes, élevé au Château de Caen par Sa Majesté, passé ensuite à la Compagnie des six cents Gentilhommes entretenus à Metz par le Roi , qui le fic Officier dans la Milice de Bourgogne, épousa Damoiselle Marie de Magnoux, fille de Charles de Magnoux , Ecuyer , Seigneur de Touzelle , Paroisse de Saint-Pierre des-Eftuves , qui portoit d'azur à deuší chevrons l'un sur l'autre d'or, accompagnés de trois merlettes d'argent , 2. en chef & une en pointe , surmontant un cour d'or & de Damoiselle Marie d'Huvislel, laquelle portoit , d'azur à deux demi-vols d'argent posé en fasce , devant Advenier , Notaire Royal. De ce mariage sont issues deux Damoiselles , l'une épouse de M. le Chevalier de Terfy , tout les deux décédées , & ont laissé quatre mineurs.

Et Damoiselle MARIE-ANNE DE BRANDON, de Libersac , épouse de Monsieur le Baron de BONNEVAL, de la Roche - VERNEUIL , dont nous avons rapporté la postérité.

Fin du Tome premier.

A P P R O B A TI O N.

J'ar lu, par ordre de Monseigneur le Garde des Sceaux, an Manuscrit ayant pour titre : Nouvelle Histoire de la Province du Berry, &c. par M. Pallet , Avocat en Parlement. Cet ouvrage, tel qu'il s'annonce par le premier volume , deviendra un monument utile pour une histoire générale de notre Nation , & je crois qu'on peut en permettre l'impression. A Paris, ce 6 Juin 1783.

Signé GUYOT.

PRIVILÉGE GÉNÉR A L. TOUIS, par la grace de Dieu , Roi de France & de Navarre: LA nos amés & féaux Conseillers, les Gens tenans nos Cours de Parlement, Maîtres des Requêtes ordinaires de notre Hôtel , Grand-Conseil, Prévôt de Paris, Baillifs , Sénéchaux, leurs Lieutenans Civils , & autres nos Justiciers qu'il appartiendra , SALUT. Notre bien amé le lieur PALLET, Avocat en Parlement, Nous a fait exposer qu'il délireroit faire imprimer & donner au Public un ouvrage de la composition, intitulé : Nouvelle Histoire de la Province du Berry , contenant son origine & ses antiquités les plus reculées, tane Gauloises que Romaines , &c. s'il nous plaisoit lui accorder nos Lettres de Privilége à ce nécessaires. À CES CAUSES, voulant fayorablement traiter l'Exposant, Nous lui avons permis & permettons de faire imprimer ledit Ouvrage autant de fois que bon lui semblera , & de le vendre, faire vendre par-tout notre Royaume. Voulons qu'il jouisse de l'effet du présent Privilége, pour lui & fes hoirs à perpétuité, pourvu qu'il ne le rétrocéde à personne; & li cependant il jugeoit à propos d'en faire une cession, l'Ace qui la contiendra sera enregistré en la Chambre Syndicale de Paris, à peine de nullité, tant du Privilége que de la ceffion ; & alors par le fait seul de la cession enregistrée , la durée du présent Privilege sera réduite à celle de la vie de l'Exposant, ou à celle de dix années à compter de ce jour , si l'Exposant décéde avant l'expiration del:

« 이전계속 »