페이지 이미지
PDF
ePub

4

1707

[ocr errors]

LA FESTE D'AUTEUIL,

ΟΟ
LA FAUSSE MÉPRISE,

COM E DIE

En Vers , & en trois Actes.

par les

De Monsieur DE BOISSY.
Représentée pour la premiere fois
Comédiens François, au mois d'Août

1743
Le prix est de trente fols.

A PARIS,
Chez JACQUES CLOUSIER, rue Saint Jacques,

à l'Ecu de France.

M. DCC. XLV.
Avec Approbation , Privilege du Roia

ACTE VR'S.

LE COMMANDEUR.

LA COMTESSE , Niéce du Comman

deur.
DAMOŃ, Frere de la Comtesse, déguisé en

Femme.
LAURE, déguisée en Marquis.
FINETTE, déguisée en Hussard.
CRISPIN, Valet de Chambre de Damon,
LA FLEUR , Laquais.

La Scene eft à Anteüil , chez le Commandeur.

P2 1957
BTh F4

LA FESTE D'AUTEUIL,

COM E D I E.

A C Τ Ε Ι.

SCENE PREMIER E.

LE COMMANDEUR , LA COMTESSE.

LE COMMANDEUR.

OU 1, dans la fête que j'ordonne', Je veux faire briller , par l'art qui l'assaisonne, Le bon goût de mon tems que je vois éclipse; Et que le Bal d'hier, dont tout Paris raisonne, Soic par l'éclat du mien hautement effacé. Ma niéce c'est

pour toi qu'aujourd'hui je le donne

Aij

LA FESTE D'AUTEUIL;

LA COMTESSE.
Pour moi !

LE COMMANDEUR.
Ton Mariage à demain est fixé.

LA COMTESSE.
Quoi ! sitôt ?

LE' COMMANDEUR."
Je ne puis par trop de diligence ,
Ni par trop de magnificence
Témoigner la joie où je suis ,
De voir former une alliance ,

Qui doit unir ma Niéce au Fils
Du meilleur du plus cher de tous mes vieux

Amis
Il joint l'éclat du sang aux biens si nécessaires i

Il n'a pas vingt ans accomplis:
En adresse, à personne il ne le céde guéres ;

De la figure il remporte le prix ;

C'est le plus beau de tous les Mousquetaires. De ton premier hymen les næuds mal assortis , Ne t'ont fait éprouver qu'un fâcheux esclavage:

il faut qu'un second mariage, Te liant au destin d'un Mari mieux tourné

De ce malheur te dédommage,
Et te false à son tour, sentir tout l'avantage

D'un lien proportionné,

Tel que depuis long-tems mon fein te le ménage,
Le Marquis , c'est l'Epoux que je t'ai destiné,

Est cour exprès revenu de Bretagne.
On a peint ta beauté fi parfaite à ses yeux ,

Que dans l'ardeur qui l'accompagne,
Il a pressé son retour en ces lieux.
Son Pere me l'écrit ainsi, l'amour , d'avance.....

LA COMTESSE.
Mon Oncle, c'est plûtôt un desir curieux

Qui cause son impatience ;

Ce n'est plus l'usage aujourd'hui
De s'enflâmer sur le rapport d'autrui,

Pour une Maîcrelle inconnuë;

Pour moi , qui suis plus ingénuë,
J'avoůrai que le bien que l'on m'a dit de lui,
Ne m'a, jusqu'à présent, que foiblement émuë.
Je n'en crois que mes yeux, ou plûcôt ma raison
Mon ame, en attendant, demeure suspenduë.

LE COMMANDEUR.
Il ya se rendre ici , tu changeras de ton ;

Tu fais en vain la résoluë ,

Ma Niéce , il est fait de façon
Qu'il te subjuguera dès la premiere vûë.

A l'aspect d'un si beau garçon ,
Tu voudras qu'au plûtôt l'affaire soit concluc:
Adieu , je veux qu'Auteuil l'emporte sur Paris,

A iij

زا

[ocr errors]
« 이전계속 »