페이지 이미지
PDF
ePub

LAURE. Cette espece de gens est des plus condamnablesa Ils se corrigeroient , s'ils croyoient mes conseils

i Mais leur nombre est petit.

LA COMTESSE.

Des plus considerables.
Le monde est plein de ces aimables,

Et de ces Narcisses nouveaux ,
Qui plus parés que nous , s'admirent d'un frone

calme : Sur les modes du jour , prononcent en Héros , En tout de la beauté nous disputent la palme, Et sont moins nos amans qu'ils ne sont nos ri

vaux.

LAURE. Je suis avec raison trop partisan des femmes, Pour n'être pas choqué d'un abus fi criant : Pour nous comme pour vous , il est humiliant.

Le culte que l'on rend aux Dames , Eft un hommage juste autant que naturel.

Te la beauté Déesses souveraines, Seules vous méritez notre encens éternel Nous devons vous offrir nos plaisirs & nos peines ,

Et quand l'audace d'un mortel Ofe dans le grand jour , où chacun vous con

temple,

[ocr errors]

Elever autel contre aurel
Er devenir le Dieu du Temple;

SaiGissez-vous du Criminel,
Et fans pitié faites-en un exemple.

D A MON.
Vous prenez vivement nos intérêts à cœur.

LA U R E.
Comme les miens, & mon ardeur
N'y met aucune difference.

DAM ON.
Eh bien ! qu'en dites-vous , Hortense ?

LA COMTESSE,
Monfieur plaisante.

LAURE.
Non, ce n'est pas mon humeur.

DAMON.
Je le crois plus fincere.

LA COMTESSÉ.

En secret du coupable, Moi, je pense plutôt qu'il est le protecteur.

LA URE. C'est m'offenser. J'en suis , je le jure d'honneur,

L'ennemi le plus implacable. Plus le Ciel a sur nous répandu sa faveur, Plus, de ces dons heureux, nous vous devons l'hommage,

Et nous montrer foumis devant notre vainqueur, Nous devons profiter d'un fi doux avantage, Non pour nous applaudir de nous même chara

més,

Mais pour vous plaire davantage; Et nous rendre à vos yeux plus dignes d'être aimés.

DAMON bas à la Comteffe.

Mais ce jeune homme eft adorable
Autant par son esprit , & par fes sentimens ,

Que pour l'éclar de la figure aimable,
Et vous devez vous rendre en ces moc

meis.

LA COMTESSE bas à Damon Taisez-vous ; ce n'est-là qu'un hipocrite , Qui sçait fe contrefaire & n'a qu'un faux mérite.

DAMON à Laure,

Des Dames tout le corps entier Publiquement, Monsieur, doit vous remercier

De prendre si bien la défense.

LAURE.
Je suis zelé pour lui ; qui l'outrage m'offense,

Et je ne fais aucun quartier,

D AMON. Manfieur voudroit-il faire un tour de promenade ? Il verrà notre parce

[ocr errors]

LAURE.
Votre avis eft le mien,

DAMON,
Le point de vue est beau.

LAURE.

Je me trouverai bien,
Par tout où vous ferez.

Elle donne la main à Damon,
LA COMTESSE à part.

Ah ! politeffe fade !
Moi, près de lui , je me trouve fort mal;

J'ai pensé juste , & par ma mascarade
J'ai déja demasqué mon homme ayant le

Bal,

А СТЕ

II

SCENE PREMIER E.

CRISPIN seule

Decep

E ce petit Hussard le minois me tracasse:
Sa figure, quoi que je faffe ,

Me revient toûjours dans l'esprit.

Il pourroit bien ne l’êcre qu'à credit ; Je ne sçai qu'en penser. Ca ressemblance est telle, Avec une Finette , à qui pendant trois mois

J'en ai compré vivement autrefois,

Qu'on la croiroit sa forur jumelle : Il seroit fort plaisant qu'en effet ce fut elle; Mais pourquoi pas ? tout est possible à la rigueur: Une Soubrette au fonds n'est

pas

inaltérable Dans les principes de l'honneur, Non, Finerre n'a pas l'assurance & le cæur

Qu'il faut pour un rôle semblable: Une fille d'ailleurs que j'ai trouvée aimable , Et pour qui j'ai brûlé d'une parfaite ardeur,

De s'oublier ainsi, n'est pas capable :

« 이전계속 »