페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

Vous n'avez rien

de mieux à faire. LA COMTESSE. Quoique de vos conseils , je fasse très-grand cas

Voilà celui que je ne suivrai pas ,
C'est à quoi, fans retour , je suis bien résoluë.

DAM.ON.
Un refus li bizarre est pour moi tout nouveau ;

Encore un coup, ma Sæur,ouvrez la vûë ,

Voyez le Marquis dans son beau ,
Ou plutôt dans son vrai. Sans flatter le Tableau,
Trouverez-vous jamais un époux qui l'aproche ?

LA COMTESSE.
Pour lui tréve d'éloge , & pour moi de reproche :
On voit que le Marquis vous

le Marquis vous a dit des douceurs, Vous l'en

payez toujours par quelques traits flat

teurs;

Et vous avez l'ame reconnoissante.

DAMON.
Vôtre seul intérêr m'oblige à le louer ,

Quand vous seriez fondée à me désavouer,

Qu'il n'auroit pas les vertus que je vante,
Vous êtes malgré vous forcée à l'épouser
Dans ce jour solemnel, dans cette heure pressante,
Où tout pour votre hymen vient de se disposer:

Vous ne pouvez le refuser,
Sans percer , d'un trait effrożable,

Mon Oncle, qui s'en fait un honheur des plus grands

Sans vous donner en même tems
Un ridicule épouvantable.

LA COMTESSE.
Je préfére , Monsieur , tout pesé mûrement ,

Le ridicule d'un moment

Au malheur de toute la vie. Mais pour trancher d'un mot un propos qui m'en

nuie,

Je ne serai jamais la femme du Marquis,
Trop d'opposition regne dans nos esprits :

Et si votre Seur vous est chere ,
Elle vous fait une priere;
Voyez fans attendre plus tard,

Voyez mon Oncle de ma part,
Dites-lui qu'un dégoût invincible me porte.

D AMON.
Non, non, je ne me charge point
D'un ambassade de la forte.

LA COMTESSE.'
Au plaisir que j'attens , l'amitié vous exhorte;
Mon Frere , qui plus est votre intérêt s'y joint,
Vous en avez une raison très-forte.

D A MON. Non,je n'en ferai rien, vous vous mocquez de nous.

LA COMTESSE.
Ma bonté qui vous le conseille

S'offre à vous rendre la pareille, Expliquez-vous pour moi , je parlerai pour vous.

DA MON.
Comment pour moi!quel est donc ce langage: ?

LA COMTESSE.

Oui, je m'exprime assez bien, Je m'ouvrirai pour vous sur votre mariage ; Vous vous expliquerez, vous, pour moi sur le mien.

DAMON.
Mon mariage, à moi ! mais je n'y conçois rien ;
Le vôtre apparemment vous a brouillé la tête.

LA COMTESSE.
Un nuage plûtôt vous offusque l'esprit ;

Si vous n'en êtes pas instruit,
Sçachez , avec le mien , que votre himen s'aprête,
Mon Oncle à son retour, lui-même me l'a dit.

DAMON. De quoi s'avise-t-il ! mais qu'elle est donc la fem

me Dont il veut m'honorer ? LA COMTESSE.

C'est une belle Dame,

Fort riche , & dont les qualités Ne doivent pas en vous trouver un caur revêche,

Vous

Vous l'allez voir brillante arriver en calèche,
Et vos premiers regards en seront enchantés.
C'est la Baronne.

DAMON.
Ah ! Ciel: mais je la croyois morte.

LA COMTESSE.
Songez qu'elle est charmante.
DAMON.

En fi,
Que le char qui l'amene , au plûtôt la remporte ,
Er mon Oncle avec elle , & toute son escorte :
Il faut absolament qu'il radote aujourd'hui.

Ah! qu'il garde plûtôt pour lui

Sa Cleopatre furannée; Il a toûjours pour moi parfaitement choisi ; Il vouloir me donner un monstre l'autre année,

il m'offre un fiecle celle-ci.

LA COMTESSE. Vous n'avez pas de goût pour les jeunes person

nes.

D AMON.

Oh ! j'en ai beaucoup moins pour les vieilles Baronnes,

Ciel! comment me tirer de là ? Mon sort est dans ce jour d'une bisarrerie....

F

LA COMTESSE: J'en vois un moyen sur ; mon frere , épousez-là.

DA MON.

Le plaisant conseil que voilà ! J'aimerois mieux rester fille toute ma vie.

LA COMTESSE.
Mais mon Oncle a promis pour vous, il le faudra;
Et vous l'affligeriez d'une étrange maniere.

DA MON.
Qu'il s'afilige tant qu'il voudra,
Je ne m'en embarralle guere.

LA COMTESSE.
Ouvrez les yeux. Voyez la Baronne en son beau;
Voyez son opulence , & ses vertus fans nombre.

D A MON.
Le nombre de ses ans est son plus grand fardeau,

Et son éloge me rend sombre;
Hors de saison vous badinez toûjours.

LA COMTESSE.
Je vous imice , & vous rend vos discours,

D AMON. Comme vous le pourrez, ma saur, fortez d'intrigue;

Pour moi que cet habit fatigue, Dans ma chambre au plutôt je vais m'en dépouil.

[ocr errors]
« 이전계속 »