페이지 이미지
PDF

NARBAL.
Quelle fatalité vous dérobe à vous-même
De fes perfécuteurs le cruel ftratagême?
Déjà même Philon, fous les coups expiré ,'
Par le peuple en fureur vient d'être déchiré.
Tout Solime eft inftruit de fes noirs artifices;
Et peut-être, Seigneur, veut d'autres facrifices.
La trille Glaphira cède à fon défefpoir;
Tous les cœurs à fes cris fe laiifent émouvoir:
Et tremblant du péril qui menace Alexandre ,

Antipater lui-même armé pour le défendre

HERODE. 'Ah ! courons le fauver.

SCENE VIII.

HERODE , SALOME , NARBAL , ACHAS. SALOME.

A

. Rrête :il n'eft plus temps. Toa fils vient d'expirer.

HERODE.

Ciel! qu'eft-ce que j'entends , Euriclés n'a-t-il pas été depofitaire D'un ordre qui révoque un Arrêt fanguinaire? Par là de mes defleins le Confèil prévenu....

SALOME. L'ordre jufqu'au Confeil n'en eft point parvenu: Euriclés l'a fouftrait ; c'eft moi qu'il a Fervie. Mais enfin Euriclés vient de perdre la vie. Le peuple en ce Palais conduit par fa fureur , En a fait à mes yeux un fpeétacle d'horreur. J'avois fur qui jetter le meurtre d'Alexandre , Maisnon, Salome ici ne veut point s'en défendre: Il périt par mes coups, s'il échape à ta Loi j

Et le fàng en a du rejaillir jufqu'à toi.

HERODE.
Perfide ! crois-tu donc éviter ma vengeance?

S A LOME.
Et toi, crois-tu mes jours encore en ta pu jflance s
Déjà j'ai fait couler le poifon dans mon fein.
J'ai fçu qu'Antipater trahifloit mon dcflein :_
Que parmi tant de maux , de troubles domeftiques »
Thirron t'a révélé mes complots, mes pratiques:
Par-là j'ai vu tomber mon efpoir, ton erreur j
Et fur mes attentats j'ai prévu ta fureur.
Tout un peuple d'ailleurs me pourfuit à main forte î
J'ai voulu me fouftraire à l'ardeur qui l'emporte.
Que te dirai-je enfin? j'abufai de ta foi.
J'ai tout fait pour régner ; je n'ai rien fait pour toi.;
J'ai joint le fang des tiens a mille autres victimes.
Par tes maux déformais ofe compter mes crimes.
Adieu. De tant d'horreurs fi j'ai rempli ton fort,
Je te laifle du moins l'exemple de ma mort.

SCENE DERNIERE.
HERODE , NARBAL , ACHAS.'

HERODE.

Elle expire... Mon fils va rejoindre fa mère!
Moi feul je vis encore ! 6 comble de mifere!
O vengeance , où lançant d'inévitables coups,
Le Ciel à fon pouvoir menue fon courroux.
Mais que vois-je ?le jour de ténèbres fe couvre!
Le ciel s'arme d'éclairs; & la terre s'entr'ouvre!
Quels funeftes objets ! fous quels affreux lambeaux j
Quelle foule de morts fortent de leurs tombeaux î
Quelle main vengerefle en ranime la cendre?
Ariftobule , Hircan, Mariamne, Alexandre ,
Illuftres malheureux que ma rage a profcrits!
Qu'entens-je ! le Ciel gronde y & le mêle à leurs cris,
Fuyons de tant d'objets l'épouvantable image:
Mais un fleuve de fang s'oppofe i mon paffage!
L'horreur règne partout, & dans ce vafte effroi ,
La nature périt, ou s'arme contre moi.

NARBAL
Seigneur

HERODE. Narbal, c'eft toi ! foit pitié , foit colère; Le Ciel permet encor que la raifon m'éclaire. Mais trop cruelle helas ! que me fert fon effort, Qu'à jetter plus de jour dans l'horreur de mon fort I O toi, peuple infidelle à tes Rois légitimes, Et qui me couronnant, préparois tant de crimes, Complice des fureurs dont mon cœur fut épris , De tes funeftes dons je te garde le prix. Viens, peuple ingrat, viens voir tes femmes défoléesi Fuyant de toutes parts , pâles , échevelées. Vais dans leurs bras fànglans tes fils à peine nez, Tous profcrits par mon ordre au glaive abandonnez,

A C H A S. 'Jufte Ciel!

HERODE. Tout à coup ma terreur le redouble. Ce Palais difparu vient d'augmenter mon trouble,' Où fommes-nous ? mais quoi! dans le fond de ces

lieux ,
Mon fils fombrc & penfif vient s'offrir à mes yeux!
Mariamne le fuit, & d'un fer homicide
Elle-même elle en vient d'armer la main perfide.
Non, non, cet appareil ne regarde que moi:
N'en doutons point : prends garde ; ils viennent ; )6

les voi.
Quels regards enflamez me lance leur colère?
Arrête malheureux ! c'eft le fang de ton père:
Il eft facré pour toi ; n'en fouille point ton bras,;
Et laiflè à ma fureur le foin de mon trépas.
Fin du cinquième e£> dernier Ac7e-

ANTIOCHUS ,

O U

LES MACHABEES,

TRAGEDIE.

« 이전계속 »