페이지 이미지
PDF
[graphic]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

£t ne nous frappe pas toujours dans fa colère,

MACHABE'E. Je fçai quel prix fa main attache à fes rigueurs: Et l'efpoir ne doit point expirer dans nos cœurs. Toutefois, fans céder à d'indignes allarmes, Un mouvement fecret me dérobe des larmes. Mon eœur , qu'en fon devoir tout paroît affermir,; Ne peut voir Zoraide en ces lieux, fans frémir. Ciel ! avec quelle joye, avec quelle aflurance , Ce cœur, d'Antiochus braveroitlapuiflance, Si dans le noir chagrin, dont il eft déchiré, Ton bras ouvroit pour elle un azile fàcré! Mais, Madame, c'eft vous , qu'un pareil foiri re-f

garde.
Sauvez ce cher dépôt, commis à votre garde:
Derobez-lui l'horreur, qui règne en ces climats.
Ne craignez, rien. Memphis eft ouverte à Yss pas;
De fon Ambafladeur, l'entremife fecrete
Sçaura vous ménager une prompte retraite.
Du Vainqueur, dans Solyme, il craint peu le couf ^

roux.
On fçait ce que l'Egypte a déjà fait pour nous:
Que les Rois, de Solyme , embraffant la défenfè
Entre elle & fes Tyrans, ont tenu la Balance.
Au péril, qui nous prefle, il faut tout oppofer.

SALMONE.
Ah ! ce n'eft que fur Dieu, qu'il s'en faut repofér.' -
C'eft en vain qu'aux périls, Zoraïde eft livrée;
Hfçaura la cacher fous fon aile facrée:
Dieu, qui forma fon cœur aux devoirs les plus faintsj
I-a referve fans doute , à d'auguftes deffeins;
Elle y fçaura répondre, & marchera fans crainte .
Dans l'immuable loi, que fon cœur porte empreinte,
Dufang d'Eléazar, ces lieux encor fumans,.
Théâtre de fa gloire, & de fes longs tourmens
Ou Temple profané la Majefté facrée;

Des Prêtres du Seigneur l'Elite maflacrée;

Sous lès murs embrafez Ifracl abbatu,

Ce font là les garands, mon fils, de fa vertu.

MACHABE'E. Etc'eft cette vertu, qui fait trembler pour elle. Si le Ciel, d'Ifraclprend encor la.querelle, Méritons les faveurs , qu'il peut nous accorder: Lui-même il nous ordonne enfin de nous aider: De trop de confiance ,il s'irrite peut-être. Si la vertu n'agit, elle ceffe de l'être. Mais que dis-je f Ifiraël eft-il donc fans recours? Ignorons-nous enfin, nous-mêmes nos fecoursi Ces fieres Légions, qu'à la faveur des ombres Alaph recelé encor dans des cavernes fbmbres, Lieux vaftes & profonds, où leurs Chefs en courroux N'attendent qu'un fignal, pour marcher julqu'à nous i

S ALMONE. Gardez de vous flatter? d'Ifraèl, qui l'implore, Dans le fecret de Dieu, le falut eft encore. Ne cherchons point, mon fils, à percer les Décrets; Mais déjà tout un Peuple inonde ce Palais. Il n'en faut point douter, Antiochus s'avance. C'eft lui. Ciel ! en quel lieu tu fouffres fa prefence,' Lieu terrible, où d'un Dieu le ferment folemnel, Avec tous nos Aveux, fit un pafte éternel!

SCENE III.

ANTIOCHUS , S ALMONE , MACHABE'E, MENELAUS, ALCIME , ACHAS, ELISE. Suite d'Antiochus , Troupe de Juifs.

ANTIOCHUS.

PEupl es, écoutez-moi. Sufpendez vos alIamiK. Le C/el, vous le voyez, favorife mes armes,

« 이전계속 »