페이지 이미지
PDF
[graphic]

A MONSEIGN EUR
MQNSEIGNEUR

LE PUC DAUMONT,

PAIR DE FRANCE,

PREMIER GENTILHOMME DE LA

Chambre du Roi, Gouverneur de Boulogne , K•"• & du Pau Boulonnois, &c<

[graphic][ocr errors]

V o v s m*avt\ permis de vous

dédier la Tragédie d'Herode: mais Tragédie d'Herode* C T j

en même tems vous ave\ fouhaiti

que je fupprimajje tous ces éloges )

dent flatterie peut-être a gâté

l'ufage. Je crois pouvoir vous obéir ,

fans garder tout lefilence que vous

exige^ de moi ;ilya des qualités,

MONSEIGNEUR, furlef

quelles la modèflie n'a point de

droit : Telles font les vertus delà

fociété, que vous ave\ poujfées à

leur degré de perfection. Ce iiejl

pas vous louer non plus, que de

relever fîéclàtft l'antiquité de votre]

nom: il y a un certain point de

gloire 6" de grandeur au-dcjfîis de

toutesUslouanges; &je nepourrois

que<:faifir ici cette conformité de Vus qualités , avec celles de tous les grands hommes de votre maïfon 3 qui depuis les tems les plus recalés ont été revêtus des premières- Dignités de l'Etat » parés de toust les Titres les plus brillans que la fulordination a établis > & honorés de la confiance & de l'amitié de nos Rois. Qu'il eflbeau, dans le rang la Providence vous a placé, de Je ramener, comme vous faites aux plus légères bknfèances de la vie; de réunir avec tous les fentimens dune ame élevée 3 cette honte, cette générofité , cette onftion 3. qui ejl bien moins l'effet d'une politejfe recherchée , que d'un fond de yertu qui vous arrache à tffùs les devoirs de l'humanité. Avec de teU les qualités, MONSEIGNEUR, lés Grands ne perdent rien à êtrt vus de près j an leur rend avec flaijîr ce Tribut de refpeél & de conjidération qui nous *Jl impofé: tinJfak plus., on les aime. Pour moi, MONSEIGNEUR j depuis que vous mave^ donné à plus giorieufe marque de votre ejH* me i en m attachant à votre FeP forme .> j'ai ferai qu'on èevemk encore plus honnite-hontme en youî approchant. J'ai trouvé en vous -des principes 6* des maximes, <fà paffent de bien loin les idées Qr& naiteS ie thonneur & de lu vertu* J'y ai rrVuvé un exemple fenfible ces grands fenrimens que nous mettons fur la Sèene avec confiance. Quel heureux mélange pour cela ne fait-ii pïint avec le goût patfait qui eft m vous pour toutes les efpeces de produéH&ns! Si Ttd* gédie, MONSEIGNEUR , pajje pour le chef-£ oeuvre ie l'efprk humain, avec quelle admiration ne devons-nous point regarder ce feu iefprit & d'intelligence que vous pofféde\ fouverainement, qui enfaifitles rapports & les liaifons , qui fuit les caractères ^ & cherche cet» unité que forment tous les

« 이전계속 »