페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Ah! du moins attendez qu'un avis plus fidele, De la mort de mon pere assure la nouvelle, Madame , & jusques là suspendez vos douleurs. Que l'interêt d'un fils. ...

MARIAMNE.

Helas! tous mes malheurs Ne font connus, mon fils, que du Dieu que j'implore; Mais Phædime à mes yeux ne s'offre point encore. Ciel ! quels sujets d'effroi pour mon cæur agité ? Une Cour difparuë , un Palais deserté, Le Peuple qu'en ces murs un nouveau trouble excite, Et qui de tous côtez vole, & se précipite; Les airs qui de ses cris retentissent par tout; Solyme en mouvement de l'un à l'autre bout, La nouvelle , mon fils, n'est que trop affermie, Votre pere est proscrit. Enfin notre ennemie Exécute un projet dès longtemps medité, Le Sceptre de Juda vous est peut-être ôté. Le Sang d’Antipater. . .

ALEXANDRE.

Ah! quoi qu'il ose attendre;

[ocr errors]

Le fils de Mariamne a seul droit d'y prétendre.
D'un autre hymen.men pere avoit lubi la loi.
Mon frere est fils d'Herode, & je suis fils du Roi.
Je vais aux yeux des Juifs, dans ce malheur funeste,
Des grands Asmonéens présenter ce qui reste;
Ou mon fang , s'il le faut dignement répandu
Leur prouvera bientôt que j'en suis descendu,
Et que loin de souiller la gloire de leur race...

S CE N E I I.

MARIAMNE,ALEXANDRE,PHOEDIME:

PHOE DIME. M Adame, votre fort va prendre une autre face. Déja j'ai vû Tharés, & bien tôt dans ces lieux Herode va paroître encor plus glorieux.

MARIAMN E. Ciel !

PHOE DIME. De ses grands destins le cours toûjours prospere...

MARIA MNE.
Herode yit encor?

ALEXANDRE.
Le Ciel me rend mon Pere?

PHOEDI ME.
Non loin de nos rempartsila , dit-on, paru,
Au devant de ses pas tout un peuple a couru.
Soësine m'a chargé d'en informer la Reine.
Tout part ; & chacun suit l'exemple qui l'entraine ,
De divers sentimens se laisse pénétrer.
Il en est tems: Venez vous-même vous montrer.

MARI'A M N E. Ah! loin de ce Palais sans plus t'en rendre compte;

Que ne puis-je , Phædime, aller cacher ma honte
Ne peux-tu pas toi-méme atlez te rappeller
Ce qui doit de ses yeux pour jamais m'exiler?
Et fans te découvrir jutques où va la rage,
Toi-neme tu peux voir par quel nouvel outrage
Il cherche à m'immoler au mépris de la Cour.
Il me laisse ignorer sa vie & son retour.
A l'ombre de mon Trône encor plus méprises,
Je vais de tout un Peuple efluyer la risée.

ALEXANDRE.
Ah! ses ordres sans doute ont été mal suivis.
De son retour , Salome interceptant l'avis, ,
La cruelle a jour de votre inquiétude.
Interrogez Tharés dans certa i certitude.

MARIA MNE.
Hé bien, va le trouver, Phædımc, en ce mcm?nt,
Et dis-lui qu'il m'attende en mon appartement.

Phædime fort. Je connois votre Pere , & sur son injustice, Ai-je besoin , mon fils, qu'un autre m'éclaircisse? De tous mes droits ainsi perfide ravisseur, Il in'abandonne en proye à l'orgueil de fa fæu. Mais puisque ma vertu devient mon seul azile....

ALEXANDRE, Je ne puis vous entendre avec un cæur tranquille, Madame, c'en est fait, ou daignez-vous calmer, Ou pour votre querelle enfin je vais m'armer. C'est trop vous voir plongée en des ennuis fi fombres Vos cris de vos ayeux ont évoqué les Ombres, Et leur plainte mêlée à votre désespoir Par votre bouche ici m'annonce mon devoir.

MARIA MNE. Gardez-vous de confondre, & ma cause & la vôtre. Je sçais quel næud facré nous unit l'un & l'autre. Mais songez bien qu'un Pere est aussi votre Roi, Et laissez l'Eternel, Juge entre Herode & moi.

Sa gloire autant que lui, mon fils, vous interesse;
Au-devant de ses pas montrez votre allegresse.
Allez , & menageant de puissans interets,
Dans les embrasiemens oubliez mes regrets.

[blocks in formation]

O

Verta que j'admire! ainsi donc la nature Ne permet à mon cœur ni plainte ni murmure? Ses plus chers interêts opposés tour à tour, A mes ressentimens ne laissent aucun jour ? J'entends du bruit. On vient. Partons. C'est trop at

tendre.

SCENE I V.
HERODE, ALEXANDRE

ALEXANDRE , SOESME;
TH A RE'S, ALCIME.
Suite du Roi, Gardes.

HERODE. CIel! je respire enfin. Mais que vois-je? Alex: andre ?

ALEXANDRE, Souffrez, Seigneur, souffrez....

HERODE.

Dois-je vous embraffer? Mon Fils, & deviez-vous sí

peu vous empresser, Pour me rendre un devoir qu'exige ma tendresse ?

ALEXANDRE,

ALEXANDRE..
Ah! Seigneur , est-ce à moi que ce discours s'adrelie?
Permettez-moi plûtôt de me plaindre à mon tour.
A peine en ce moment j'apprens votre retour?
Que n'avez-vous pû voir dans nos juftes allarmes
Le trouble de la Reine , & le cours de mes larmes?
Ce Palais de nos cris doit encor retentir....

HERODE.
De ma présence allez vous-même l'avertir,
Et l'embrassant pour moi , dites à l'inhumaine,
Que pour elle en ces lieux l'amour seul me ramene.
Dites-lui que je mets au bonheur de la voir
Ma plus chere esperance , & mon premier devoir ;
Que je viens à ses pieds par un retour bien juste
Déposer les honneurs que j'ai reçus d'Auguste,
Et qu'il sembloit lui-même en secret combattu
Refuser à ina cause , & rendre à ma vertu.
Je n'ai point oublié ni mon rang, ni ina gloire.
Rome de ma fierté gardera la mémoire.
En parlant aux Romains, à ce Peuple de Rois,
Pour excuse à Cesar j'ai donné mes exploits.
Mais dans l'impatience où mon amour me livre,
Je ne vous retiens plus , & vais bientôt vous suivre.

S CE N E V. HERODE, SOESME THARES: ALCIME, Suite du Roi , Gardes.

HERODE.

Alcime , prenez soin d'assembler le Conseil,

Et vous Tharés, qu'au Temple un pompeux appareil . En l'honneur de Cesar annonce un sacrifice:

Y.

« 이전계속 »