페이지 이미지
PDF

5

[ocr errors][ocr errors]

Rome a eu un grand nombre de Satiriques, il est fâcheux que l'injure des tems nous ait envié & ravi les ouvrages de Lucile : les Anciens du

meilleur goût le vantent trop pour

ne nous pas faire présumer que nous y trouverions des peintures agréables & fines de Lupus, de Mutius, & d'une infinité d'autres ridicules qu'il a raillez , & comme il a ri & composé ses Satires du tems que la Republique étoit dans sa plus grande liberté, & que les trois Satiriques qui nous restent, n'ont paru que depuis l'esclavage de Rome sous la puissance des premiers Empereurs, nous aurions pû discerner les goûts differens d'un sié

[ocr errors]
[ocr errors]

ment remarquer par la maniere dont

ils ont écrit, la diference des génies

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][graphic]
[merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

2 R E F A C E. , vij . tueux, aimant la joie, & balançant même s'il rendroit à la République sa liberté , il avoit reglé sa Cour sur ses propres sentimens : de sorte qu'il ne faut pas s'étoner si Horace n'ayant - † de grans vices à reprendre, mais eulement le ridicule de quelques hommes de son tems, a fait des Satires fines, délicates , douces & tournées de maniére qu'il semble plutôt se jouer avec ses amis que de les vou

loir mordre.
La Cour de Neron gouvernée par

| des femmes & par des afranchis, êtoit

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

· acerées, pour ne pas s'atirer un désaz stre infaillible de la part des cruels Ministres d'un Empire si violent. Enfin Domitien ayant jeté sa Cour dans la derniere coruption, & porté la tyranie jusqu'au plus haut point de l'ordure & de la cruauté, Juvenal qui écrivoit sous ce Regne odieux, & qui étoit naturélement Orateur & fécond Réthoricien, n'a pû s'empêcher de prendre un ton de déclamateur indigné † reprendre les vices énormes de son temps & l'excés auquel ils étoient montés, & l'a fait soit en ataquant directement les vicieux, soit dans les peintures afreuses tirées des Regnes précédens, comme les prostitutions de Messaline, la chûte de

· Sejan, & d'une infinité d'autres qu'il

ne rapeloit que pour doner de l'horreur de celles qui se cométoient à la Cour débordée de Domitien qu'il a lui-même raillé si amérement. Voilà ce qui fait essentiélement la · diference des caracteres de ces trois

[graphic]
[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

| a été plus dificile à exécuter que non

pasdebadiner finement dansune Cour paisible, ou de déclamer en Orateur

« 이전계속 »