페이지 이미지
PDF
ePub

pelune ne valoit rien du-touc;'que la Citadelle qu'on y avoit faite & la seule Forteresse que j'eufse trouvé, étoit bâtie sur le modele de celle d'Anvers ; & que de Pampelune à Saint Jean Pied de Porc , il y avoit encore deux lienes de plaine ; que hors cela c'étoient des montagnes & des chemins fort diffi-. ciles. Il m'assura depuis qu’on y avoir travaillé & qu'on les avoit rendus assez pratiquables:

Pendant qu'on étoit dans le fort de la guerre je proposai à M. de Louvois, comme le plus sûr moyen de faire la paix, que le Roy donnát-à-M. le Prince une armée de dix-huit miles bommes de pied & fix mille chevaux, pour aller faire le fié... ge

de Pampelune ; qu'àusli - tôt que cette ville feroit prise & qu'on fe feroit emparé de Calahora, qui étoit une Ville fars.

fortifications, on se trouveroit dans le coeur de l'Espagne & en état d'en pouvoir faire contribuer une bonne partie ; & qu'avec trois ou 4000 chevaux on pourroit aller jusqu'à Mau drid, n'y ayant pour lors dans toute l'Espagne que deux ou. trois mille hommes für pied, encore étoient-ils dans la Catalogne : mais que fi on pouvoit obliger le Roy de Portugal à faire la moindre demonftration de

guerre sur ses frontie

les-Espagnols seroient obligez d'y envoyer le peu de trou: pes qu'ils avoient'; & qu'ainsi il n'y en auroit point pour s'op-.. poser à M. le Prince, puisqu'ils fe trouverotent à cent cinquante lieues des entreprises qu'il pourroit faire. Après l'avoir examiné sur une carte, il ne me proposa aucune difficulté, melouant même de ce que dans

res,

la paix

tous les endroits que j'avois par Gouru, j'y avois porté une grande curiosité de m'instruire; mais: après cela il laissa tomber la proposition & me parla d'autre chos le. Je n'ai jamais pû pénétrer ce, qui l'avoit empêché d'y entrer; je m'apperçus néanmoins qu'el le lui avoit parut fort juste. Je foupçonnai que peut-être ne le roit-il pas bien-aise que fe fit par les progrez que M. le Prince pourroir faire en Espagne.

M. le Prince & M. le Duc me reçurent à mon retour d'Espagne avec beaucoup de témoi. gnages de bonté & de fatisfaction, de la conduite & du bon fuceès que j'avois eu dans leurs, affaires, qui étoit beaucoup au. delà de leurs esperances. Ils souhaitérent que j'allasse à Bruxelles, pour voir ce que je pourrois faire avec M. de Monterey qui

en écoit Gouverneur & qui m'am. voit temoigné une amitie toute particuliere dans le temps que j'érois en ce pays-la.M.de Lion ne fut fort aise de me voir & de me faire difcourir sur les affaires d'Espagne, sur tout ce que j'avois voulu faire pour M. le Duc d'Anjou en cas que le Roy d'EL pagne fût mort, & fur la bonne: intelligence que j'avois gardée. avec M. l'Ambassadeur du Roy. M. le Tellier m'en parla aussi louant fort mon žele. M. Colbert, après m'avoir retenu plus: d'une heure & demie, me témoigna pareillement être bien con rent de maconduitte à Madrid il me fit encore plus de qu'estions: que tous les autres: il convenoit n'avoir connâ l'Espagne que par lä rélation que je lui en faisois. Aussi avois-je pris grand soin de leur faire voir ce pays-là fans: ancunes ressources pour les affaia

res generales , & que je n'avois connû sur les lieux personne ca-pable de travailler à les rétablir, encore moins la Junte en general, plus propre par fa division à gâter les affaires qu'à les: racommoder:

Après m'être un peu fait rendre compte de la recette & de la dépense qui avoient été faites par les Trésoriers de M. le

: Prince, je me disposai pour aller à Bruxelles, où je trouvai M. le Comte de Monterey rempli d'honnêtetez à monégard, maisi peu disposé à vouloir exécuter: ce qu'on m'avoit promis à Madrid. Il me dit qu'on lui avoit mandé de ce pays-là de ne rien statuer sans nouveaux ordres, surtout depuis qu'on avoit ap-:. pris que le Roy'écoit armé & avoit commencé une affaire. pour le siége de Marsal, que: Lon parloit fort de l'ambitions

de

[ocr errors]
« 이전계속 »