페이지 이미지
PDF
ePub

Toutes ces expériences ne donnent point de preuves décisives. On ne peut pas douter que la vie ne punie paroître comme suspendue, quoique toutes les parties conservent les dispositions nécessaires pour reprendre leur jeu. Silvius dit qu'il a vu des femmes dans des suffocations de matrice comme mortes pendant trois jours 3 qu'elles étoient fans sentiment , sans respiration, sans chaleur & fans aucun signe de vie. C'est d'après de semblables exemples qu'on a assuré que les signes de la moït étoient incertains. Quel triomphe cet aveu n'apprêtc-t-il pas à ceux qui ne croyent point à la Médecine ? On regarde la putréfaction des sujets comme le seul signe infaillible de la mort; & on assure qu'il y a de l'inhumanité à enterrer avant la manifestation de ce signe. Je vous ferai connoître le danger de ce précepte après vous

avoir démontré qu'il y a des signes certains par lesquels on peut juger de la mort. Je ne vous parlerai, Monsieur, que d'après l'expérience; c'est le seul guide auquel nous puissions nous fier dans une matiére ausîï délicate. Nous ne devons nous appuyer que sur des inductions déduites d'un grand nombre de faits. Ce que je dirai sur la certitude des signes de la mort me parolt d'autant plus solide, que je trouve dans les faits mêmes rapportés par les Auteurs qui font du sentiment opposé, des ratsons décisives en faveur du mien. Ce concours d'expériences & d'ob,, ièrvations forme un corps de preuves à l'évidence desquelles je n'ai pu me refuser.

Des recherches faites avec toute l'exactitude dont j'ai été capable, 8î que j'ai suivies pendant plusieurs années fans interruption, m'ont fart Yoir, sur plus de cinq cens sujets, qu'à l'instant de la mort, c'est-à-dire, au moment de la cessation absolue des mouvemens qui animent la machine du corps humain, les articulations commencent à devenir roides, même avant la diminution de la chaleur naturelle : il résulte de cette re.r marque que la flexibilité des membres est un des principaux signes pat lesquels on peut juger qu'une per-. sonne n'est pas morte, quoiqu'elle ne donne d'ailleurs aucun signe de vie. Cela est prouvé particuliérement par les observations suivantes.

Une femme de soixante-un ans,' qui jouissoit d'une parfaite santé, se jetta le 8. Juin 1747. à quatre heures après midi dans le pu'ts de la basse-cour de l'Hôpital de la Salpétrière. On l'en retira en ma présence une demie heure après; on la croyoit morte. Les réflexions que j'avois. faites sur le Livre de M. Bruhier ,•• m'en firent juger autrement- Je donnai à cette femme des secours de différente nature. Je les lui continuai pendant plusieurs heures avec attention: mais comme ils ne produisoient aucun cjFct, tout le monde étoit persuadé qu'elle s'étoit noyée dans le puits ou tuée en y tombant. Les personnes que mes foins aflujettiflbient au service de cette femme commençaient à se plaindre de mon zéle,en disant qu'un homme de mon état ne prouvoit pas son habileté lorsqu'il ne pouvoir décider si une personne étoit morte ou vivante. Je ne sentois ni le mouvement du cœur, ni celui des artéres; & il n'y avoir aucun signe de respiration. Enfin à onze heures du soir, environ sept heures après l'accident, le visage de cette femme changea de «ouleur; il devint tout-à-coup fort î,âle, & se flétrit comme on l'observe

dans toutes les personnes à l'instant qu'elles meurent de mort naturelle. Il parut de l'écume autour de la bouche & des narines; & peu de tems après les membres devinrent roides, & toutes les articulations contracterent l'inflexibilité que l'on peut regarder comme un signe de la mort.

Cette roideur n'a pu, dans le cas dont il s'agit, être rapportée au refroidiflement du sujet: car la personne n'étoit point roide au sortir du puits, quoiqu'elle fut froide: Et par le foin que j'eus de faire entretenir des briques chaudes dans le lit. &; de faire renouveller des serviettes chaudes fur le corps, il avoit plus de chaleur à l'instant que les extrémités devinrent roides, qu'il n'en avoit eu u'alors.

Je m'étois souvent apperçu, dans les Hôpitaux militaires des Villes Se des Armées, de la difficulté que let

« 이전계속 »