페이지 이미지
PDF
ePub

qui avoient pu causer une mort si prompte , & on lui répondit que la morte avoit commencé à sentir des douleurs pour accoucher la veille,, vers les quatre heures du soir; que la nuit elles avoient été si violentes., qu'elle en avoit tombée plus de dix fois en foiblesse ou en convulsions > & que le matin, étant fans force & fans autre secours que celui. de la Sage-femme, qui ne sçavoit pas grand chose, il étoit survenu vers les six heures une nouvelle convulsion avec écume à la bouche qui avoit été suivie de la mort.

M. Rigaudeaux demanda à voir la; morte, elle étoit déjà ensevelie. H sic ©ter le suaire pour examiner le visage & le ventre. Il tata lepoulx. au bras, fur le cœur, & au-dessus des: clavicules, fans appercevair auGun mouvement dans les artéres. Il pçésenta le. aiiroir. à la. bquehe,,& la. glace ne. fut point ternie : il y avoit beaucoup, decume à la bouche, & le ventre étoit prodigieusement gonflé.

Il ne sçait par quel pressentiment il s'avisa de porter la main dans la matrice dont il trouva l'orifice fort dilaté, & où il sentit les eaux formées. Il déchira les membranes & sentit la tête de l'enfant qui étoit bien tourné. L'ayant repoussée pour avoir la liberté d'introduire fà main toute entiére , il mit le doigt dans la bouche de l'enfant qui ne donna , aucun signe de vie Ayant remarqué que l'orifice de la matrice étoit suffisamment ouvert, il retourna l'enfant , le tira par les pieds avec assez de facilité, & le mit entre les mains des femmes qui étoient présentes; quoiqu'il lui parut mort, il ne laisfa pas de les exhorter à lui donner des foins , soit en le rechauffant i soit en lui jettant du vin chaud sux

le visage, & même sur tout le corps. Elles s'y prcterent d'autant plus vo~ lontiers,que l'enfant leur parut beau. Mais fatiguées d'un travail de trois heures, entiérement inutile en apparence, elles se mirent en devoir de l'ensevelir. Comme elles y proce*doient, l'une d'elles s'écria qu'elle lui avoir vu ouvrir la bouche : il n'ert fallut pas davantage pour ranimer leur zéle. Le vin, le vinaigre, l'eau de la Reine de Hongrie, surent employés , & l'enfant donna sensiblement des signes de vie. On fut sur le champ en avertir M. Rigaudeaux qui étoit allé dîner chez le Curé du Village. Il vint tout de suite, & connut par lui-même la vérité du rapport. En moins d'un quart d'heure après son arrivée , l'enfant pleura avec autant de force que s'il étoit né heureusement. M. Rigaudeaux voulut voir la» mere une feconde fois y on l'avcrit encore enfevelie , & même bouchée. Il fit enlever tout l'appareil funèbre, examina la femme avec toute fou attention -, & la jugea morte comme après le premier examen. Il fut cepeivdant furpris que quoiqu'elle fut morte depuis près de fept heures, les brœs & les jambes fuffent refiés flexibles: il avoit de l'efprit volatil de fel armoniac, il en fit ulâge, maïs inutilement. En conféquence il repartir pour Douay, après avoir recommaiv dé aux femmes préfentes de ne point enfevelir la morte, que les bras 5c les jambes n'eu lient perdu [eut flexibilité ;às lui frapper de tems en *tems dans les mains,, de lut frotter le nez ,, les yeux & le vifage avec du vinaigre , & de l'eau de la Reine de Hon.grie& de la laiffer dans fon lit. Il partit de Lowàrde à une heure après midis.. . -

*- 'A A cinq heures du soir, le beausrere de la femme vint lui dire que la morte étoit ressuseitée à trois heures & demie. Nous laissons à penser au Lecteur , dit M. Bruhier, s'il suc étonné, & si ce sut avec raison. L'enfant & la mere reprirent si bien des forces, qu'ils font tous deux pleins de vie (le 10 Août 1748. ) & l'on diroit même que tous deux se portent sort bien, si la mere n'étoit restée paralitique, sourde & presque muette : au reste c'est en être quitte à fort bon marché.

Après ce récit, M. Bruhier ajoute la réflexion qui suit, en parlant de lui, à la troisième personne. . . » Cette » observation sufEroit seule pour » confirmer la doctrine que M. Bru» hier a établie dans fa Dissertation » sur l'incertitude des signes de la » mort. On doit en conclure qu'unà » suspension totale du mouvement

« 이전계속 »