페이지 이미지
PDF
ePub

» ( M. Bruhier a voulu dire un mouu vement imperceptible ) du cœur Se J, de la respiration , n'est point un w signe caractéristique de la mort; » que loin que les apparences les » plus plausibles de cet état doivent » empêcher de donner des secours qui ),i peuvent rétablir le jeu des organes, M il y a tout lieu de croire que c'est à » leur application que nos deux res» suscités ont obligation de la vie; » qu'il ne faut point abandonner les » enfans nouveaux nés, par la rai» son qu'ils viennent au monde fans v donner des signes de vie; qu'il ne *, faut point se rebuter par l'inutilité ?, apparente de ces secours pendant ?, plusieurs heures consécutives ; en» fin que c'est une'pratique très-conSj damnable d'ensevelir promptement » ceux qui sont réputés morts , & » encore plus de les tamponner. Mais wfette observation jointe à toutes » celles que M. Bruhier a rassemblées, » donne à ces conséquences un dé» gré d'évidence auquel il est impos» sible de se refuser, sans faire pro» session du plus affreux pirrhonisme.

Il saut convenir que la plupart de ces réflexions font fort judicieuses; mais personne ne trouvera dans cette observation des preuves de l'incertitude des signes de la Mort. La fléxibilité des membres a suffi à M. Rigaudeaux pour ordonner des secours 9 ils ont eu le plus heureux succès. Ne seroit-ce pas au contraire faire profession du plus absurde pirrhonisme que de ne pas reconnoitre la fléxibilité des membres comme le signe certain que la personne qui fait le sujet de cette observation n'étoit pas morte.

Vous me demanderez, fans doute, si l'on peut décider qu'une personne est morte, lorsqu'elle aura les membres roides sic infléxibles ? Cette

1

question , Monsieur, exige quelques distinctions. La roideur & l'infléxibilité des membres seroient capables d'induire en erreur des personnes peu instruites; Quœdam nota non bonos fed imperitos decipiunt. C'est le sentiment de Celse auquel nous souscrivons. Un homme expérimenté n'ignore pas qu'il y a des sincopes convulsives, 8c qu'un violent accès de vapeurs peut suspendre les fonctions vitales 8c animales , au point que la personne paroisse morte. L'iiifléxibilité des membres accompagne communément cet état, parce que cette maladie est convulsive. Ces apparences ne seront point illusion à un homme de l'art : il y a plusieurs signes caractéristiques pour distinguer ces cas. i°. Dans une mort apparente accompagnée d'une affection convulsive , la roideur des membres fera iin acçident primitif, & se manifestera. en même-terns que la mort illusoire: tout au contraire, l'infléxibilité des membres, signe d'une mort réelle t fera un simptôme consécutif de l'apparence de la mort. 20. Quand urt muscle est en convulsion , il est dur & inégal comme dans la contraction ; parce que la convulsioit d'un muscle n'est elle-même qu'une contraction contre nature, involontaire & permanente. Ainsi, dans un cas convulsif, si le sujet a, par exemple, les avants bras fléchisses muscles biceps seront dans un état de dureté qu'on n'appercevra pas aux muscles antagonistes. Dans le cas de mors réelle, les muscles qui servent aux actions contraires, font dans le même état, & il n'y a aucune marque à laquelle on puisse juger qu'un d'eux est dans une action forcée.

Ces distinctions supposent l'examen d'une personne éclairée: Ec peut-on avoir recours à quelqu'un de trop intelligent dans un cas auiïî critique ? Mais comme on n'est pas toujours à portée des connoisseurs , le repos & la sûreté publique exigent que nous cherchions des règles que tout le monde entende, & dont tout le monde soit capable de faire usage. Celle que je vais donner est aisée à retenir... Si la roideur & 1 mfléxibilité des membres vient de la convulsion des muscles, on aura toutes les peines imaginables, & souvent il fera impossible de forcer un membre à faire un mouvement opposé à celui où il est fixé par l'action convulsive des muscles; &c si l'on en vient à bout, le membre retournera avec violence vers le lieu où il étoir. On observe tout le contraire dans les cadavres : dès qu'on a forcé l'articulation , le membre est indifférent à. tel ou tel mouvement, & il suît

« 이전계속 »