페이지 이미지
PDF
ePub

rouge brun. Quoique le sang continuât de sortir avec beaucoup de facilité, je crus devoir cesser. Je fis appliquer le bandage par un de mes Eleves; je craignois de causer un

. relâchement trop subit par une évacuation plus abondante. On deshabilla cette femme, je la fis en.velopper d'abord dans des linges bien

: chauds ; on fit ensuite des frictions avec des serviettes chauffées, &c.

: Une heure après je voulus faire une saignée du pied pour me confirmer dans ce que l'observation précédente m'avoit fait appercevoir; toutes les tentatives furent inutiles, l'ouverture du vaisseau ne put fournir de sang. < On eut recours à la jugulaire, dont

: je fis tirer avec toute la facilité possible , par la même incision, & fans

. ligature, autant de sang qu'à la premiere fois. Le visage prit encore une nuance plus claire par l'effet de cette saignée. B b

Ces deux observations font decisi<»es sur l'efficacité de la saignée de la gorge pour dégager la tête dans les Noyés,; elles ne prouvent pas avec moins d'évidence l'inutilité qu'il y a de tenter la saignée du pied, puisqu'il est impossible d'en tirer du sang : la raison en est bien claire. Le cours du ikng dans les veines dépend principalement de l'impulsion qu'il reçoit da coeur, & de la contraction des artéres. Mais dans ceux que l'on croit •noyés, & qui sont morts en apparence, les mouvemens du coeur sont foibles , la circulation du ïàng ne ^e fait plus que dans les plus petits •vaisseaux qui font à la proximité du •cœur. Ce vhcére qui est le premier agent de la cirerdation ne reçoit point idu cerveau les secours nécessaires pour son action, parce que ce preumier mobile est lui-même embarràfic. L'irradiation des efpsi» fcft languissaute, elle surfit à peine pour entretenir les frémiiïemens du cœur, & elle ne serend point jusqu'aux stéres des extrémités *j de-là vient l'impossibilité de tirer du sang du pied, & même du bras. Ces raisons n'ont pas lieu contre la saignée du col : car les veines jugulaires, Se toutes leurs ramifications , font violemment distendues par le sang qui les engorge. La tension des tuniques, & l'action de L'aie extérieur, suffisent dans ce cas pour faire couler le sang par la premiére issue qu'on lui ouvre.

La saignée de la jugulaire en dégageant le cerveau, remédie à un accident fort urgent : elle doit contribuer beaucoup à l'efficacité des remédes .fternutatoires, & à l'opération des secours qui conviennent essentiellement pour débarrasser les bronches

*C'cst par ces raisons que la syncope suspend les hémorragies, celles même qui viennent «Je 1 ouverture d'une artère âlTezconsidcrablc.

[ocr errors]

de la liqueur étrangère qui les distend. Il est aisé de les affaisler jusqu'à un certain po.int en soufflant de l'air chaud dans leur cavité : c'est le pre- I tpier secpurs que nous avons cru devoir indiquer; & peut-être est-il des circonstances où le succès de tous les autres secours doit être déterminé par un commencement de décente, que ce moyen procure.

Je ne m'arrêterai point ici à combattre l'opération de la bronchotomie. L'on vpii aflèz que cette opération ne doit être d'aucune utilité aux Noyés. Ceux qui ont proposé de leur ouvrir la trachée artére croyoient que l'air rétenu par une violente inspiration , étoit la cause de la dilatation du poumon des Noyés. Ils ont cru en conséquence que cette opération procureroît l'affaiflèment de ce viscére. M. Heister conseille cette opération d'après M. Detharding; mais il veut que l'ouverture de la trachée artére serveà souffler de l'air dans le poumon, quoique, suivant le Professeur Danois, la broncho tomie ne soit proposée qu'afin de donner issue à l'air que l'abbaissement opiniâtre de l'épiglotte retient xlans les poumons. Cet abaissement est une supposition gratuite ; l'opération de la bronchotomie est donc inutile,c'est ce que je dis à M.Detharding. Pour faire entrer de l'air dans les poumons ,• l'opération de la bronchoro<mie est encore inutile; c'est ce que j'oppose à l'autorité de M. Heister: tous ceux qui voudront se donner la peine de lire ce que ces deux Auteurs ont écrit, & celle de répéter les ex-î périences que j'ai faites,verront qu'en expliquant la cause de la mort des Noyés, & la nature des secours qui conviennent à leur état, ils ont donné plus de carriére à leur imagination,

« 이전계속 »