페이지 이미지
PDF
ePub

à fon neveu, & m'installa au rang de fon domestique.Je continuai de cajoller Genevieve. Mais depuis l'instant où je m'étois apperçû que

n'avois pas déplu à Madame même, mon inclination pour cette fille baissa de vivacité; fon cæur ne me parut plus une conqueste si importante , & je n’estimai plus tant l'honneur d'être souffert d'elle.

Genevieve ne se comporta pas de même; elle prit tout de bon du goût pour moi , tant par l'opinion qu'elle avoit de ce que je pourrois devenir, que par le penchant naturel qu'elle se sentit pour

moi; & comme je la cherchois un peu moins, elle me chercha davantage. Il n'y avoit pas long - tems qu'elle étoit dans la maison, & le mari de Madame ne l'avoit pas encore remarquée.

Comme le Maître & la Maitresle avoient chacun leur

appartement, d'où, le matin , ils envoïoient sçavoir comment ils se

portoient ( & c'étoit-là presque tout le commerce qu'ils avoient ensemble) Madame, un matin, sur quelque legere indisposition de son mari , envoya Genevieve , pour sçavoir de les nouvelles.

Elle me rencontra sur l'escalier en y allant , & nie dit de l'attendre. Elle fut très-long-tems à revenir, & revint les yeux pleins de coqueterie.

Vous voilà bien emerillonnée? Mademoiselle Genevieve , lui dis-je , en la voyant: Oh, tu ne sçais pas , me dit-elle, d'un air guai, mais goguenard , li je veux, ana fortune est faite.

Vous êtes bien difficile de ne pas vouloir, lui dis-je ? Oüi , ditelle , mais il y a un petit article qui m'en empêche', c'est que c'est à condition que je me laisserai aimer de Monsieur qui vient de me faire une déclaration d'amour.

Cela ne vaut rien , lui dis-je , c'est de la fausse monnoye que cette fortune-là ; ne vous chargez point de pareille marchandise, & gardez la votre: Tenez,quand une fille s'est venduë, je ne voudrois pas la reprendre du Marchand

pour un liard.

Je lui tins ce discours,

parce que, dans le fond, je l'aimois toujours un peu, & que j'avois naturellement de l'honneur.

Tu as raison , me dit-elle, un peu déconcertée des sentimens que je lui montrois ; aussi ai-je tourné le tout en pure plaisanterie ; & je ne voudrois pas de lui, quand il me donneroit tout son bien.

Vous êtes-vous bien défenduë au moins, lui dis-je, car vous n'étiez pas

fort courroucée , quand vous êtes revenuë. Cest , repritelle,

, que je me suis divertie de tout ce qu'il m'a dit. Il n'y aura pas

de mal une autre fois de vous en mettre un peu en colere , répondis-je, cela sera plus sûr que

[ocr errors]

de se divertir de lui; car, à la fin, il pourroit bien se divertir de vous: en jouant , on ne gagne pas toujours, on perd quelquefois , & quand on est une fois en perte tout y ya.

Comme nous étions sur l'escalier , nous ne nous en dîmes pas davantage : elle rejoignit sa Maîtresse , & moi mon petit Maître qui faisoit un thême, ou plûtôt à qui fon Précepteur le faisoit, afin que la science de fon Ecolier lui fift honneur , & que cet honneur lui conservât son pofte dePrécepteur qui étoit fort lucratif.

Genevieve avoit fait à l'amour de fon Maître plus d'attention qu'elle ne me l'avoit dit.

Ce Maître n'étoit pas un homme généreux; mais les richesses, pour lesquelles il n'étoit pas né, l'avoient rendu glorieux , & fa gloire le rendoit magnifique. De sorte qu'il étoit extrêmement dépensier, surtout quand il s'agissoit de ses plaisirs.

[ocr errors]

Il avoit proposé un bon parti à Genevieve , si elle vouloit consentir à le traiter en homme qu'on aime;elle me dit même, deux jours après , qu'il avoit débuté par lui offrir une bourse pleine d'or, & c'est la forme la plus dangereuse que puisse prendre le diable

pour tenter une jeune fille un peu coquette, & pardessus le marché interessée.

- Or, Genevieve étoit encline à ces deux petits vices-là : ainsi, il auroit été difficile qu'elle eût plaisanté de bonne foi de l'amour en question ; aussi ne la voyois-jeplus que rêveuse, tant la vûë de cet or & la faciliié de l'avoir, la tentoient,&fa sagessene disputoit plus le terrein qu'en reculant lâche. ment.

Monsieur ( c'est le Maître de la Maison, dont je parle ) ne fé rebuta point du premier refus , qu'elle avoit fait de les offres ; il avoit pénétré combien sa vertu en avoit

« 이전계속 »