페이지 이미지
PDF
ePub

F

bloient tous se disputer de magnificence. Ce fut au milieu de ce superbe Cortége que le Duc voulut aller à la rencontre des différentes Troupes dont les Chefs avoient reçî ses ordres pour le rendez-vous général : elles parurent enfin dans le coup d'æil le plus avantageux. Hugues s'apperçut avec plaisir de l'étonnement des Seigneurs François. La taille avantageuse des hommes, leur parure martiale, la beauté de leurs chevaux l'adresse avec laquelle ils s'en servoient malgré la pesanteur de leurs armes ; les pelotons d'Infanterie, armez à la légere, qui remplisfoient les intervalles des Compagnies d'Ordonnance; tout enfin devenoit un objet d'admiration ; & marquoit le génie d'une nation audacieufe & guerriere.

[ocr errors][merged small][ocr errors]
[ocr errors]

Ces Troupes aïant défilé devant le Duc

entrerent dans l'enceinte du Camp: fa forme étoit un carré long ; il étoit ferme par des tranchées assez

profondes , avec des barrieres en dehors & en dedans : on y entroit par trois faces. Le terrain où il étoit placé , avoit une pente presque insensible : la partie supérieure du côté de Dijon, étoit occupée par les magnifiques. Tentes du Duc de Bourgogne & des Dames de sa Cour, & par celles qui étoient deftinées aux Seigneurs Etrangers. Ces superbes Tentes dominoient sur les autres par l'avantage de la fituation , & toutes ensemble, elles formoient une espèce d'Amphiteatre. On diftinguoit ensuite le Quartier de chaque Seigneur Bourguignon , par leurs Bannieres, placées au haut de la

f

Tente principale, qu'on remarquoit dans le centre de celles qui en dépendoient.

A une distance assez grande pour ne causer aucune confufion, le Duc avoit fait préparer le lieu deftiné aux Tournois & aux Carousels. On y entroit par une seule porte, faite en Arc de Triomphe. L'Amphitheatre ou devoient fe placer le Souverain, les Dames, & les perfonnes préposées pour juger du mérite des Chevaliers, étoit décoré avec autant d'art

que

de somptuosité.

Le lendemain de l'arrivée des Troupes, le Duc monta à cheval pour

se rendre au Champ des Tournois : il étoit accompagné des Seigneurs de BeauFremont , de Vienne, de Fajel & de Vergi , qui s'étoient déclarez les Tenans. Hugues leur

[ocr errors]

disoit qu'il ne prévoioit pas quels seroient les Assaillans lorsqu'on découvrit dans la Plaine, quatre petites Troupes qui marchoient sur la même ligne, vers le Champ des Tournois. Le Soleil qui, ce jour-là, n'é. toit offusqué d'aucun nuage faifoit briller un acier rehausse d'or

qui annonçoit que les Chefs de ces Quadrilles étoient des gens de grande consideration. Ah ! s'écria le Duc à ses illustres Bourguignons, je vois paroître des Rivaux dignes de vous combattre. Préparez-vous à soutenir la gloire que vous avez acquise en pareilles occasions. Comme on n'avoit point vû les Seigneurs François au lever du Duc, & qu'ils ne paroissoient point actuellement autour de lui, on ne fut pas embarrassé à deviner quels étoient les quatre

Chevaliers qui marchoient , la Lance haute, à cinq ou fix pas de leurs petites Troupes.. ils s'avançoient lentement, & tout se trouva préparé pour les recevoir , lofrqu'ils se présenterent à la porte du Champ. Ils virent au-dessus de cette porte les Ecussons de Beaufremont, de Vienne, de Fajel & de Vergi; & dans le milieu ce Cartel en gros caractéres d'or :

Nous Chevaliers , à qui de gentes Dames ,
Navrent les cæurs par moults traits porte-

flammes,

Qui guerroions, comme faisoient jadis;
Pour leurs Beautez, les très-preux Amadis ;
Tout ainsi qu'eux , sûrs fuppôts d'inno.

cence,
Tour ainsi qu'eux, fiers vengeurs d'arro-

gance,
Ouvrons le Champ , à quiconque envieux
De nos hauts Faits , & surnoms glorieux,
Oferoit onc par Epée, ou par Lance
Tenter le choc pour le lot de vaillance.

[ocr errors]
« 이전계속 »