페이지 이미지
PDF
ePub

hautement de vous vanger, & a fait courir après le Ravisseur d'Alix ; mais vainement : on ignore encore le lieu qu'il a choisi pour sa retraite. L'indigne mere de Mademoiselle de Rosoi, unique auteur du complot qu'elle a dirigé, sous le voile d'une feinte douleur & d'un ressentiment étus dié, a ose se jetter aux genoux du Roi , pour lui demander justice du crime de Dammartin. Philippe, que les apparences ne sçauroient seduire, persuadé,ainsi que

le Vicomte de Melun, qu'elle a engagé, & enhardi Robert à enlever son infortunée fille lui a répondu, sans presque lui donner le tems de parler , qu'il y avoit peut-être plus de hardiesse à elle de lui demander justice du crime de Dammartin, qu'il n'y en avoit eu à lui de le commerfre. Après cette réponse séche,

le

[ocr errors]
[ocr errors]

le Roi lui a tourné le dos,

Alix est enlevée, dis-je douloureusement, & l'on ignore le lieu où la tient fon Ravisseur! C'en est donc fait ! Nos cæurs n'auront été unis que pour nous rendre miferables. Notre innocente tendresse, qui devoit nous rendre à jamais heureux, empoisonnera le reste de nostristes jours! Ah: divine & tendre Alix, vous pleurez ma perte, je gémis de la vôtre ! Quoi: m'écriai - je dans une nouvelle agitation de fureur, Alix eft enlevée! Quoi ! j'ai perdu la divine Alix! Non ; l'Amour seconde de mon bras, sçaura bien me la rendre. Que dites-vous , mon fils, reprit mon pere avec douceur? Y pensez-vous ? Votre douleur vous emporte. Songezvous que Mademoiselle de Rofoi est dans ce moment, au pouvoir d'un autre? Non, mon fils, il

Tonie I,

1 و

[ocr errors]

Aa

n'est plus d’Alix pour vous : Sæ gloire, qu'elle écoutera , la condamne à épouser le Comte de Dammartin : la vôtre, ne vous permet plus de devenir son époux; & la mienne me feroit trouver la douleur de pleurer votre mort, moins amere, que celle d'avoir à rougir d'une foiblesse qui me couvriroit d'une éternelle honte. Tels étoient les sages raifonnemens de mon pere ; mais mon désespoir ne me permettoit pas de les goûter.

Le Vicomte de Melun entra, je sentis dans ses embrassemens, combien il étoit touché du malheur de la Nièce & du mien. Il fut pénétré de l'excès de ma douleur : il l'approuva d'abord mais il fe joignit bientôt à mon pere pour la combattre.

Comme mon mariage avec Mademoiselle de Rosoi, avoit été

[ocr errors]

arrêté, differé & rompu dans la Province, on en ignoroit le projet à la Cour. En y arrivant, je m'érois condamné à un silence que je croiois devoir à Madame de Rofoi, , par les titres respectables de mere de l’Objet que j'adorois , & de four du Vicomte de Melun. Mais l'enlevement d'Alix, l'affli&tion de mon pere, mon retour précipité, mon désespoir, le Roi enfin qui me plaignit publiquement, tout cela n'instruisit que trop, qu'Alix m'étoit promise, 80 qu'elle étoit un bien que le Comte de Dammartin m'enlevoit.

Le quatriéme jour depuis mon arrivée à Paris, Renaud apprit au Roi, que son frere s'étant ménage secretement une retraite auprès du Duc de Bretagne, y avoit conduit Mademoiselle de Rofoi : il ajouta, que la Duchesse Constance de Bretagne, touchée de

la douleur d'une fille, fi respectable par sa naissance, & si accomplie ; l'avoit d'abord prise sous sa protection.

Le Vicomte de Melun vint chez mon pere , & lui dit devant moi, que le Comte de Dammartin venoit de lui écrire. Sa leta. tre, qu'il voulut bien me laisser voir , étoit pleine de soumission, de respect , & marquoit un vif repentir de la violence où sa mal-. heureuse passion l'avoit porté : il. finifloit

par assurer le Vicomte mais aflez froidement, que

lui & Madame de Rosoi étoient les, maîtres de le rendre, quand ils le voudroient, l'époux de Mademoiselle de Rofoi. A ce mot d'ém. poux j'entrai en fureur ; je jurai mille fois la perte de Dammartin; je l'appellois , je le défiois, je le traitois de perfide , je lui protestois qu'il ne posséderoit ja

« 이전계속 »