페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

répondit-elle. Hier vous m'aviez préparée à voir ces Gens - là venir ici au premier jour , & aujourd'hui ils ne seroient seulement pas au monde ? Vous ne vous joüerez point ainsi de moi , vous m'avez fait croire les Habitans de la Lune , j'ai surmonté la peine que j'y avois, je les croirai. Vous allez bien vîte , repris-je, il faut ne donner que la moitié de son esprit aux choses de cette espece que l'on croit , & en reserver une autre moitié libre, où le contraire puisse être admis, s'il en est besoin. Je ne me paye point de Sentences , repliqua-t-elle, allons au fait. Ne faut-il pas

raisonner de la Lune comme de de faint Denis ? Non, répondis-je , la Lune ne ressemble pas autant à la Terre que Saint-Denis ressemble à Paris. Le Soleil éleve de la Terre & des Eaux, des exhalaisons & des vapeurs, qui montant en l'air jusqu'à quelque hauteur, s'y assemblent, & forment les nuages. Ces nuages sul

I

pendus voltigent irregulierement autour de notre Globe,& ombragent tantôt un Pays, tantôt un autre. Qui verroit la Terre de loin, remarqueroit souvent quelques changements fur fa furface , parce qu'un grand Pays couvert par des nuages feroit ún endroit obscur , & deviendroit plus lumineux dès qu'il seroit découvert. On verroit des taches qui changeroient de place , ou s'affembleroient diversement ou disparoîtroient tout-à-fait. On verroit donc aufli ces mêmes changemens sur la face de la Lune, si elle avoit des nuages autour d'elle; mais tout au contraire, toutes fes taches sont fixes ses endroits lumineux le font toûjours,& voilà le malheur. A ce compre-là, le Soleil n'éleve point de vapeurs, ni d'exhalaisons de deffus la Lune C'est donc un corps infiniment plus dur & plus solide que nôtre Terre, dont les parties les plus subtiles se dégagent aisément d'avec les autres,

& montent en haut dès qu'elles sont mises en mouvement par la chaleur. Il faut que ce foit quelque amas de Rochers & de Marbres où il ne se fait point d'évaporations ; d'ailleurs,elles fe font finaturellement & fi neceffairement, où il y a des Eaux, qu'il ne doit point y avoir d'Eaux où il ne s'en fait point. Qui font donc les Habitans de ces Rochers qui ne peuvent rien produire, & de ce Pays qui n'a point d'Eaux ? Et quoi, s'écria-t-elle, il ne vous fouvient plus que vous m'avez assurée qu'il y avoit dans la Lune des Mers que l'on distinguoit d'ici? Ce n'est qu'une conjecture, répondis-je, j'en fuis bien fâché; ces endroits obscurs qu'on prend pour des Mers , ne font peut-être que de grandes cavitez. De la distance où nous sommes , il est permis de ne pas deviner tout-à-fait juste. Mais,dit-elle, cela suffira-t-il pour nous faire abandonner les Habitans de la Lune? Non pas tout-à-fait, Madame répon lis-je,

pour

nous ne nous déterminerons ni pour eux, ni contse eux. Je vous avoie ma foiblesse, repliqua-t-elle , je ne suis point capable d'une si parfaite indétermination, j'ai besoin de croire. Fixez-moi promptement à une opinion sur les Habitans de la Lune; conservons-les , ou anéantissons - les jamais, & qu'il n'en soit plus parle; mais conseryons-les plâ¢ôt , s'il se peut , j'ai pris pour eux une inclination.que j'aurais de la peine à perdre. Je ne laisserai donc pas la Lune deserte, repris-je , repeuplons-la pour vous faire plaisir. A la verité, puisque l'apparence des taches de la Lune ne change point, on ne peut pas croire qu'elle ait des nuages autour d'elle , qui ombragent tantôt une partie,tantôt une autre, mais ce n'est pas à dire qu'elle ne pouffe point hors d'elle de vapeurs, ni d'exhalaisons. Nos nuages que nous voyons portez en l'air ne sont que des exhalaisons & des vapeurs qui au sortir de la Terre étoient

féparées en trop petites parties pour pouvoir être vûës, & qui ont rencontré un peu plus haut un froid qui les a resserrées , & renduës visibles par la réunion de leurs parties , après quoi ce sont de gros nuages qui flotent en Fair, ils sont des Corps étrangers , jusqu'à ce qu'ils retombent en pluyes. Mais ces mêmes vapeurs , & ces mêmes exhalaisons se tiennent quelquefois aflez dispersées pour être imperceptibles , & ne le ramassent qu'en formant des rosées très-subtiles, qu'on ne voit tomber d’aticune nuée. Je fuppose donc qu'il forte des vapeurs de la Lune; car enfin il faut qu'il en forte; il n'est pas croyable que la Lune soit une maffe dont toutes les

parties soient d'une égale solidité, toutes également en repos les unes auprès des autres, toutes incapables de recevoir aucun changement par l'action du Soleil sur elles ; nous ne connoif fons aucun Corps de cette nature, les Marbres même n'en sont pas; tout

« 이전계속 »