페이지 이미지
PDF
ePub

doit-être censée ne tourner point sur son centre à nôtre égard, cette moitié qui nous voit, nous voit toujours attachez au même endroit du Ciel. Quand elle est dans la nuit, & ces nuits-là valent quinze de nos jours; elle voit d'abord un petit coin de la Terre éclairé, ensuite un plus grand; & presque d'heure en heure la lumiere lui paroît se répandre sur la face de la Terre jusqu'à ce qu'enfin elle la couvre entierejau lieu que ces mêmes changemens ne nous paroifsent arriver sur la Lune que d'une nuit à l'autre, parce que nous la perdons long-temps de vûë. Je voudrois bien pouvoir deviner les mauvais raisonnemens que font les Philofo phes de ce Monde-là, sur ce que nôi tre Terre leur paroît immobile, lorfque tous les autres Corps Célestes Te levent & fe-couchent fur leurs têm res en quinze jours: Iš attribuent apparemment cette immobilité à fa grosseur; car elle eft foixante-fois

plus grosse que la Lune, & quand less Poëtes veulent loüer les Princes oififs, je ne doute pas qu'ils ne se servent de l'exemple de ce repos majestueux. Cependant ce n'est pas un repos parfait. On voit fort sensiblement de dedans la Lune nôtre Terre tourner sur son centre. Imaginezvous nôtre Europe , nôtre Asie, nôtre Amerique, qui se representent à eux l'une aprés l'autre en petit , & differemment figurez, à peu prés comme nous les voyons sur les Cartes. Que ce spectacle doit paroître nou veau aux Voyageurs qui paffent de la moitié de la Lune qui ne nous voit jamais à celle qui nou£ voit toûjours ! Ah ! que l'on s'est bien gardé de croire les Relations des premiers qui en ont parlé ,lors qu'ils ont été de retour en ce grand Pays aus quel nous sommes inconnus! Il me vient à l'esprit,dit la Marquise,que de ce Pays-là dans l'autre il se fait des er peces de Pelerinages pour venir nous

confiderer,& qu'il y a des honneurs & des privileges pour ceux qui ont vân une fois en leur vie la grosse Planete. Du moins, repris-je, ceux qui lavoyent ont le privilege d'être mieux éclairez pendant leurs nuits , l'habitation de l'autre moitié de la Lune doit être beaucoup moins commode à cet égard-là. Mais, Madame, continuons le voyage que nous avions entrepris de faire de Planete en Planete, nous avons assez exacte." ment visité la Lune. Au fortir de la Lune, en tirant vers le Soleil , on trouve Venus. Sur Venus je reprens le Saint Denis. Venus tourne sur ellemême , & autour du Soleil comme la Lune; on découvre avec les Lunettes d'approche , que Vénus aufli - bien que la Lune, eft tantôt en Croiflant, tantôt en Décours , tantôt pleine selon les diverfes fituations, où elle est à l'égard de la Terre. La Lune; selon toutes les apparences, est habitée , pourquoi Vemus ne le fera-t-elle

pas ausi? Mais, interrompit la Mara quise, en disant toûjours , pourquoi non, vous m'allez mettre des Habitans dans toutes les Planetes? N'en doutez pas , repliquai-je, ce pourquoi non a une vertu qui peuplera tout: Nous voyons que toutes fes Planetes font de la même nature, toutes des Corps opaques qui ne reçoivent de la lumiere que du Soleil, qui se la renvoyent les uns aux autres; &n'ont que

les mêmes mouvemens, jusques là tout est égal. Cependant il faudroit concevoir que ces grands Corps auroient été faits pour n'être point habitez , que ce seroit-là leur condition naturel, & qu'il y auroit une exception juftement en faveur de la Terre toute feule: Qui voudra le croile

croyes pour moi, je ne m'y puis pas résoudre. Je vous trouve, dit-elle, bien affermi dans vôtre opinión de puis quelques instans. Je viens de voir le moment que la Lune seroit déserte, & que vous ne yous en sou

cüez

re,

ciïez pas beaucoup, & presentement si on osoit vous dire que toutes les Planetes ne sont pas aussi habitées que la Terre, je vois bien que vous vous mettriez en colere. Il est vrai,répondis-je, que dans le moment où vous venez de me surprendre , si vous m'eussiez contredit sur les Habitans des Planetes , non seulement je vous les aurois foûtenus', mais je crois que je vous aurois dit comment ils étoient faits. Il y a des momens pour croire,&je neles ai jamais si bien crûs que dans celui-là; presentement mê. me que je suis un peu plus de sens froid, je ne laisse pas de trouver qu'il seroit bien étrange que la Terre fût aussi habitée qu'elle l'eft , & que les autres Planetes ne le fussent point du tout; car ne croyez pas que nous voïions tout ce qui habite la Terre; il y a autant d'especes d'Animaux invisibles que de visibles. Nous voyons depuis l’Elephant jusqu'au Ciron , là finit nôtre yuë; mais au Ciron con

L

[ocr errors]
[ocr errors]
« 이전계속 »