페이지 이미지
PDF
ePub

IS e

gné d'être rond ; mais sur chacune de ces faces, on y pourroit mettre un Tourbillon de la même sigure. Si au lieu de fix faces plates, il en avoit vingt, cinquante , mille , il y auroit jusqu'à mille Tourbillons qui pourroient poser fur lui , chacun sur une face, & vous concevez-bien que plus un corps a de faces plates qui le terminent au dehors, plus il approche d'être rond, enforte qu’un Diamant taillé à facettes de tous côtez , si les facettes étoient fort petites , seroit quasi aussi rond qu'une Perle de même grandeur. Les Tourbillons ne sont ronds que de cette manierelà. Ils ont une infinité de faces en dehors, dont chacune porte un autre Tourbillon. Ces faces font fort inégales; ici elles font plus grandes, là plus petites. Les plus petites de nôtre Tourbillon, par exemple, répondent à la Voye de Lait, & solle tiennent tous ces petits Mondes. Que deux Tourbillons , qui sont ap

puyez sur deux faces voisines , lais fent quelque vuide entre eux par en-bas, comme cela doit arriver très-souvent, aussi - tôt la Nature qui ménage bien le terrain , vous remplit ce vuide par un petit Tourbillon ou. deux, peut-être par mille , qui n'incommodent point les autres , & ne laissent pas d'être un', ou deux, ou mille Mondes de plus. Ainsi nous pouvons voir beaucoup plus de Mondes

que

nôtre Tourbillon n'a de faces pour en porter. Je gagerois que quoique ces petits Mondesn’ayent été faits que pour être jettez dans des coins de l'Univers qui fur: sent demeurez inutiles, quoi qu'ils soient inconnus aux autres Mondes qui les touchent , ils ne laissent pas d'être fort contens d'eux-mêmes. Ce font eux sans doute dont on ne de couvre les petits Soleils qu'avec des Lunettes d'approche, & qui font en une quantité si prodigieuse: Enfin tous ces Tourbillons s'ajustent les

ans avec les autres le mieux qu'il est possible; & comme il faut que chacun tourne autour de son Soleil sans changer de place, chacun prend la maniere de tourner, qui est la plus commode & la plus aisée dans la fituation où il est. Ils s'engrainent en quelque façon les uns dans les autres conime les roües d'une Montre , & aident mutuellement leurs mouvemens. If eft pourtant vrai qu'ils agissent aussi les uns contre les autres. Chaque Monde, à ce qu'on dit, est comme un Balon qui s'étendroit, si on le laiffoit faire , mais il est aussi-tôt repoussé par les Mondes voisins, & if rentre en fui-même, après quoi il recommence à s'enfler, & ainsi de suite; & quelques Philofophes prétendent que les Etoiles fixes ne nous envoyent cette lumiere tremblante; & ne paroissent briller: å reprises , que parce que leurs Tourbillons poussent perpetuellement le nôtre, & en font perpetuellement repouficz.

1

[ocr errors]

J'aime fort toutes ces idées-là, dit la Marquise. J'aime ces Balons qui s'enflent & fe defenflent à chaque moment, &ces Mondes qui se combattent toûjours ; & sur tout j'aime à voir comment ce combat fait entr'eux un commerce de lumiere, qui apparemment est le seul qu'ils puis sent avoir.

Non, non, repris-je,ce n'est pas le seul. Les Mondes voisins nous en voyent quelquefois visiter , & même allez magnifiquement. Il nous en vient des Cometes , qui font toûjours ornées, ou d'une chevelure, éclatante, ou d'une barbe venera . błe , ou d'une queuë majestueuse.

Ah ! quels Députez, dit-elle en riant ! On se passeroit bien de leur visite, elle ne sert qu'à faire peur. Ils ne font peur qu'aux enfans, repliquai-je, à cause de leur équipage extraordinaire ; mais les enfans font en grand nombre. Les Cometes ne font que des Planetes qui appacien

nent à un Tourbillon voisin. Elles avoient leur mouvement vers ses extrêmitez; mais ce Tourbillon étant peut-être differeminent pressé par ceux qui l'environnent, est plus rond par en haut, & plus plat par en bas, & c'est par en-bas qu'il nous regarde. Ces Planetes qui auront commencé vers le haut à fe mouvoir en cercle ne prévoyoient pas qu'en-bas le Tourbillon leur manqueroit , parce qu'il est là comme écrasé; & pour continuer leur mouvement circulaire, il faut neceflairement qu'elles entrent dans un autre Tourbillon que je fuppofe qui eft le nôtre, & qu'elles en coupent les extrêmitez. Aufli font-elles toujours fort élevées à nôtre égard, on peut croire qu'elles marchent au-dessus de Saturne. Il est necessaire, vû la prodigieuse distance des Etoiles Fixes, que depuis Saturne jusqu'aux extremitez de nôtre Tourbillon, il y ait un grand espace vuide, & fans Planetes. Nos Enne

[ocr errors][ocr errors]
« 이전계속 »