페이지 이미지
PDF
ePub

Quand Neprone vous rend les armes,
Ce triomphe pour vous eft trop peu glorieux;

L'Amour devoit à tant de charines
La couquête d'un Dieu maître des autres Dieux.

THE T I S.
je sçai que Jupiter tient tout fous fon Empire,

Que les Dieux révérent ses loix;
Mercure, on n'a rien à me dire

Sur le respect que je lui dois.
2 93 92 91 92 93 9

SCENE I V.

1

T HET I S.

T Riftes honneurs, gloire cruelle,

Tristes honneurs, gloire cruelle,
Pourquoi m'êtes-vous destinez ?

Mon Amant n'est qu'un infidele!
Dieux ! quel trouble saisit tous mes sens écoupez!
Le perfide trahit une fâme si belle !

Helas !"mes jours infortunez
Vont couler dans l'horreur d'une peine éternelle.

Triftes honneurs, gloire cruelle,
Pourquoi m'êtes-vous destinez?

Vous qu'en ces lieux l'Amour appelle , Retournez dans le Ciel que vous abaudonnez, Laillez-moi m'occuper de ma douleur mortelle ;

A de trop justes pleurs mes yeux lont condamnez.

Tristes honneurs, gloire cruelle;
Pourquoi m'êtes-vous deftiucz?

Ş CENE V

THETIS, PEL' E'E.

PEL EE.

pour
me!
Que ces moments me femblent doux !

Τ Η Ε Τ 1 S.
Allez chercher Doris, elle a touché votre ame,
Je sçai que votre cour le partage entre pous.

PEL EE.
O Ciel ! que vous entens-je dire ?
Quoi ? lorsqu'à votre hymen vous fouffrez que j'af-
pire...

T HET IS.
Non , Ingrar, 80n , Perfide, il n'y faut plus penser,

Mon hymen t'eût comblé de gloire,
Mais il te plaît d'y renoncer

Par une trahison fi noire.
Non, Ingrat, non, Perfide, il n'y faut plus penser.

PEL E' E
Ah! quels noms pleins d'horreur me faites - vous

entendre ?
Quel traitement, grands Dicux!& l'amour le plus

tendue

[ocr errors]

Peut-il se l'être attiré ?.

THETIS,
Ton crime est trop assuré,

Tu ne sçaurois t'en défendre:
En vain des plus grands Dieux j'avois couché Ic

cour , Je te sacrifiois leur majesté suprême, Et j'eufle encor voulu que Jupiter lui-même

Eût eu plus de grandeur.

Ty me fais cependant la plus cruelle injurc,

Tu brûles pour d'autres appas;

Quel destin est le mien : helas !
C'est le sort d'une ardeur trop fidelle, & trop pure
De trouver toûjours des ingrats.

PEL E'E
Le croyez vous,

belle Déesse ?
Quoi ? vous m'aimez ; & de votre tendrelle

J'ignorerois le prix ?
Quoi ? vous m'aimez, & j'aimerais Doris ?

Le croyez-vous , belle. Déelle ?
Ah ! pour vous détromper. d'un soupçon qui me

bleffe, J'irai , même à vos yeux , l'accabler de mépris.

T. HET IS. Ne croy point m'ébloitir par une fausse adresle. On voit des Eclairs, on entend le Tonnerre.

Mais je puis me vanger, ces Eclairs que je voy,

Ce Tonnerre qui gronde ,
M'annoncent le Maître du Monde.

Je

Je sçaurai me forcer à recevoir sa foy,
Mon cæur s'est engagé sur l'apparence vainc

Des feux que tu feigais pour moi, Et je veux l'en punir eu m'imposant la peinc

D'on aimer un autre que toi.

PELE E.
Et moi , je vais le voir ce Rival redoutable,
Pour attirer sur moi fa haine impitoiable

Mon amour va se découvrir,

Je vous parois coupable,
Je ne cherche plus qu'à mourir.

THE TI'S.
Ah! que dis-tu ? fuy sa presence,
Quitte des lieux pleins de danger.

PEL EE.
Si je vous ai půà faire une mortelle offense ;

C'est au Tonnerre à vous vanger.

T HET I S.
Eloigne-toi, le bruit redouble,
Je ne puis plus te voir icy sans trouble.

PE. L E'E.
A me chasser vos efforts seront vaias,
Si je ne vois finir votre injustice extrême.

T HET I S.
Va, fuy; te montrer que je crains,
C'est te dire affez que je t'aime,

Jupiter descend du Ciel.

N

去去去去多多多多多多多多多多多多多多多多多多多多多多多多

SCENE V I.

JUPITER, THET IS.

JUPITER
D

Eede, dans ces lieux mon amour me con luic
Eelde

Avec tout l'éclar qui me suit ;

Pour d'autres Beautez moins charmantes
J'ai souvent emprunté des formes differentes,
Mais il faut que mes soins soient plus dignes de

vous ;
Il faut qu'à vos attraits mon hommage réponde,

Et c'est comme Maitre du Monde
Que je veux être à vos genoux.

THETIS
Permertez que mon cæur prenne peu d'assurance
Sur des soins trop fárcurs que je n'attendois pas,

Jeiçai quels sont mes appas,
Et quelle est votre constance,

JUPITER

Il est vrai que jusqu'à ce jour
J'ai pris pour cent Beaurez un inconstant amour;

Mais votre gloire en deviendra plus belle,
Lorsqu'à vos charmes seuls mes voeux seront offerts,
Et vous triompherez de tant d'Objets divers

En me rendant fidele.

[ocr errors]

Rien n'est plus doux que d'arrêrer

Va cour volage,

« 이전계속 »