페이지 이미지
PDF
ePub

**** *obe*** the med

S.C E-N E. V.;.

DORI S.

J

[ocr errors]

E ac le vois que crop, mes feux sont méprisez, J'ai crů que l'on m'aimoit , j'ai pris des clperances

Sur de trop foibles apparences?

Ciel ! quelle honte pour mon caur
D'être tombé dans une erreur li vaine!

Et quelle peine
De renoncer à cette douce erreur !

Mais que sert ma plainte impuissance?
Il faut pupir & se vanger.
Que par ses maux l'Ingrat reflento
Dans quels maux il m'a (çû planger ;
Il faut punir & se vanger.

Tout ce que la fureur presente,
Est permis pour se soulager;
Il faut punir & le vanger.

紫 ************************

SCENE V I.

NEPTUNE, DORIS, Suite de Neptunc.

NEPTUNE. Q

U'on ne me suive plus, allez, que l'on m'ak

tende, Js vsux que fans témoins cet Osaçle de readca

SCENE VI I.

Ν Ε Ρ Τ Ο Ν Ε.

Edez pour quelque temps, importune GranС

deur, Ceder au tendre amour qui regue dads mon caur. Moi que les vaftes Mers reconnoissear pour Maitre,

Je viens en tremblant reconnoire

Un plus grand pouvoir dans ces lieux;
L'Amour qui m'y rédait fçait abaisfer les Dicux,
Sa force contre nous affe&te de paroiuc.
Cedez pour quelque temps, importune grandeur,
Cedez au topdie amour qui regoc dans mon cour.

[ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

leu de la Mer quel fajet vous ameac!

NE P T U N E.
Mon amour pour Theris cause toute ma peinc,

Jupiter vient troubler mes feux,
Pronopcez qui de nous vetra remplir les vacux.

UN DES MINISTRE S.
Destis, un grand Dicu te demande

Quel succes eu veux qu'il arrçade;
Dans ces secrets il cherche à pénetrer ,

Daigueras-tu les declarer ?
Le Ministre est fais tout à coup a'une espece

d'entoufalme, e il continue.
Qu'un respect plein d'épouvante
Falle cout treinbler ,
L'avenir va fe révéler ,
Que tout l'Univers rellente
Un respect plein d'épouvante,
Le Deltio cst prêt à parler.

CHOE UR.
Qu'un respect plein d'épouvanto

Falle tout trembler,
L'Avenir va fe révéler.
Que cout l'Univers seffentc
Un resp¢& plein d'épouvante,

Le Destin est prêt à parler.
On entend une voix qui sort du fond de Temple.

ORACLE.

Ecoutez , Dieu de l'Onde, Tout ce que le Destia permet qu'on vous réponde.

L'Epoux de la belle Thétis Doit être un jour moins grand, moins puiffapr que

fon Fils; Tour le reste est caché dans une nuit profonde.

NĘ P T U NE,

Ah! quel Oracle je teçãy! Quel Arrêt menaçant! quelle funefte loy!

SSS

A CTE I V.

Le Théatre represente un lieu desert au bord

de la Mer.

SCENE I.

JUPITER, DORIS.

JUPITER.
Ans quel étonnement votre discours me jette ?

Neptunc à Jupiter est-il donc préferé ?

DORIS. Non, un simple Mortel, Pelée est adoré. Je viens de voir encor ces deux amans cplemble, Ils se cherchent partout , & le trouvent toûjours.

JUPITER Quoi ! lorsque sous mes Loix il n'est rien qui ne

tremble, Vo Mortel oferoię traverser mes amours ?

DORIS Thetis vient en ces lieux, & vous pouvez vous. même Yous éclaircir dans cet instant.

SCENE

晓晓君2004法法

SCENE 11.

JUPITER, THETIS.

Defle expliquez-vous fur le Fort qui m'atend.

Jupiter ne veut point que la grandeur suprênie
Lui fasse auprès de vous un mcrite éclatant.
Il ne veut s'en servir qu'à prouver qu'il vous aime,

En vous la foûmettant.

TH E. T I S..
Neptune ainsi que vous prétend à ma tendresse,
Il est le Dieu des Mers, j'en suis une Déesse,

Je dois redouter son couroux,
I ne m'est pas permis de choisir entre vous.

JUPITER.
Tant d'égards , tant de prévoyance
Sont des effets d'indifference,

Ces timides ménagemens
Ne sont pas faits pour les Amans. .

THET I S.

Vous sçavez quelle est ma fortune;
Le Destin m'a soûmise au Maître de la Mer..

JUPITER.
Si vous aimiez Jupiter ,

Vous craindriez moins Neptune.
Mais que me veur Protée : il le faut écouter..

Аа

« 이전계속 »