페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small][merged small][merged small]

Votre choix desormais elt notre unique loy.

Belle Prlncefle apprenez-mol
Si dans mon edur l'Oracle doie produire
Tout le plaisir que j'en reçoi.

LA V I NIE.
J'ignore quel bonheur l'Oracle vous annouce;
Mais des ordres du fort & vous êtes content,
Turnus doit du moins l'être autant.

E NE'E.
Quel coup mortel ! quelle réponse!

J'avois crû tantôt entrevoir
D'une foible pitié la prerniere apparence,
Vos regards adoucis, un aimable silence,
Quelques mots échapez me permettoient l'espoir :

Me suis-je fait uue vaine chimere ?
Par un longe trop doux l'amour m'a-t-il Alaté ?
J'ai crû facilement vous trouver moins fovere,
Mes cendres soins l'avoienc bien merité.

LAVINIE.
Vous n'avez merić

que

indifference,

mon

Si j'ai paru vous donner jusqu'ici

De foibles sujets d'esperance Je veux les oublier , oubliez-les aulli.

W**e

SCENE VIII.

EN EE.
Mplacable Junon, est-ce votre colete
I
Avez-vous ufurpēl'empire de ma Mere!
Dilpolez-vous des e@urs !

5711
Je sçai que faus pitié'vous pouvez mettre en cendre
De superbes rempärsdont vos Grecs sont jaloux,
Je sçai que sur les mers votre bras peut s'étendre,
Que les vents & les flors servent votre couroux ;
Mais du moins cu aimant je croiois ne dépendre

Que d'un pouvoir plus doux,

Triomphez, Déesse inhumaine,
Je n'avois point encor Aéchí sous votre haines...

Mais vous m'avicz (çû reserver
Le scul malheur que je de puis brayer.

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]
[merged small][ocr errors][merged small]

Le Theatre represente les fardıns d'un Palais que Circe'a bâti, & qu'elle a laissé à

Latinus son petit - fils.

SCENE I.

[ocr errors]

LA REINE, TURNU S.

LARLINE.
Urs qui ma fille encor ne sait pas mon at-
tente,

Non, il n'est rien que je ne tente ;
Bacchus est aujourd'hui celebré parmi nous,
Il ne voir les Troyens que d'un cil de couroux.

Tournons contr'eux les fureurs qu'il inspire,
Peut-être aidera-t-il lui-même nos transports.
Peut-être ferons-nous que le peuple conspire

A les chasser tous de ces bords.

1

La Princesse paroîe , je vous laisse avec elle,

La Fête de Bacchus m'appelle.

2 egg Greuge

62

SCENE I I..

[ocr errors]

LAVINIE, TURNUS, CAMILLE.

TURNUS.
Rincesse, est-il donc vrai quc vos voeux
P

long-temps
Fatre Enée & Turnus puissent être flotans ?

LA VINIE.
Souffrez avec moins de colerc
Que je ne précipite rien,

Le choix que je dois faire
Regle le sore des Etats de moa pere,

Er décide du mien.

TURNUS,

Ne me trompez point , inhumaine,
Je ne connois que trop quel est votre embarras,

Non , vous ne délibçrez pas;
Ce n'est point votre choix qui vous tientipcerrainos
Vous fremblez seulement à nous le déclarer ,

Et plus vous y Içntez de peine,
Plus je vois quel Amant vous voulez préferera

olo
Si mon choix étoit faiç, quelle raison secretig

M'obligeroit de le cacher ?

TURNUS,
Ah! pourriez-vous de vous pas reproches

L'injure guc vous m'auricz faite ?

LAVINIE.

Je suis du lang dont vous fortez, Je vous aimai dès l'âge le plus tendre, Mes væux fogt les premiers qu'on vous ait fait

entendre, Et vos fers sont les seuls que mon caur air

portez. Ne redoutez-vous point une honte éternelle En gommant un Troyeviticongu dans ces lieux,

Qui peut-être pour d'autres yeux
Brûla souvent d'une flâme infidelle ?
Vous vous troublez !

LA VINI E.
Seigneur...

isted
TURNUS,

Ce trouble que je voi *M'apprend ce qu'il faur que j'espere, Vous voyez malgré vous tout le prix de ma foi,

Et vous rougiflez de colere
Quand la raison vous parle trop pour moi.

L A VINTED....,:
Elle parle pour vous, Seigneur , je le confede,
Mais elle peut aulli parler pour un Rival.
Parle choix qu'entre vous le jufte Ciel me laifle,

Il vous met dans un rangégal.

TURN U S.
Necherchez point à nous confondre

100 gera? De mon fincere amour vous

devez vous répondre, Mon forț saps votre bymen est allez glorieux,

Je p'aime en vous que l'éclat de vos yeux.
Mais mon Rival après tant de'paufrages

Cherche un azile en ces climats.

[ocr errors]
[ocr errors]
« 이전계속 »