페이지 이미지
PDF
ePub

Descens dans son cour, descens,
Inspire-lui la haine que je sens,

Et la fureur dont tu m'enflames,

Descens dans son cæur , descens. Danse des Bacchantes furieuses antour de

Lavinie.

LAVINIE.
où suis-je ? Ô Ciel! dans les murs de Carthage

Qui m'a på soudain tranfporter ?
J'y vois les feux allumez par la rage

D'une Amante que l'on outrage,
Je la vois s'y précipiter ,

J'entens ses cris. Dieux ! elle expire
En gommant un lograr insensible à sa inort.
C'est en vain qu'en ces lieux ton lâche cæur aspire

A me faire un semblable fort ;
Va, perfide Troyen! cherche un autre conquêrc.

[ocr errors]

Reine, écoutez, écoutez tous,
Je choisis...

LA REINE.
Déclarez un choix digne de vous;
Parlez, qui vous arrête ?

L A VIN I E.
Je
choisis Turnus pour époux.

CHO E UR.
Que nos cris d'allegreffe
Percent jusqu'aux Cieux,

Nous sommes victorieux;
Chantons, chantons sans cesse,
Nous sommes victoricux;
Que nos cris d'allegresle
Percent jusqu'aux Cieux.

LA R E IN E. 'Allons trouver le Roy , suivez mes pas ; Priaceflc, Il lui faut annoncer un choix fi glorieux.

ACTE I V.

Palais de Circé.

SCENE I.

EN EE, ILION E'E.

ILION E'E.

Ou courez-vous ? quel foin vous presle,

E NEE.
Je cherche par-tout la Princesse,

Je veux lui reprocher fon choix,
Je veux la voir pour la derniere fois.

ILI O NE'E.
En vain pour se vanger on se plaint d'une Ingrate;

Son triomphe en est plus beau;

D'un amour méprisé la vengcance n'éclate
Que par un amour nouveau.

EN B'E
Non , j'aimerai toûjours l'Iagrare qui m'outrage,

Je sens trop quel'amour m'engage, Jeme dois épargaer le trifte & vain effort

Que je ferois pour fortir d'esclavage, Je ne puis obtenir de mon foible courage

Que d'avoir recours à la mort.

ILIONE E. Yous voiez la surprise où ce discours me jetre, L'amourpeut-il réduire un Heros au trépas! Non, non, d'un autre soin votre cour s'inquiete, Vous regrettez une sûre retraite Que pous trouvions en ces climats.

EN E'E. Je vois tous les malheurs dans le coup qui m'ac

cable,

Je perds l'unique objet qui me paroît aimable,
Je pers l'azile heureux promis à mes travaux,
Cependant l'amour feul rend mon sort déplorable,

Un Amant miserable
Est insensible à d'autres maux.

ILION E'E.
Des malheureux Troyens perdrez-vous la mémoire?

Oublirez-vous un ficher interêt ?
Ecoutez leurs soupirs , & la voix de la gloire.

EN E'E.
Ah! Ciel : la Princesse paroît.

[ocr errors][merged small][merged small][merged small]

Me cherchez-vous , cruelle?

[ocr errors][ocr errors]

?
Venez-vous insulter à ma douleur mortelle :

Ah! laissez-moi mourir,
Laissez-moi disposer de mon dernier loupir.
Quc dis-je ? non , venez , venez répondre

Aux reproches qui vous sont dûs,
Je veux en mourant vous confondre.

Sur l'injuste choix de Turnus.
Mes transports ... non amour. je fens que je

m'égare,
Il regne en mon esprit un desordre fatal,
Helas ! est-il bien vrai que votre caur barbare

Me facrifie à mon Rival ?

LA V IN I E.

Vous prenez-on foin inutile
D'étaler à mes yeux une feinte douleur,
Pourvû que dans ces lieux vous trouviez un azile,
Qu'an autre Hymen vous fasse un fort tranquilles
Ma perce est un foible malheur.

EN E'E.
Ah: qúe ne pais-je à vos yeux même
Porter ailleurs mes soupirs & ma foy ?
Pourquoi feindrois-je icy ce desespoir exaeme?

[ocr errors]

Que pourrois-je esperer ? tout est perdu pour moi.

Si mon caur sçavoit feindre , Ingrate,
Il feiadroit bien plûtôt un calme qu'il n'a pas,
Je vous déroberois ma douleur qui vous flate,
Vous ne jouiriez point de mon cruel trépas.

LA VINI E.
L'amour sur votre cæur n'a pas cant de puissance,

Didon avoit fçû l'embraser,
Vous vîtes cependant la mort avec constance.

EN E'E.
De ce crime odieux cessez de m'accuser.
Didon

par ses bienfaits me prévenoit sans cesses
Et ma reconnoiffance imita la tendresse,
Sensible à lon amour plûtôt qu'à ses appas ,
Je lui donnois un cour qui ne se donnoit pas.
Il fallut cependant pour me séparer d'elle
Des ordres absolus du Souverain des Dieux.
Ah! que nę louftroit-il que je fuffe fidelle?
Que ne me laiffoit-il éloigné de vos yeux?

L A VINI E.
Se peut-il que pour moi votre cæur soit fincere ?

EN E'E.
Helas ! en pouvez-vous douter ?

LA V INI E...
Non, non, qu'il ait plâtôt l'ardeur la plus legere ,
C'est ce que je dois souhaiter

Ε Ν Ε ́ Ε. D'où vient que je vous vois à vous-même contrai

re? Ciel ! quel trouble secret semble vous agiter?

LAVINIE

« 이전계속 »