페이지 이미지
PDF
ePub

LA VINI E. Helas, si vous m'aimiez que je serois à plaindre!

EN E'E. Parlez, expliquez - vous, rien ne vous doit contraindre.

L A V INI E. Qu'aurois-je fair ? grands Dieux ! Turnus seroic nommé,

Er vous seriez aimé,

ENE'E. Qu'entens-je! pourquoi donc par un choix 4 fupeste...

LA VINIE.
Les Enfers contre vous ont fait parler Didon ;
Une fureur divine helas ! a fait le reste ,

Er d'un Amant que je déteste
Elle a içû m'arracher le nom.

EN E'E.
D'ane aveugle fureur defavouez l'ouvrage.

LA VIN I E.
Ma raison l'approuvoir , & je l'ai dit au Roy.
Ma gloire , des sermens , la Reine, tout m'engage
A suivre une cruelle loy.

EN E' E.
Que mon ame à la fois est troublée & ravie!
Quel excès de plaisir , quel excès de douleur

Vient agiter mon cæur!
En vous perdant je vais perdre la vie,
J'apprens que vous m'aimez, dans ce fatale instant,
Je meurs plus malheureux,& je meurs plus content.

Ff

LA VINI E.
Soupçons, dont j'ai luivi l'injuste violence!
D'où vient que vous ofiez attaquer l'innocence

D'un Amant digne de mon choix ?
Que n'ai-je crû mon cæur qui prenoit sa défense
Ah ! lorsqu'un tendre amour nous tient sous sa puis.

Lance ,

Il faut n'écouter que la voix,
EN E'E , LAVINIE.
Je cede à ma douleur extrêmě.

EN E'E.
Je souffre tous les maux dont on peut soupirer,

LA VINI E.
Je cause tous les inaux qui nous font soupirer.

EN E'E.
Je vais perdre à jamais le seul

objet que j'aime.

LA V I-N I E.
Du bien qui m'aţtendoit je mę prive moi-même.

E N E'E , LA V IN I E.
O more ! de nos tourmens venez nous délivrer..
O mort ! uuillez-nous, on nous va séparer.

LA VINI E.
Je vois Turnus , il faut que je l'évite.

EN E' E.
Laissez-moi lui parler, dérobez lui vos pleurs.
Puisque je suis aimé, ce que mon cæur médite

Peut réparer tous nos malheurs.

2

*************************

S CE N E I I I.

E N E'E', TURN U S.

Seigneur

vous,

EN E' E.

vous cherchez Lavinic, Permettez qu'un moment j'ose arrêter vos pas. On a fair choix de & la

guere

est finie. Je sçai crop que dans les combats Le sang de pos sujets ne se doit plus répandre;

Mais je puis encore prétendre
Que le fer à la main aux yeux de nos Soldats

Nous terminions seuls nos débats,

TURN U S.

Préferé par l'Objet que j'aime, Je sçai que je pourrois ne pas prendre la loy

De votre desespoir extrême ; Mais à la gloire aussi je sçay ce que je doy;. J'accepte le combat, & j'obtiendrai du Roy

Qu'il en soit l'arbitre suprême.

Cependant, Seigneur , redoutez Un Rival qui sur vous a déja l'avantage.

EN E' E. La victoire que vous vantez N'est pas pour vous peut-être un li charmant préla.

On entend une barmore très-douce

[merged small][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small]

J

'Encens d'agréables concerts.

Une clarté plus pure

Se répand dans les airs,
Un nouveau charme embellir la nature,

Et
pare

l'Univers.
C'est Venus qui descend , tout me fait reconnoître

La Déesse de la Beauté.

Er quelle autre Divinité
Peut apnoncer ainsi qu'elle est prête à paroître ?

***********nexe

SCENE V.

VENUS qui est descenduë des Cieux accoma pagnée de Nymphes, de Graces, de Platfirs

& de deux Cyclopes , E N E’E. DEeffe,à qui je puis donner des noms plus doux.

Mere des Amours, & ma Mere ,

Quel deftin, quelle loi severe
M'a li long-temps fait languir loin de vous ?
Votre fils malheureux aimoit sans esperance,
Vous avez dans les pleurs laislé couler ses jours,
Que ne m'accordiez-vous du moins votre présence,

1

Si vous ne vouliez pas m'accorder du secours :

VENUS:

Mon fils, connois mieux ma tendresse, Tu'ne vois pas toûjours ce que fait mon pouvoir : En posledant le cæur d'une aimable Princefle,

Penses-tu ne me rien devoir ?

Quand l'épouse du Dieu qui lance le tonnerre.
Arme contre tes jours &-le Ciel & la Terre ,
Apprens ce que j'oppose à toutes ses fureurs ;

Je te donne les caurs.
J'ai fait plus; tón Rival a des armes fatales

Teintes dans les eaux infernales,
Et je t'apporte icy des armes que Vulcain.
Vient
de forger pour toi d'une immortelle main.

E N E.E.
Pour vous marquer l'excès de ma reconnoissance
Tous mes discours seroient trop languidans ;

Servez-vous de votre puissance,
Dans le fond de mon caur lisez ce que je seos,

VEN. U S.

Cyclopes , donnez-lui les armes
Qui de son ennemi rendront le lort douteux ,
Et vous, Graces , Amours, versez sur lui les char-

mes
Qui d'un aimable Objet redoubleront les feux.

Danses des Graces es des Plaisirs.

UN PLAISIR.
Que tes dons sont charmans, Déesse de Cythere !

[ocr errors]
« 이전계속 »