페이지 이미지
PDF
ePub
[ocr errors]

notre bonheur devroit entierement
dépendre de nous, & que c'est par
une espece d’ufurpation que les cho-
ses de dehors se sont mises en pof-
session d'en disposer , ressaisissons
nous, autant qu'il est possible, d'un
droit si important, & fi dangereux à
confier , remettons fous notre puis-
sance ce qui en a été détaché injul-
tement.
D'abord il faut examiner

pour ainsi dire , les Titres de ce qui prétend ordonner de notre bonheur peu de choses soûtiendront cet examen pour peu qu'il soit rigoureux. Pourquoi cette dignité que je pourfuis , m'est-elle fi neceffaire? C'est qu'il faut être élevé au-dessus des autres. Et pourquoi le faut-il ? C'est pour recevoir leurs respects & leurs hommages. Et que me feront ces hommages & ces respects? Ils me flateront très- sensiblement. Et comment me flateront-ils , puis que je ne les devrai qu'à ma digni

[ocr errors][ocr errors]

té, & non pas à moi-même ? Il en est ainsi de plusieurs autres idées qui ont pris une place fort importante dans mon esprit, si je les attaquois elles ne tiendroient pas long-temps. Il est vrai qu'il y en a qui feroient plus de résistance les unes que les autres ; mais selon qu'elles seroient plus incommodes, & plus dangereuses , il faut revenir à la charge plus souvent, & avec plus de courage. Il n'y a guere de fantaisie que l'on ne mine peu à peu, & que l'on ne fasse enfin tom, ber à force de reflexions.

Mais comme nous ne pouvons pas rompre avec tout ce qui nous environne, quels seront les objets exteterieurs ausquels nous laisserons des droits sur nous ? Ceux dont il y aura plus à esperer qu'à craindre. Il n'est question que de calculer, & la Sagesse doit toûjours avoir les jettons à la main. Combien valent ces plaisirs-là, & combien valent les peines dont il faudroit les acheter , ou

[ocr errors]

qui les suivroient ? On ne sçauroit disconvenir que selon les differentes imaginations les prix ne changent, & qu'un même marché ne soit bon pour l'un & mauvais pour l'autre. Cependant il y a à peu près un prix commun pour les choses principales, & de l'aveu de tout le monde , par exemple, l'amour est un peu cher; aussi ne se laisse-t-il

pas

évaluer. Pour le plus sûr , il en faut revenir aux plaisirs simples , tels que la tranquillité de la vie, la societé, la chasse, la lecture , &c. S'ils ne coû. toient moins que les autres , qu'à proportion de ce qu'ils sont moins vifs, ils ne meriteroient pas de leur être préferez, & les autres vaudroient autant leur prix que ceux-ci le leur, mais les plaisirs simples sont toûjours des plaisirs , & ils ne coûtent rien. Encore un grand avantage, c'est que la Fortune ne nous les peut guere enlever. Quoi qu'il ne soit sonnable d'attacher notre bonheur

Mm

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

pas rai

[ocr errors]
[ocr errors]

à tout ce qui est le plus exposé aux caprices du hazard, il semble que le plus souvent nous choisissions avec soin les endroits les moins fürs pour ly placer. Nous aimons mieux avoir tout notre bien sur un vaisseau, qu'en fonds de terre. Enfin les plaisirs vifs n'ont que des instants , & des instants souvent funestes par un excès de vivacité, qui ne laisse rien goûter après eux; au lieu que les plaisirs simples sont ordinairement de la durée

que l'on veut, & ne gâtent rien de ce qui les fuit.

Les gens accoûtumez aux mouvemens violents des passions, trouveront sans doute fort infipide tout le bonheur que peuvent produire les plaisirs simples. Ce qu'ils appellent insipidité, je l'appelle tranquillité, & je conviens que la vie la plus comblée de ces fortes de plaisirs n'est guere qu'une vie tranquille. Mais quelle idée a-t-on de la condition humaine quand on se plaint de n'être

!

[ocr errors]

que tranquille ? Et l'état le plus délicieux que l'on puisse imaginer, que devient-il après que la premiere vivacité du sentiment est consumée ? il devient un état tranquille , & c'est mêmele mieux qui puisse lui arriver.

Il n'y a personne qui dans le cours de sa vie n'ait quelques évenemens heureux, des temps ou des moments agréables. Notre imagination les détache de tout ce qui les a précedez, ou suivis , elle les rassemble, & se represente une vie qui en seroit toute composée ; voilà ce qu'elle appelleroit du nom de Bonheur, voilà à quoi elle aspire , peut-être fans ofer trop se l'avoüer. Toûjours est-il certain que tous les intervalles languif sans qui dans les situations les plus heureuses sont & fort longs , & en grand nombre, nous les regardons à peu près comme s'ils n'y devoient pas être. Ils y sont cependant, & en sont bien inseparables. Il n'y a point en Chymie d'esprit si vif qui n'ait

Mm ij

[ocr errors]
« 이전계속 »