페이지 이미지
PDF
ePub

ر

te & ignoré, dont l’étalage n'insultera personne ; ses plaisirs comme ceux des Amants discrets , seront assaisonnez du mystere.

Après tout cela, ce Sage, ce Vertueux , cet Heureux est toûjours un homme, il n'est point arrivé à un état inébranlable que la condition humaine ne comporte point , il peut tout perdre , & même par fa faute. Il conservera d'autant mieux sa sagefse ou sa vertu, qu'il s'y fiera moins , & son bonheur qu'il s'en assurera moins,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

UELQUE peu d'usage que l'homme fasse de ses lumie

res pour s'étudier soi-même, il découvre les foiblesses & les déreglements dont il est rempli: aussitôt sa raison cherche à y remedier, touchée naturellement d'un defir de perfection qui lui reste de l'ancienne grandeur où elle s'est vûë élevée.

Mais que peut-elle maintenant, incertaine, aveugle, pleine d'erreurs, digne elle-même d'être comptée pour une des miferes de l'homme ? Elle ne sçait que combattre des deffauts par des deffauts, ou guerir des pallions par des passions ; & les bains řemedes qu'elle fournit font des maux d'autant plus grands & plus incurables, qu'elle est interesée à ne les plus reconnoître pour des maux, & qu'elle s'eft seduite elle même en leur faveur.

En vain plusieurs siecles Ia Grece fi fertile en esprits fubtils , curieux, & inquiets, produisit ces Sages , qui faifoient une profesion temeraire d'enfeigner à leurs Disciples l'art de vivre heureux, & de fe rendre plus parfaits: envain la diversité infinie de leurs fentimens , qui fera à jamais la honte des foibles lumieres naturelles, épuisa tout ce que la raison humaine pouvoit pour les hommes: l'effet des plus grands efforts de la Philosophie

[ocr errors]

ne fut que de changer les vices que produit la nature corrompuë en de fausses vertus, qui étoient , s'il se peut, des marques encore plus cer . taines de corruption. Un homme du commun ou ignore, ou reconnoît ses deffauts avec assez de fimplicité, pour les rendre en quelque forte excusables ; au lieu qu'un Philosophe Payen, fier d'avoir acquis les siens à force de meditation & d'étude, leur donnoit tous ses applaudissements.

Ces desordres que la raison humaine causoit dans la Grece, où elle regnoit avec toute la hauteur dont elle est capable, quand elle vient à se méconnoître, tes leçons trompeuses qu'elle envoyoit de là chez tous les Peuples du monde, qui ne les recevoient qu'avec trop de docilité , ne furent pas sans doute les moindres motifs qui inviterent la Raison éternelle à descendre sur la terre. Si d'un côté chez les Juifs les fameuses les

[ocr errors]

maines de Daniel, qui expiroient, & le Sceptre de Juda qui avoit passé dans des mains étrangeres, pressoient le Liberateur silong-tems promis & attendu , il est certain que d'un autre côté les Grecs livrez jusques-là à des erreurs orgueilleuses, & à une ignorance contente d'elle-même, demandoient également le Meslie par leurs besoins, quoi qu'ils ne fussent pas en droit de l'attendre. Dieu le devoit aux uns pour dégager sa parole tant de fois donnée par la bouche de ses Prophetes ; & il le devoit aux autres pour satisfaire à sa bonté, qui ne les pouvoit souffrir plus long-temps dans les égaremens de leur sagesse. Il falloit aux uns un Monarque qui s'établît un empire tout divin sur les Nations, un grand Prêtre qui leur enseignât les veritables Sacrifices ; & il falloit aux autres un Sagé, dont ils receufsent des préceptes solides, un Maître qui leur apportât toutes les connoissances“, après lesquelles

[merged small][ocr errors][ocr errors]
« 이전계속 »