페이지 이미지
PDF
ePub

1

ménageoit avec eux, enrichiffoir un siecle déja si riche par lui-même. Quoique fa modestie, ou peut-être aussi son amour pour les Anciens , lui persuadât que leurs trésors avoient perdu de leur prix en passant par ses inains , ils ne pouvoient gueres avoir perdu que cet éclat superficiel , qui ne se retrouve point dans des métaux précieux longtemps enfouis sous terre , mais dont la substance n'est point alterée. Il employoit une longue étude à penetrer les beautés de l'Antiquité, un soin passionné à les faire sentir, un zele ardent à les défendre, toute son admiration à les faire valoir ; & l'exemple seule de cette admiration si vive pouvoit ou persuader, ou ébranler les Rebelles. Il a eu l'art de se rendre neceffaire à Horace, à Platon, à Marc-Aurele, à Plutarque, aux plus grands Hommes ; il a lié son nom avec les noms les plus sûrs de l'immortalité, & pour surcroît de la récompense dúë à son

[ocr errors]

mérite : son nom se trouvera encore lié ave celui de Votre Eminence,

Quel bienfait ne nous accordezvous pas en lui succedant ? Vous eufsiez pû nous favoriser comme premier Ministre, mais un premier Ministre peut-il jamais nous favoriser davantage , que lorsqu'il devient l'un d'entre nous ? Les graces ne partiront point d'une main étrangere à notre égard ; & nous y serons d'autant plus sensibles, que vous nous les déguiserez fous l'apparence d'un interest commun. · Aussi les applaudissements que nous vous devions , seront-ils désormais, non pas plus vifs, mais plus tendres. Dans un concert de louanges il est facile de distinguer les voix de ceux qui admirent, & de ceux qui aiment. Toute vôtre gloire est devenuë la nôtre, & dans nos Annales particulieres, qui , aussi - bien que l'Histoire generale du Royaume , auront droit de se parer de vos actions & de

[ocr errors][ocr errors]

vous, nous mêlerons à ce sentiment commun d'ambition, un sentiment de zéle qui n'appartiendra qu'à nous.

Telle est la nature du Ministere, dont jusqu'à present V. E. avoit été uniquement chargée, que l'éclat des fuccès n'y est pas ordinairement proportionné au nombre ni á la grandeur des difficultez vaincuës. Les ressorts des négociations doivent être inconnus, même après leur effet; il faut les faire jouer sans bruit , & sacrifier courageu sement à la solide utilité tout l'honneur de la conduite la plus prudente & la plus délicate. Il n'y a que les évenemens qui la décelent, mais le plus souvent sans rien découvrir du détail , qui en feroit briller le mérite , ils se font feulement reconnoître pour l'ouvrage de quelque grand Genie, & donnent l'exclusion aux jeux de la fortu-' ne. Eussions - nous prévû que nous serions tranquilles pendant une minorité , qui sembloit inviter les

[merged small][ocr errors]

Puissances voisines à reprendre les armes? Eussions-nous osé en concevoir l'esperance ? Le regne du feu Roi , si brillant par une longue profperité, & plus encore par les adversitez héroïquement soutenuës , & habilement réparées , l’union des deux Monarchies dans sa Maison défenduë contre des efforts fi violents & si opiniâtres , son pouvoir trop reconnu & trop éprouvé, un certain éclat du nom François, ajoûté par ce grand Monarque au pouvoir réel ; enfin tout ce qui faisoit alors notre gloire , faisoit aussi notre danger ; les soupçons & les jalousies se réveilloient;les équivoques des Traitez,les questions qu'ils laissoient indécises, ne fournissoient que trop de ces prétextes toûjours prêts à servir tous les besoins , ou toutes les passions : l'occasion seule suffisoit pour faire naître des Ennemis. Cependant un calme profond a regné en France, interrompu seulement par un leger

[ocr errors][ocr errors][merged small]

mouvement de Guerre. Quelle Intelligence a produit cette merveille? de quels moyens s'est-elle servie? Nous ignorons les moyens , mais l'Intelligence ne peut-être cachée. Le Regent du Royaume a pensé , son Ministre a pensé avec lui & a executé. Les siécles suivants en sçauront davantage , fiez-vous à eux, MONSEIGNEUR.

Ils sçauront, & c'est une connoifsance que cette Compagnie leur doit particulierement envier, ils sçauront quelle Eloquence a secondé vos entreprises, combien elle étoit digne des matieres & de vous ; ils jouiront des ouvrages qu'elle a produits , & quele temps present ou votre modestie nous dérobe. Un autre Cardinal François , élevé par son seul mériteà cette dignité, celebre à jamais par ses importantes & difficiles negociations, vous a prévenu dans cegenre d'Eloquence, & en a laissé des modeles immortels. Il dédaignoit

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]
« 이전계속 »